Midi Olympique

Le champion toulousain tombe dans la nasse bayonnaise

Le champion toulousain tombe dans la nasse bayonnaise

Le 29/02/2020 à 19:50Mis à jour Le 01/03/2020 à 12:22

TOP 14 - Ce samedi avec la 17e journée de Top 14, l’Aviron bayonnais a remporté un match hivernal et peu spectaculaire contre Toulouse (20-10 et un essai partout) mais ô combien important dans sa lutte pour le maintien. Dans cet affrontement riche en mêlées et en jeux aux pieds, les Rouge et Noir n’ont pas eu assez de munitions face à l’agressivité basque pour même ramener un petit bonus défensif.

Mêlées et glissades. Patience basque et fautes stadistes. Ce choc humide et au terrain gras dans un Jean-Dauger remonté à bloc a respecté les prévisions que la météo proposait. Bayonne d’abord, a su faire montre de l’agressivité qu’on attend d’un soldat combattant pour son maintien. Dans les pas du capitaine Monribot ou d’Iguiniz provoquant à la fin du match une faute sous ses poteaux grâce à son contest, les Ciel et Blanc ont accompli le match parfait avec ces conditions. Jeu au pied de pression, conquête solide, longs temps de jeu pour user l’adversaire et obtenir des pénalités ; tout a été respecté par les hommes de Bru.

Et pourtant, alors que le rôle des buteurs allait être prépondérant avec pareilles circonstances, il y a eu comme une sorte de malédiction au poste de 10 et de buteur, avec les blessures de Lafage et Ordas (qui l’avait remplacé). C’est donc Barthélémy qui a pris le relais à l’ouverture et face aux poteaux. Propre et efficace, il a ainsi permis un 9-0 (puis un 9-3) avant le premier essai de Toulouse (Fouyssac) sur la seule véritable action d’envergure des champions de France.

Coupure bienvenue ?

Autre entrée précoce dans le deuxième acte qui a fait du bien pour l’Aviron : celle de l’expérimenté Guillaume Rouet. Son rôle ? S’adapter aux conditions de "jeu" et à adversaire en ciblant le jeu au près et les départs au ras. Payant. C’est aussi lui qui a tapé à suivre rasant dans les 22m adverses pour l’essai d’Alofa Alofa telle une balle de match (73e).

Au courage et avec de l’intelligence situationnelle, l’Aviron a mérité son succès. Tout comme Toulouse a mérité sa défaite serait-on tenté de dire. A la faute, pris à la gorge par la défense adverse, les Haut-Garonnais n’ont jamais pu mettre leur jeu en place, faute de munitions, ni œuvrer avec leurs fameux ballons de récupérations. Déjà car les Bayonnais ne leur en pas beaucoup donné l’occasion et puis parce que le jeu au pied a été utilisé à mauvais escient.

Avec une équipe de qualité malgré les absences des internationaux, Toulouse chute dans ce Pays Basque qui ne réussit définitivement pas beaucoup aux grosses écuries cette saison. Deux weekends sans match puis deux réceptions de rang (Lyon et Agen) vont occuper l’avenir des hommes d’Ugo Mola en quête d’une place dans les six premiers du classement.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés