Midi Olympique

Top 14 - Kilian Geraci : "On a pu enfin réaliser ce qui nous était arrivé"

Geraci : "On a pu enfin réaliser ce qui nous était arrivé"

Le 25/07/2018 à 16:34

Sacré champion du monde avec l’équipe de France moins de 20 ans en juin, Kilian Geraci a repris l’entraînement lundi à Grenoble après des vacances bien méritées où il a pu savourer et se reposer. Pour cette nouvelle saison, le deuxième ligne espère obtenir le plus de temps de jeu possible avec le FCG en Top 14 et défendre le titre avec les Bleuets.

Rugbyrama : Un peu plus d’un mois après le sacre mondial, êtes-vous redescendu de votre petit nuage ?

Kilian Geraci : Oui, on a pu enfin réaliser ce qui nous était arrivé. Maintenant, on reprend la saison et on repart sur de nouvelles choses.

Qu’est-ce que représente ce titre pour vous ?

K.G. : Beaucoup de choses. C’est un aboutissement, déjà, sur les équipes de France jeunes. Cela fait depuis les moins de 16 ans qu’on est à peu près tous ensemble. Et puis gagner des titres est toujours enrichissant. Cela nous donne un peu d’estime aussi.

" On a toujours eu cet objectif mais on se l’est jamais vraiment dit concrètement"

À quel moment vous vous êtes dit : on va être champions du monde ?

K.G. : On a toujours eu cet objectif mais on se l’est jamais vraiment dit concrètement parce qu’on savait que chaque match était compliqué. Au fil des matchs, on a vu qu’on pouvait atteindre notre but.

Top 14 - Atelier de passes pour Kilian Geraci et les deuxièmes lignes du FC Grenoble

Top 14 - Atelier de passes pour Kilian Geraci et les deuxièmes lignes du FC GrenobleMidi Olympique

D’avoir battu l’Afrique du Sud, la Nouvelle-Zélande et l’Angleterre ajoute-t-il une saveur supplémentaire à ce titre ?

K.G. : Oui, c’est sûr que gagner contre des grandes nations du Sud et même l’Angleterre qui était très forte aussi, ça rajoute quelque chose dans le parcours.

Le fait de partager ces moments avec votre coéquipier du FCG Antonin Berruyer a-t-il été spécial ?

K.G. : D’avoir un collègue du club, c’est vraiment cool. On se connaît depuis longtemps et on est toujours en chambre ensemble, même avec Grenoble. C’est sûr que d’avoir un soutien du club comme ça, c’est toujours bien.

" On était tous potes. On ne se lâchait jamais, on était vraiment solidaires"

Quelle a été la force principale du groupe ?

K.G. : La cohésion. On était tous potes. On ne se lâchait jamais, on était vraiment solidaires.

L’équipe était présente lors de la réception à l’Élysée des footballeurs champions du monde. Comment avez-vécu ce moment ?

K.G. : C’est énorme. L’Élysée est quelque chose qu’on voit à la télé, dans les journaux. Se retrouver là-bas, voir quelques personnes assez connues qui nous félicitent, c’est vraiment bien pour nous. […] On n’a pas vu le Président mais la ministre des Sports Laura Flessel et on a entraperçu Brigitte Macron.

Quand on a été en équipe de France jeunes, est-ce que forcément dans un coin de la tête on pense à la "grande" équipe de France ?

K.G. : Ouh là, pour l’instant, non. Il y a beaucoup d’étapes avant, comme le Top 14 déjà, après on verra.

Comment se passe votre reprise avec Grenoble depuis lundi ?

K.G. : C’est dur avec la chaleur. J’en ch.. un peu mais bon ça va revenir. Il faut se réacclimater. […] Il y a un bon mois qu’une partie du groupe se prépare. Il faut revenir petit à petit. Après, des joueurs du Super Rugby sont arrivés en même temps que nous avec Antonin. Cela nous permet aussi de ne pas être tout seuls dans cette "remise à niveau". […] L’ossature du groupe est restée. On se connaît bien. Ce n’est pas très compliqué sachant que l’année dernière on a été vraiment avec le groupe.

" Le Top 14 ? Je ne sais pas du tout à quoi m’attendre"

Pensez-vous pouvoir postuler pour les premiers matchs de Top 14 ou vous faudra-t-il un peu plus de temps compte tenu de votre reprise en décalé ?

K.G. : Je ne sais pas du tout. On va voir comment ça se passe. Déjà il faut être bon et se donner à fond aux entraînements.

Pour un jeune comme vous, être passé par la Pro D2 est-ce une bonne école ?

K.G. : Oui, c’est enrichissant de passer par la Pro D2. C’est une autre école, du combat. À mon poste de deuxième ligne, il y a de très bons joueurs. D’ailleurs on voit qu’on a la même deuxième ligne que l’année dernière, les cinq joueurs étaient déjà là.

Top 14 - Travail de mêlée pour les joueurs de première ligne de Grenoble

Top 14 - Travail de mêlée pour les joueurs de première ligne de GrenobleMidi Olympique

Comment appréhendez-vous le Top 14 ?

K.G. Je ne sais pas du tout à quoi m’attendre. Je n’ai pas trop envie de m’avancer, de me dire que ça va être dur ou pas. Je verrai bien quand je serai sur le terrain si j’y suis. Mes objectifs personnels avec le club ? Essayer de jouer le plus possible, après je sais que ça va être dur parce qu’on monte d’un niveau.

Votre but est-il aussi de défendre le titre avec l’équipe de France moins de 20 ans l’année prochaine ?

K.G. : Il me reste encore une saison normalement en moins de 20 ans. Je vais essayer de faire partie de l’aventure et de défendre ce titre, oui. Ce serait bien.

Contenus sponsorisés
0
0