Icon Sport

Le Stade Français, un équilibre toujours aussi fragile

Le Stade Français, un équilibre toujours aussi fragile

Le 04/04/2019 à 10:59

TOP 14 - Si le club parisien s’est relancé dans la course aux phases finales du TOP 14, les départs en interne suscitent de plus en plus d’interrogations.

Il ne se passera donc pas une seule saison sans une agitation chronique. Le Stade Français Paris ou l’art de la complexité… Une fois encore, le club parisien s’illustre par une actualité extra sportive qui soulève de nombreuses questions. "On se demande de plus en plus quelle identité ils veulent donner au club ", glissait un supporter après la victoire contre le Castres Olympique (32-16). Une victoire ô combien précieuse qui préserve les chances de la formation de Heyneke Meyer actuellement 8ème du TOP 14, à une longueur de la 6ème place, avant son déplacement à Grenoble ce samedi (18 heures).

" On se demande de plus en plus quelle identité ils veulent donner au club "

Si ce déplacement en Isère sera déterminant pour tenter de récupérer les points lâchés à domicile (4 défaites depuis le début de la saison, ndlr), la succession de départs en interne interroge plus d’un. Après les mises à l’écart du Directeur sportif Robert Mohr et de l’entraineur des skills Julien Dupuy en janvier dernier, le départ surprise de Paul O’Connell, en charge de la touche, a un peu plus semé le doute sur l’alchimie au sein du staff parisien. La légende du XV du Trèfle n’a pas manqué de souligner qu’il a "été ravi de pouvoir travailler aux côtés d'Heyneke Meyer", mais son départ confirme un certain dysfonctionnement avec le management du technicien sud-africain. Dernièrement, RMC révélait que le médecin Alexis Savigny, au club depuis 18 ans, a été remercié et qu’il s’en ira en fin de saison. Sans oublier que Mike Prendergast, en discussions avec Toulon, pourrait lui aussi quitter la capitale à l’issue de la saison.

La méthode Meyer : ça passe ou ça casse…

Dans ce climat pour le moins spécial, certains regrettent le manque de lisibilité du projet parisien. "D’un côté, on a parfois le sentiment qu’ils ne portent aucun intérêt au passé du club… quand vous voyez des gars comme Julien (Dupuy) et Alexis (Savigny) écartés comme des malpropres, ce n’est pas ça la culture du club", déplore un proche du club avant d’ajouter : "et dans le même temps, c’est vrai qu’ils prolongent des garçons comme Rémi (Bonfils) et Antoine (Burban) qui sont des joueurs importants du groupe depuis plus de dix ans. On s’y perd un peu." D’autres joueurs emblématiques pourraient en revanche mettre un terme à l’aventure parisienne comme le deuxième-ligne Alexandre Flanquart, annoncé à Montpellier, ou bien encore le demi d’ouverture Jules Plisson dont l’avenir en rose semble plus qu’obscur.

Top 14 - Arthur Coville (Stade français) contre Castres

Top 14 - Arthur Coville (Stade français) contre CastresIcon Sport

Une chose est sûre, Heyneke Meyer a bien les pleins pouvoirs. Conforté dans ses choix par le président Hans-Peter Wild, l’ancien sélectionneur des Springboks n’a pas l’intention de s’embarrasser avec tout ceux qui ne partagent pas sa philosophie. "Pour l’instant, on va dire que ça marche", nous confie un proche du club. "Même si ces défaites à la maison nous plombent un peu, les résultats ne sont pas trop mauvais et le jeu proposé est plutôt plaisant. " Mais si le Stade Français passe une nouvelle fois à côté des phases finales du TOP 14, et par la même occasion d’une qualification en Champions Cup, Heyneke Meyer devra peut-être commencer "à rendre des comptes…"

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0