Icon Sport

Sacrée Union

Sacrée Union

Le 28/01/2020 à 15:33

TOP 14 - Malgré la défaite à Toulouse, l'UBB peut se targuer d'un mois de janvier réussi. Si sa série d'invincibilité a pris fin, l'équipe girondine possède de sérieux atouts pour rester dans le haut du tableau.

L'UBB n'est plus à la tête du Top 14. Et comme Thierry Paiva, le disait à l'issue du match à Toulouse : " C'est symbolique, mais ce n'est pas la chose qui nous hante le plus. ". Il n'y a nulle honte à perdre à Ernest Wallon, chez les champions en titre. Mais l'Union a haussé la mire, cette saison et vise, staff et joueurs à l'unisson, l'excellence. Car résultats à l'appui, l'Union peut se prévaloir d'une première phase de match aller aboutie, avec seulement deux défaites contre Lyon et Brive. Le mois de décembre fut quasi parfait, ponctué par des victoires contre La Rochelle devant 38 503 spectateurs (record d'affluence au Matmut) et à Pau et une première place en Top 14 inédite pour le club. Janvier fut presque du même acabit. L'historique victoire contre Edimbourg a offert à l'Union sa première qualification pour des phases finales, suivi du 27-0 sans appel, infligé aux Wasps sur leur terrain, pour s'offrir un quart à domicile. Avec de plus, 5 joueurs convoqués dans la liste des 42, Poirot, Jalibert, Woki, Cazeaux et Lucu, l'UBB pouvait savourer. La défaite à Toulouse vient juste rappeler à l'équipe, qu'il lui fait conserver la précision et l'intensité qui sont à la base de ses résultats cette année.

Le "Tournez manège" des titulaires

Cette période prolifique est gérée de manière optimale par le staff de Christophe Urios. Ce dernier manage avec précision, ses joueurs, qui luttent pour une place de titulaires. Ainsi, contre Edimbourg, 10 changements avaient été effectués par rapport au quinze aligné contre Bayonne. Pour jouer chez les Wasps, le manager a préféré laisser au repos les 5 joueurs sélectionnés parmi les 42 par Fabien Galthié et a procédé à 11 changements. Et pour le déplacement à Toulouse, Cameron Woki, ménagé, est resté en Gironde quand Maxime Lucu ne joua que 26' minutes. Cette gestion de l'effectif a un double effet. D'abord sur la motivation des joueurs les moins utilisés qui peuvent à un moment ou un autre, être appelé. Ce fut le cas pour Nicolas Plazy à Toulouse. Puis, sur la santé des joueurs qui peuvent soigner au mieux les petits bobos qui font les grandes blessures. Et enfin, sur la fraîcheur du XV aligné, qui peut se régénerer pendant une semaine pour mieux repartir sur les matchs suivants. Les entraîneurs, le staff médical, le préparateur Michele Colosio, et les kinés partagent les informations et donnent une vision large de la forme des joueurs à Christophe Urios. Et les victoires s'enchaînant, l'adhésion et la cohésion du groupe ont été renforcés. L'Union sacrée autour d'un objectif : performer, s'est constitué. On peut aussi noter, que l'UBB n'a eu que très peu de blessés durant cette période de championnat. Seul le malheureux Florian Dufour est indisponible pour plusieurs mois. Afa Amosa, qui a repris l'entraînement la semaine dernière, devrait même pouvoir participer aux rudes confrontations du mercredi dés la rentrée.

Déjà plus de 24.000 personnes pour UBB-Lyon

Alors, si l'Union n'a pu aligner Nans Ducuing, et Peni Ravaï malades à Ernest Wallon, que Romain Buros soigne une cuisse, l'UBB devrait pouvoir bénéficier de la majorité de ses forces vives, à l'exception notable de son capitaine Jefferson Poirot et de son prodige, Matthieu Jalibert pour ce mois de février avec son lot de doublons et de belles confrontations. En premier, la venue du nouveau leader lyonnais, aura tout d'un match de gala. À ce jour, plus de 24.000 personnes ont déjà réservé leurs places pour une confrontation qui pourrait donner lieu à un nouveau chassé-croisé entre le 2e et le premier. Puis, il faudra affronter Clermont au Michelin. Un déplacement certainement " volcanique " en perspective. Et enfin, L'Union retrouvera le stade Chaban-Delmas le 29 février, un Castres Olympique à la recherche de points à l'extérieur. Il y aura pour sûr moins de turn-over, avec un 6e joueur convoqué dans les 42, Alexandre Roumat. Mais, certainement, un regain d'investissement à l'entraînement. Et sur ça aussi, c'est l'Union sacrée.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés