Icon Sport

Lucu : un rôle important et un statut qui a changé à l'UBB

Lucu : un rôle important et un statut qui a changé à l'UBB

Le 18/06/2022 à 15:25Mis à jour Le 18/06/2022 à 16:16

TOP 14 - Le demi de mêlée de l’Union Bordeaux-Bègles a livré une partie retentissante face au Racing 92. Le stade Chaban-Delmas lui a rendu un hommage appuyé. Tout Bordeaux attend beaucoup de lui.

Un événement marquant s’est produit à Bordeaux dimanche dernier. À quelques minutes de la fin du barrage face au Racing 92, alors que la victoire ne faisait plus aucun doute, le public bordelais a scandé son nom au moment de sa sortie : "Lucu ! Lucu !" Puis il a recommencé durant le tour d’honneur. Ces deux moments nous ont paru mémorables, car jusqu’ici, les spectateurs avaient tendance à célébrer les joueurs les plus spectaculaires, par leur style ou par leur position. Du style Matthieu Jalibert.

Top 14 - Cameron Woki et Maxime Lucu (UBB)

Top 14 - Cameron Woki et Maxime Lucu (UBB)Icon Sport

Mais cette mise sur le pavois du demi de mêlée basque a sonné comme un double satisfecit, car il n’est pas de ces joueurs qui multiplient les exploits individuels, les percées au long cours, les feintes de passes magistrales, les chisteras insolentes ou les tchic-tchac survitaminés. Ceci dit, face au Racing, il a directement généré le premier essai de la partie sur une pénalité rapide. Genre d’action qui, selon Christophe Urios ne faisait pas partie de ses points forts traditionnels.

Il fédère autour de lui

C’est dire si le joueur de Saint-Pée-sur-Nivelle a franchi un cap depuis son arrivée à Bordeaux en 2019. À Biarritz, il s’était déjà taillé une image de leader, capable de faire jouer les autres. Un supporter du BO nous avait prévenu que dans le contexte bordelais, il gagnerait sa place en équipe de France. Nous étions sceptiques. Erreur. Lucu a tout de suite brillé à Bordeaux par la propreté de ses interventions et sa capacité à distribuer très vite les ballons, gage de tempo.

Dans le contexte compliqué de l’après-match Bordeaux-Racing, Christophe Urios lui a rendu hommage : "Max a été excellent sur le terrain, mais il l’avait surtout été dans la semaine. Il a été capable de fédérer autour de lui, d’amener les leaders notamment. Il a été très bon dans la prise de responsabilité..."

On a donc bien senti que le demi de mêlée serait l’homme clé de la préparation de la demi-finale . "Lui, par contre, il m’impressionne par la régularité de ses matchs. C’est un vrai mec, lui. La semaine dernière quand c’était chaud, il ne s’est pas ch.. dessus. Il faut savoir qu'avant d'arriver à Bordeaux, je ne le connaissais pas et j’ai failli ne pas le faire venir, car je n’aimais pas sa façon de jouer à Biarritz. Je trouvais qu'il manquait de vitesse. J’ai demandé à Laurent Marti si c’était fait avec lui, si on ne pouvait pas changer, j’avais un autre nom en tête. Mais un Castrais qui le connaissait m'avait rassuré en m'en disant du bien. Aujourd'hui, je pense que j'aurais fait ma plus grosse erreur si je n’étais pas arrivé à le faire venir. C’est un mec énorme. Plus l’équipe est bonne, moins tu le vois. C’est une courroie de transmission essentielle. Il fera partie des joueurs importants pour l’année prochaine. Il a changé de statut à mes yeux."

Contenus sponsorisés