Icon Sport

Top 14 – Des Lyonnais en conquête

Des Lyonnais en conquête

Le 07/09/2018 à 16:08Mis à jour Le 07/09/2018 à 16:09

TOP 14 - Les Lyonnais se déplacent à Perpignan, samedi, dans le but d’aller chercher une première victoire cette saison. Le défi s’annonce de taille face à un adversaire dans la même situation mais le LOU veut s’appuyer sur une confiance, semble-t-il, encore intacte.

Si la pénalité de Rory Kockott à la 79e, samedi dernier à Castres, n’avait pas fait mouche, le LOU serait reparti avec un bon nul du Tarn, un second 16-16 en deux journées. Et le discours serait aujourd’hui tout autre. Cependant, on connait tous le proverbe qui dit qu’avec des si… Une analyse se joue quand même à peu de choses et celle qui peut être faite du début de saison lyonnais peut facilement basculer dans un sens comme dans l’autre. Après une préparation convaincante en termes de résultats (trois succès contre Oyonnax, Grenoble et Toulon), la première victoire en match officiel tarde mais cela n’inquiète pas plus que ça.

La méthode Coué a ses adeptes, faisant dire à Thibaut Regard que "ce n’est pas le début de saison rêvé mais on n’est pas loin à chaque fois et c’est ce qu’il faut se dire." Si l’on devinait cette semaine sur les visages une certaine frustration de ne pas atteindre le niveau visé, les quelques sourires montraient aussi que le capital confiance n’était pas atteint. Le groupe s’est parlé, il a également accentué son travail sur un domaine précis de son jeu. "On a beaucoup travaillé sur le fait de garder le ballon, de l’aveu du trois-quarts centre, on a du mal à répéter les temps de jeu, on n’est pas assez patient et c’est ce qui nous fait défaut."

Jonathan Wisniewski  (Lyon LOU) contre Castres

Jonathan Wisniewski (Lyon LOU) contre CastresIcon Sport

Les forces d’hier ne sont pas forcément celles de demain

Sur les deux dernières saisons du LOU, le maintien puis la qualification l’ont été avec un jeu plus minimaliste et pragmatique, reposant sur des fondamentaux performants. La tenue de la mêlée a été régulière et l’alignement redoutable. Coupable de deux lancers pas droit dans les derniers instants face à Toulouse puis d’un essai à Castres, Jérémie Maurouard fait partie de ces nouveaux qui doivent encore prendre leurs repères. "Chaque saison est différente, il faut du temps. On sent que l’on a vraiment une bonne équipe, solidaire, mais on ne peut pas être parfait partout. On travaille sur les bases. On n’est pas inquiet", précise le talonneur.

Noa Nakaitaci (Lyon) contre Castres

Noa Nakaitaci (Lyon) contre CastresIcon Sport

Les intentions sont montées d’un cran dans la continuité de la fin de saison dernière, et l’équipe manque pour le moment de régularité sur 80 minutes en voulant appliquer cette philosophie. L’impatience une fois proche de la ligne coûte cher, en témoigne les deux seuls petits essais marqués depuis le début du championnat. "Ce que l’on a produit jusqu’à présent ne suffit pas, du coup il va encore falloir hausser notre niveau. On n’est pas encore rodé sur le plan stratégique. On a du mal à s’adapter à ce que peut proposer l’adversaire en seconde période où l’on manque peut-être d’agressivité", constate Thibaut Regard.

" Pierre Mignoni : Un très gros match nous attend "

De l’agressivité, il en faudra à Aimé-Giral ce samedi. Face à l’USAP qui n’a pas non plus eu le plaisir de goûter à la victoire, "un très gros match nous attend", lance le manager lyonnais Pierre Mignoni qui souhaite que son équipe soit "plus précise et plus régulière." Cette dernière n’est pas inquiète, "il (Pierre Mignoni) apporte l’esprit de savoir ce que l’on veut. On s’entend très bien tous ensemble et c’est notre force", poursuit Jérémie Maurouard. Lyon avance à petits pats, a su régler sa conquête en montrant une progression en touche, en mêlée et dans les mauls d’un match à l’autre, pour maintenant espérer plus d’efficacité.

Contenus sponsorisés
0
0