• Philippe Saint-André - Montpellier
    Philippe Saint-André - Montpellier
  • George Bridge - Montpellier
    George Bridge - Montpellier

Saint-André : "Sans seconde ligne, c’était compliqué"

Par Rugbyrama
Le

TOP 14 - Après la défaite de Montpellier à Clermont, Philippe Saint-André est revenu sur les nombreuses absences en seconde ligne pour gagner au stade Marcel-Michelin.

À quel moment avez-vous senti qu’il fallait sécuriser le point de bonus défensif ?

Sur les deux dernières minutes. Il y a un moment où on met un temps fort avec un gros jeu au pied de pression. J’ai la sensation qu’un clermontois est à la faute en reprenant le ballon devant mais finalement ce n’est pas sifflé. Et derrière on joue dans notre camp et il fallait tout faire pour ramener ce point. Bravo aux Clermontois qui sont signé une victoire avec beaucoup de pression et qui est essentielle pour eux.

Sentiez-vous qu’il y avait mieux à faire tout de même ?

Oui forcément. En première période on a beaucoup d’opportunités mais on manque d’agressivité dans les zones de ruck, on s’est fait gratté beaucoup de ballons. Mais dans la mesure où l’on a joué sans seconde ligne de métier c’était très compliqué. On s’est accroché en touche et en mêlée mais on a du mal sur la puissance et les ballons portés. Dans des conditions comme ça, on aurait préféré que le terrain soit sec et qu’il y ait beaucoup de rythme. Mais je le répète bravo aux clermontois, même si on a eu un bon état d’esprit on a manqué de précision technique pour gagner ce match.

Même si vous avez mis sous pression cette équipe…

On domine sur la possession et l’occupation. On a également fait de bons jeux au pied de pression mais on a été trop indiscipliné. Il y a une ou deux pénalités très très sévères mais ce sont les aléas du Top 14…

Avez-vous géré votre effectif ?

Non non (rires). Entre les seconde ligne blessés ou un qui passe en commission de discipline mercredi, on n’a pas pu géré. On cherche un deuxième ligne en joker parce qu’on a que quatre joueurs à ce poste et un jeune qui s’est blessé. C’est compliqué mais on espère que Bastien Chalureau et Paul Willemse rentreront la semaine prochaine.

Qu’avez-vous pensé des premiers pas de George Bridge ?

Ce n’était pas un match pour lui (rires) mais il marque et il a été solide. Après à la fin il fait une contre-attaque un peu suicidaire donc il faut que je lui explique qu’un point à l’extérieur en Top 14 c’est important (rires). Mais c’est un joueur intelligent un bon mec, ce qui fait partie de notre stratégie.

George Bridge - Montpellier
George Bridge - Montpellier

Comment jugez-vous cette première partie de saison avant la Champions Cup ?

Appliqués… peut mieux faire ! On a besoin de rentrer des joueurs on a beaucoup trop d’absents surtout au même poste. Jouer à Clermont, qui a un pack lourd, sans deuxième ligne c’est compliqué. Mais on fait des bonnes choses en tenant le ballon, l’ASM nous a mis peu de fois en difficulté. Ils mettent leur essai sur un ballon porté de trente mètres ce qui n’est pas acceptable. L’absence des seconde ligne s’est payée cash. Il va falloir qu’on rentre du monde un jour… Beaucoup de trois-quarts sont absents également… Doumayrou, Serfontein, Darmon… On a tout fait pour gagner ce match mais il faut féliciter les Clermontois.

Pensez-vous que l’arbitrage anglais a changé la donne ?

On va revoir le match et envoyer deux ou trois situations vidéos comme on fait chaque semaine. Il y a des décisions ou je ne suis pas d’accord mais tout le monde fait des erreurs. Nous aurions dû être plus précis notamment en première période où l’on se fait contester beaucoup trop de ballons… La défaite elle est plus par rapport à ce manque technique et stratégique. De toute façon on aura des arbitres anglais pour la Champions Cup.

Vous ramenez tout de même un point de Clermont après une victoire à Toulon.

Oui c’est sûr que sur nos quatre derniers matchs on ramène 14 points ce qui est positif. On pourra faire le bilan de mi-saison face à Perpignan fin décembre et on verra où on est au classement. Mais le Top 14 n’a jamais été aussi serré.

Par Clément Labonne