Icon Sport

Toulouse, une ossature solidifiée pour une possible dynastie ?

Toulouse, une ossature solidifiée pour une possible dynastie ?

Le 26/05/2022 à 15:54Mis à jour

TOP 14 - En s'accordant sur une prolongation du contrat de son ouvreur Romain Ntamack jusqu'en 2028, le Stade toulousain poursuit l'axe numéro un de son projet à long terme : celui de verrouiller ses cadres. Une chose rare dans le rugby moderne, qui témoigne de la dimension du club, et qui pourrait le guider vers une véritable dynastie.

Dans les années 1950, Lourdes dominait outrageusement le rugby français. Dans les années 1970, les clubs de l'hexagone ont subi la loi de Béziers. Dans les années 1980, c'est Agen qui prenait le relais, en trônant sur le championnat. Mais depuis, il est réellement difficile de trouver une équipe ayant dominé le Top 14 de la sorte, sur toute une décennie. Encore plus dans cette ère professionnelle, où les joueurs restent rarement dans un même club, et où les équipes peinent donc à trouver une vraie stabilité sur une décennie.

Une pluie de prolongations

Mais un club semble trouver cette fameuse stabilité et pourrait dominer le Top 14 dans les années à venir. Et si la prochaine dynastie du rugby français était celle du Stade toulousain ? Club historique, le plus titré de l'histoire du championnat, Toulouse est actuellement en train de se construire une armada sur le long terme, qui a de quoi faire peur. Ce mercredi, le club de la ville rose a officialisé la prolongation de contrat de son ouvreur-star, Romain Ntamack, jusqu'en 2028 ! Une durée de contrat très inhabituelle dans le rugby actuel, mais qui est pourtant sur la lignée des récentes signatures faites par le champion de France en titre.

Avant Ntamack (23 ans, 28 sélections), Toulouse avait déjà convenu à la prolongation de contrat de plusieurs autres de ses cadres et internationaux. Antoine Dupont (25 ans, 40 sélections, 2027), Julien Marchand (27 ans, 21 sélections, 2028), Cyril Baille (28 ans, 36 sélections, 2027), Peato Mauvaka (25 ans, 9 sélections, 2026), Thomas Ramos (26 ans, 16 sélections, 2027), François Cros (28 ans, 14 sélections, 2027) et Dorian Aldegheri (28 ans, 8 sélections, 2026) ont tous signé des contrats sur la durée avec club.

Une formation qui marche

Lorsqu'on sait qu'en plus, Anthony Jelonch n'est arrivé que cette saison, et que Melvyn Jaminet, Arthur Retière, Ange Capuozzo ou encore Pierre-Louis Barrassi débarquent à la fin de l'année... Toulouse a de quoi voir venir pour longtemps. Cela fait d'ailleurs partie du projet "trajectoire 2027", dans lequel les Toulousains ont plusieurs axes, dont celui de consolider ses cadres. Principaux fournisseurs de joueur pour le XV de France, récemment vainqueur du Tournoi des 6 Nations et auteur du Grand Chelem, les Haut-Garonnais pourraient enchaîner les succès et les trophées dans ces années 2020.

Double tenants du titre en championnat, et champions d'Europe la saison dernière, ils possèdent non seulement un effectif à faire pâlir la plupart des équipes du championnat, mais aussi une formation qui marche. Nelson Épée, Dimitri Delibes, Joshua Brennan, Guillaume Cramont... ils sont nombreux à se montrer de plus en plus et à créer, eux aussi, une concurrence au sein du club. Les derniers exemples en date sont Edgar Retière et Théo Ntamack, deux "frères et fils de", qui ont récemment prolongé leur contrat.

Toulouse a d'ailleurs récemment été en tête du classement des centres de formation, dévoilé par la LNR en février. Cela est aussi un des axes du club : "grandir avec sa formation". Alors que le Stade toulousain se bat actuellement pour sa place dans le top 6 du championnat en cette fin de saison, la pluie de prolongations de contrat continue de s'abattre, pour le plus grand plaisir de ses supporters, dirigeants, et joueurs. L'avenir semble (encore) radieux.

Contenus sponsorisés