Icon Sport

Top 14 - Les Palois à la peine face aux grands du championnat

Les Palois à la peine face aux grands du championnat

Le 25/10/2018 à 15:17Mis à jour Le 25/10/2018 à 16:10

TOP 14 - Jusqu'à présent la Section Paloise n'a pas été en mesure d'accrocher à son tableau de chasse des équipes mieux classées qu'elle. Il devient urgent que les choses changent car les Béarnais sont appelés à défier jusqu'à la fin de l'année le Racing, Castres, Toulouse, Lyon, La Rochelle et Montpellier.

Après sept journées de Top 14, la Section Paloise pointe à la 10e place au classement, à égalité de points avec La Rochelle et Bordeaux-Bègles (17). Lors de ces journées, les hommes de Simon Mannix ont remporté quatre matchs et concédé trois défaites. Ce bilan brut se révèle positif. Il n'en demeure pas moins que ces quatre succès ont été décrochés contre autant de mal classés : Toulon, Grenoble, Agen et Perpignan.

Parmi ces victoires, rappelons la dernière en date signée face à la lanterne rouge Perpignan, au terme d'un match où la pauvreté du jeu palois fut affligeante. À tel point que le public du Hameau réserva, aux siens, une bronca lourde d’enseignements à la sirène finale. Quant aux trois défaites, elles furent enregistrées à Bordeaux-Bègles, contre Clermont et le Stade Français à domicile.

Top 14 - Gaël Fickou (Stade français) victorieux à Pau sur le score de 25 à 13

Top 14 - Gaël Fickou (Stade français) victorieux à Pau sur le score de 25 à 13Icon Sport

Ce bilan ainsi détaillé démontre l'incapacité actuelle de la Section de battre une équipe mieux placée qu'elle au classement. Voilà qui n’est pas vraiment de bon augure avant le déplacement au Racing, samedi à 18h, à l’Aréna. Une mission d’autant plus compliquée que les Franciliens n’ont plus le doit à l’erreur après avoir perdu deux fois à domicile cette saison, contre Clermont et Lyon.

" Nous remettre la tête à l'endroit"

Le challenge Européen a-t-il permis aux Vert et Blanc d'engranger de la confiance ? Le premier match largement perdu aux Ospreys (27-0) n’a pas répondu à cette attente. En revanche, la victoire signée (21-15), samedi dernier au Hameau, contre le Stade Français, toutefois privé de certains cadres, a offert quelques garanties.

La Section a enfin montré un autre visage. Celui d’une équipe joueuse, capable de se passer le ballon, de l'envoyer au large et de séduire à nouveau son public. Quant aux avants, ils ont accompli un sans-faute en touches et la mêlée a retrouvé des couleurs. Un contenu qui réjouissait Thomas Domingo : "cette rencontre nous a fait du bien pour la confiance. Bien qu'il reste des choses à régler, on a montré un autre visage."

Un avis partagé par l’entraîneur des arrières Frédéric Manca. "On a retrouvé notre jeu de passes même si on manque de pragmatisme. Le plus important pour nous, c'était de nous remettre la tête à l'endroit." Rajoutons à ce constat la bonne prestation du jeune ouvreur Antoine Hastoy, le net regain de forme du pilier Malik Hamadache et le retour réussi du surprenant Peter Saili, auteur d'une prestation convaincante. Voilà de beaux motifs de satisfaction, complétés par le retour de blessures de deux cadres, Ben Mowen et Colin Slade, qui figurent dans le groupe appelé à se déplacer en Ile-de-France.

Se familiariser avec le synthétique

Qu'en sera-t-il au Racing ? Le test s'annonce intéressant face à des Franciliens qui ne peuvent s'autoriser un nouveau faux pas. Ces mêmes Franciliens qui ont pulvérisé, samedi dernier dans leur antre, les Irlandais de l'Ulster (44 à 12), en Coupe d'Europe, et dont les lignes arrière (du 9 au 15) regorgent de talent.

"Le Racing possède un solide collectif et des individualités talentueuses, confirme le talonneur Laurent Bouchet. On sait à quoi s’attendre. On va s’étalonner chez un gros, nous avons hâte d’y être." Pour exister, la Section devra s’appliquer à porter le ballon, sans oublier de serrer la défense pour priver les Racingmen d’espaces. Cette semaine, afin de se familiariser avec la pelouse synthétique, les Béarnais ont choisi de s’entraîner à Morlaàs, dont le stade possède une surface similaire à l’Aréna.

"Cet entraînement était utile pour peaufiner les appuis, témoigne le deuxième ligne Fabrice Metz. Un gros défi nous attend samedi et nous avons l’intention d’accomplir un gros match là-bas !" Réaliser un match référence qui permettrait aux Palois de basculer dans une autre dimension pour envisager sereinement l’avenir. "Ce match référence nous manque, approuve, Thibault Daubagna. On a envie de repartir sur quelque chose de positif. " Reste désormais à transformer ces belles intentions en actes sur le terrain.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0