Icon Sport

L'antisèche : la mêlée et le pied, la recette du CAB sous la pluie

L'antisèche : la mêlée et le pied, la recette du CAB sous la pluie

Le 01/10/2022 à 19:25Mis à jour

TOP 14 – Sous la pluie, les Brivistes se sont appuyés sur une mêlée conquérante et un jeu au pied de qualité pour venir à bout de Bayonnais orphelins de Camille Lopez en première mi-temps.

Le résumé : Brive, c'est le pied

Si Brive a rapidement pris l'ascendant dans ce match, c'est avant tout grâce à l'utilisation de son jeu au pied. À l'origine du premier essai (voir ci-dessous), il est à l'origine également de la première pénalité récoltée par les Corréziens : sur un ballon de récupération, Setariki Tuicuvu met la pression sur les Bayonnais avec un long au pied de pression, Rémy Baget se couche sur le ballon mais manque de soutiens... Voilà comment après sept minutes, les Brivistes menaient déjà 10-0.

Mais le pied, c'est aussi ce qui est fatale aux Basques en fin de première mi-temps quand Vasil Lobzanidze contre l'ouvreur Thomas Dolhagaray pour filer inscrire le deuxième essai du CAB (18-3 à la mi-temps).

En deuxième mi-temps, le jeu au pied corrézien a été moins précis à l'image de cette pénaltouche de Stuart Olding envoyée en ballon mort. Avec l'entrée de Camille Lopez la tendance s'est un peu inversée. Pas suffisant cependant pour renverser le match même si les Basques repartent tout de même avec le bonus défensif grâce à un essai après la sirène d'Uzair Cassiem (25-22)...

Vasil Lobzhanidze - Brive

Vasil Lobzhanidze - BriveIcon Sport

L'homme du match : Van der Merwe a mis au supplice le jeune Perchaud

Dans des conditions délicates liées à la pluie qui s'est abattue sur la Corrèze toute la journée, il fallait avoir une bonne mêlée. Et à ce jeu-là, les Brivistes ont dominé, mettant très souvent à la faute la première ligne bayonnaise. Le pilier droit corrézien, Marcel Van der Merwe (31 ans), s'est notamment distingué en mettant au supplice le jeune Matis Perchaud (20 ans). Les Bayonnais ont concédé pas moins de quatre pénalités dans le premier acte, dont trois pour le seul Perchaud. L'international des moins des 20 ans a souffert et a même écopé d'un carton jaune dès la 23e minute.

Le Springbok Van der Merwe (7 sélections), déjà à son avantage à Castres face à un autre jeune, Wayan de Benedettis, confirme sa très bonne forme actuelle tant en mêlée fermée, que dans le jeu où il est régulièrement cherché pour faire avancer le CAB.

L'essai du match : Brive à la bayonnaise

Les Bayonnais, dans le sillage de Camille Lopez, avaient fait des passes au pied une spécialité de leur jeu en ce début de saison. Et bien sur le premier ballon d'attaque des Brivistes, ce sont eux qui se sont mis en mode « bayonnais ». À la suite d'une touche parfaitement négociée, les coéquipiers d'Esteban Abadie pouvaient enclencher un maul ravageur qui finira par être stoppé par une faute basque. Sur la relance de jeu, Stuart Olding, l'ouvreur du CAB, profitait de l'avantage pour distiller une merveille de passe au pied pour son ailier côté opposé, Axel Muller. L'Argentin, plein de sang-froid, avant d'être envoyé en touche, remettait à son arrière et capitaine Thomas Laranjeira qui n'avait plus qu'à plonger dans l'en-but. Une réalisation qui lançait parfaitement les Corréziens dans ce match.

Camille Lopez - Bayonne

Camille Lopez - BayonneIcon Sport

La question : Sous la pluie, Bayonne devait-il mettre Lopez sur le banc ?

Dans ces conditions, le jeu au pied était primordial. Et à ce jeu-là, ce sont les Brivistes qui ont gagné la première mi-temps avec un trio Lobzhanidze-Olding-Laranjeira impeccable. Côté Bayonnais, Maxime Machenaud et Gaëtan Germain ont assuré mais cela n'a pas suffi... Le jeune ouvreur Thomas Dolhagaray a souffert, étant impliqué directement sur le deuxième essai corrézien en fin de première mi-temps. L'entrée de Camille Lopez en début de deuxième acte (48e) a inversé la tendance. Au final, les Basques ont même gagné la seconde mi-temps. Alors le staff bayonnais a t-il fait une erreur en laissant Camille Lopez sur le banc ?

Sous la pluie, Bayonne devait-il mettre Lopez sur le banc ?

Sondage
1785 vote(s)
Oui, il fallait le faire souffler.
Non, ce match était trop important.
Contenus sponsorisés