• Matthis Lebel - Stade toulousain
    Matthis Lebel - Stade toulousain
  • Champions Cup - Toulouse - Antoine Dupont
    Champions Cup - Toulouse - Antoine Dupont

2023, une année que les Toulousains espèrent sacrée

Le

TOP 14 - Actuellement leaders du Top 14 et auteurs d'une entame parfaite en Champions Cup, les joueurs du Stade toulousain ne cachent pas leur envie de reconquérir des titres en 2023. C'est d'autant plus vrai que les nombreux internationaux du groupe ont fait de la Coupe du monde un objectif majeur.

Le Stade toulousain a signé une excellente première partie d'exercice. N'allez surtout pas dire aux Rouge et Noir qu'elle fut parfaite car, malgré leur titre honorifique de champion d'automne et leurs neuf points d'avance sur la troisième place au classement (la première à ne pas être directement qualificative pour les demi-finales du Top 14), eux parleront des défaites à Pau ou Lyon, deux matchs où ils n'ont clairement pas montré leur visage habituel.

Toujours est-il que les hommes d'Ugo Mola, marqués par une frustrante saison dernière qui les a vus lâcher le Bouclier de Brennus et la Champions Cup (battus deux fois en demi-finale), ont su retenir les leçons du passé récent et tourner cette page pour repartir de l'avant. Alors, qu'attendre désormais de l'année 2023 ? Clairement, les partenaires d'Antoine Dupont ont plus que jamais l'ambition de garnir un peu plus leur palmarès et marquer encore l'histoire du club le plus titré de France.

Conscients que de nombreuses échéances attendent l'écurie qui fournit le plus d'internationaux au XV de France actuellement, les Toulousains savent que le matelas de points sur lequel ils sont assis peut s'avérer primordial. La saison dernière, après un magnifique grand chelem qui avait forcément laissé des traces physiques et mentales, les Bleus du groupe avaient manqué de jus dans l'ultime ligne droite.

Le hic ? C'est qu'ils avaient dû batailler plus que le staff ne l'aurait souhaité pour assurer leur place en phase finale. Alors cette fois, ils espèrent conserver un certain confort en haut de la hiérarchie, à la fois pour gérer avec sérénité la période de doublons qui s'annonce mais aussi pour procéder à quelques rotations après le Tournoi des 6 Nations. Le but : avoir des cadres frais lors des matchs à élimination directe. Et, par voie de conséquence, aller chercher de nouveaux sacres.

Champions Cup - Toulouse - Antoine Dupont
Champions Cup - Toulouse - Antoine Dupont

Impossible de dissocier le club du XV de France

Comme toujours, à Toulouse, la Champions Cup est aussi une ambition suprême. Ce club a pris pour habitude d'inscrire son nom à la postérité et, après avoir remporté la première Coupe d'Europe en 1996, il se verrait bien rafler la première avec les provinces sud-africaines cette saison. Cela lui permettrait de conforter sa position de recordman de titres dans la compétition (cinq, devant le Leinster et ses quatre titres).

Le Leinster, sa bête noire des dernières saisons, avec qui le Stade toulousain aura un jour ou l'autre de nouveau rendez-vous. Pour l'heure, les feux sont au vert pour les Stadistes en Champions Cup, eux qui comptent deux succès en autant de sorties, une première au Munster et une autre bonifiée face à Sale. Mais ce ne sont pas les seuls à avoir frappé les esprits puisque La Rochelle, les Saracens, Exeter, les Sharks, Leicester et... le Leinster ont également impressionné.

Enfin, comment dissocier Toulouse du XV de France ? Avec régulièrement dix à treize joueurs présents dans le groupe sélectionné par Fabien Galthié, cette équipe voit son destin lié à celui de l'équipe nationale. Ce fut d'ailleurs une volonté en interne, depuis plusieurs années, puisque le président Didier Lacroix et le manager Ugo Mola ont construit leurs projets en parallèle des objectifs à atteindre avec les Bleus.

Évidemment, les Dupont, Ntamack, Marchand, Baille, Cros, Ramos et autres ont tous dans la tête 2023 depuis longtemps. La montée en puissance du XV de France, qui reste sur treize victoires de rang et a signé dix succès en autant de rencontres en 2022, doit le porter jusqu'à la Coupe du monde à domicile qui débutera en septembre prochain. Les Toulousains savent mieux que personne combien les sacres en club préparent à ceux internationaux. Et puisqu'ils rêvent de s'asseoir sur le toit du monde...