Icon Sport

Top 14 - Perpignan : la victoire ou le bonnet d’âne

Perpignan : la victoire ou le bonnet d’âne

Le 04/09/2018 à 19:06

TOP 14 - Rassurés dans l’engagement à Agen, les Catalans doivent désormais gagner pour lancer leur saison. Face à Lyon, samedi à Aimé-Giral, l’Usap ne jurera ainsi que par la victoire. Sous peine de se mettre (déjà) en danger et de devenir le cancre du Top 14.

Il faut leur reconnaître au moins ça : les Catalans ont livré une vraie réaction d’orgueil, dimanche dernier à Agen. Si la victoire leur a échappé d’un rien (25-23), ou plutôt d’un ultime coup de pied lointain de Paddy Jackson, les coéquipiers de Tom Ecochard se sont retrouvés dans l’engagement et l’agressivité. Des ingrédients oubliés une semaine plus tôt lors de la gifle infligée par le Stade Français. À Aimé-Giral samedi prochain, l’Usap devra cette fois tout mettre en oeuvre pour s’imposer face à une formation lyonnaise elle aussi en quête d’une première victoire. Pourquoi un succès face au LOU est impératif pour les sang et or ?

Pour concrétiser le sursaut agenais

Frustrante, la défaite des Catalans à Agen ne doit pas s’arrêter au seul point de bonus défensif ramené du Lot-et-Garonne. Certes trop indisciplinée, désorganisée offensivement et souvent sur le reculoir en défense, l’Usap a répondu par une forte activité dans les rucks, là où le troisième ligne Lucas Bachelier a notamment retrouvé ses sensations de serial-gratteur, un an et demi après son dernier match professionnel. À l’image du flanker catalan, Perpignan n’a pas à rougir de ce court revers à Armandie. "On n’a pas honte aujourd’hui. Nous sommes déçus mais nous n’avons pas honte" confirmait l’entraîneur catalan Patrick Arlettaz au coup de sifflet final.

Top 14 - Lucas Bachelier (Perpignan) contre Agen

Top 14 - Lucas Bachelier (Perpignan) contre AgenIcon Sport

Avec un peu plus de recul, Mathieu Acébès s’est lui montré beaucoup plus exigeant : "Il y a eu du mieux par rapport au Stade Français, mais ça il n’y a pas de mal… On ne va pas se cacher, ce que nous avons fait à Agen est le minima en terme d’état d’esprit. C’est la normalité, il faut que ce soit comme ça chaque week-end. Il y a aussi d’autres signaux positifs. Mais ce n’est pas assez, parce qu’il n’y a pas encore de victoire" estime l’ailier de l’Usap.

Pour ne pas sombrer à la dernière place

Mathieu Acébès a visé juste. Car au-delà de la manière, l’Usap est surtout toujours en quête d’une première victoire en Top 14. Toulon, Grenoble et… Lyon sont dans le même cas de figure après ces deux premières journées. Face aux Rhodaniens, samedi, les sang et or n’auront que cet objectif en ligne de mire. Sous peine de s’engluer plus bas encore que leur actuelle place de barragistes. Pour éviter le bonnet d’âne et de cravacher derrière ses concurrents tout le reste de la saison, Perpignan serait bien inspiré de soigner la réception du LOU à Aimé-Giral.

Top 14 - Mathieu Acebes (Perpignan) contre le Stade français

Top 14 - Mathieu Acebes (Perpignan) contre le Stade françaisIcon Sport

Une mission qui s’annonce tout aussi délicate que les deux matchs précédents pour les sang et or, désireux de ne plus flancher si facilement devant leur public. "On a à coeur de montrer un autre visage, et un meilleur visage qu’à Agen aussi" promet Mathieu Acébès. "Il faut reprendre de la confiance. Il faut avancer ensemble, c’est ce qui a fait la force de notre groupe" assure celui qui retrouve le Top 14 trois ans après sa dernière expérience à Pau

Parce que deux déplacements arrivent

Si les Catalans ont quelques mois pour se préparer aux matchs couperets de fin de saison, la réception du LOU revêt tout de même certaines obligations comptables pour l’Usap. Car après la venue de Couilloud, Buttin, Nakaïtaci et consorts, les sang et or devront négocier deux déplacements consécutifs. À La Rochelle où ils devraient faire tourner, puis à Grenoble, à nouveau chez un adversaire direct au maintien. Loin d’être favorable, ce calendrier pourrait aisément conduire les Catalans vers un triste bilan de 5 défaites en 5 matchs.

" Nous n’aurons pas le droit à l’erreur"

Pour éviter ce début de saison catastrophique, un succès contre le LOU est primordial. "Il va falloir se donner corps et âme sur ce match-là. De toute façon, on ne regarde pas plus loin que Lyon. Les matchs qui suivent, on s’en fiche. Le LOU est une grosse équipe. Et nous n’aurons pas le choix, nous n’aurons pas le droit à l’erreur" conclut Mathieu Acébès. Il ne fait aucun doute que les Catalans n’échapperont pas à la pression du résultat, samedi à Aimé-Giral.

Contenus sponsorisés
0
0