Icon Sport

Top 14 -Dupont a éteint Aimé-Giral à lui seul

Dupont a éteint Aimé-Giral à lui seul

Le 27/10/2018 à 19:49Mis à jour Le 27/10/2018 à 20:25

TOP 14 - Un temps inquiétés en première période, les Toulousains ont su accélérer au bon moment pour s'imposer sans difficultés face à l'USAP (36-18). À noter qu'Antoine Dupont pour sa première titularisation de la saison a inscrit un triplé.

Ce samedi pour le compte de la 8e journée de Top 14, Toulouse est allée l’emporter à Perpignan sur le score de 36 à 18 (bonus offensif). Dans les pas d’un Antoine Dupont en feu, les Stadistes se sont réveillés au retour des vestiaires pour punir une Usap toujours sans victoire cette saison.

Et pourtant pour des Catalans plein d’espoirs dans leur quête d’une première victoire cette saison, ces derniers menaient 11-10 à la mi-temps. Et puis, Toulouse est entrée de plein fouet dans son match et Dupont a fait le reste. Avec leurs fameux contres assassins, les Rouge et Noir ont profité des ballons perdus par les Perpignanais pour les punir. 26-7 dans le deuxième acte : le bilan comptable est sans appel.

Pour sa première titularisation après sa blessure, le demi de mêlée international Antoine Dupont a surfé sur la rencontre. Sa vitesse, ses appuis, sa puissance et sa vista sont toujours aussi déroutants ; de quoi ravir Jacques Brunel et les Bleus qui se réunissent ce weekend. Malheureusement pour les Catalans, le N°9 qui a aussi longuement joué à l’ouverture avec autant de succès, a également rajouté la concrétisation à la panoplie. Avec un triplé d’essais en moins d’une demi-heure, il a "cassé" le match et réduit au silence un Aimé-Giral qui s'est résolu à sportivement applaudir sa sortie.

Top 14 - Enzo Selponi (Perpignan) contre Toulouse

Top 14 - Enzo Selponi (Perpignan) contre ToulouseEurosport

La cathédrale d’Aimé-Giral a joué son rôle

Avant cela, la cathédrale ovale des Sang et Or avait aussi joué son rôle suite aux bonnes quarante premières minutes de ses Usapistes. Dominants en mêlées et en possessions de balles, sans trop tomber de ballons, les Perpignanais n’avaient marqué qu’un essai par Château après pénal’touche (19e), virant même en tête à la pause. Pas assez au vu de leur domination. Et pas assez après le coup d’accélération des Haut-Garonnais à leur sortie des vestiaires qui ont tous haussé le ton, trouvé la parade en mêlées, conservé davantage et surtout accéléré à la main.

Toulouse surfe avec ce résultat sur sa santé européenne quand Perpignan a (encore) pris un coup derrière la tête et en est à espérer des succès contre ses concurrents directs pour rêver de maintien.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0