Midi Olympique

Top 14 - Jean Chazal (neurochirurgien) : "On a fait pression sur moi"

Chazal : "On a fait pression sur moi"
Par Marc Duzan via Midi Olympique

Le 29/01/2019 à 10:10Mis à jour Le 29/01/2019 à 10:41

TOP 14 - Dans notre édition de ce lundi 28 janvier 2019, Midi Olympique interviewe le neurochirurgien Jean Chazal. L'ex-membre de la commission médicale de l’ASMCA, attaqué nommément par Jamie Cudmore dans l’affaire des commotions, se défend.

Midi Olympique : La commission médicale de l’ASMCA, dont vous avez été membre, est aujourd’hui mise en cause par Jamie Cudmore. Comprenez-vous sa démarche ?

Jean Chazal : Non. À Clermont, dès 2010, nous avons été des précurseurs en matière d’alerte "commotions cérébrale". Les joueurs de l’ASMCA ont été parmi les mieux protégés, Jamie Cudmore le premier. S’il a disputé une Coupe du monde à 38 ans, c’est qu’on l’a bien traité, je pense. Mais bon…

Oui ?

J. C. : Je ne veux plus discuter dans les caniveaux. Moi aussi, j’ai parfois été trop loin dans mes propos. Il est donc temps, dans cette histoire, de devenir plus fair-play. Au rugby, on se met des pains dans les tronches et puis, on va boire des coups.

Pensez-vous…

J. C. : (il coupe) Jamie Cudmore et ses avocats ont fait pression sur moi, avec menace de plainte, pour me tenir éloigné de la deuxième expertise, celle dirigée par le professeur Pernot. Je peux le prouver, j’ai les pièces justificatives. Ils ont écrit à l’expert en lui demandant de m’interdire l’expertise et au conseil de l’Ordre en disant qu’ils déposeraient plainte, si j’étais là. De guerre lasse, je n’y ai pas été.

Jamie Cudmore et ses conseils vous reprochent aussi d’être revenus sur vos conclusions, passant d’une commotion "identifiée" à une commotion "incertaine"

J. C. : On a déformé mes propos. Vous savez, il est très difficile d’affirmer une commotion. […] À l’époque, on a suspecté une commotion, on a arrêté trois mois et demi Jamie Cudmore. Il n’a pas compris, ses avocats non plus. Ils ont déposé une plainte contre moi au conseil de l’Ordre pour me faire sanctionner, pourquoi pas suspendre, avant de la retirer après conciliation. […] Jamie, je l’ai traité pour des commotions, je l’ai opéré d’une hernie discale extrêmement menaçante. Je l’ai remis sur pied, on l’a arrêté trois mois et demi puis il a disputé la Coupe du monde et signé deux ans à Oyonnax. […] Vouloir faire condamner l’ASMCA et le professeur Chazal, c’est un peu gros. À ce moment-là, il faudrait condamner tous les clubs : quel club n’a-t-il pas en effet commis une erreur de jugement en faisant jouer un joueur qui était limite ?

De son côté, le président de l’ASMCA Eric De Cromières parle de "contradictions" dans le discours de Jamie Cudmore. Pourquoi ?

J. C. : Je crois qu’on ne peut pas avoir vingt-cinq discours différents. À Oyonnax, Jamie Cudmore a aussi écopé d’un carton rouge pour une partie de marrons au cours de laquelle il avait séché quelqu’un. J’ai tout donné à l’ASMCA, au rugby et à Jamie Cudmore. J’ai opéré tous ces mecs, y compris Jamie, même pas pour un euro symbolique. Il ne m’a même pas payé un coup à boire après l’intervention. […] Au fil de ma carrière, j’ai opéré 12 000 personnes. Ma vie, c’était de protéger la vie des autres, y compris celle de Jamie Cudmore.

Contenus sponsorisés
0
0