Icon Sport

Rémi Bourdeau (La Rochelle) : “Imposer notre jeu, notre rythme dès le début de la rencontre”

Bourdeau  : “Imposer notre jeu, notre rythme dès le début de la rencontre”

Le 14/09/2018 à 16:20Mis à jour Le 14/09/2018 à 16:45

TOP 14 - Le troisième ligne de La Rochelle Rémi Bourdeau est l’un de ceux qui connaît le mieux l’USAP, adversaire des Maritimes dimanche (12h30), qu’il a affronté ces dernières saisons en Pro D2. Selon l’ancien joueur de Béziers, l’entame de match sera cruciale, un point à soigner pour les Rochelais après deux premières mi-temps défaillantes à Montpellier et Toulouse.

Rugbyrama : Rémi, vous connaissez bien cette équipe perpignanaise. Vous l’avez joué ces dernières saisons avec Béziers en Pro D2. Que pouvez-vous nous en dire ?

Rémi Bourdeau : J’ai joué contre Perpignan ces quatre dernières années. C’est une équipe qui a toujours dominé le Pro D2, encore plus la saison dernière où les Perpignanais étaient un cran au-dessus. C’est une équipe qui maîtrisait bien son jeu en Pro D2, qui était au-dessus dans tous les domaines, que ce soit en conquête ou avec les trois-quarts. Depuis le début de la saison, je pense qu’ils sont en recherche de confiance et que le premier match chez eux (perdu contre le Stade Français 46 à 15 à Aimé-Giral, ndlr) les a un peu mis dans une spirale négative. C’est une bête un peu blessée qu’il va falloir appréhender de la meilleure des manières dimanche.

Quelle est la force première de l’USAP ?

R.B : C’est une équipe avec beaucoup de caractère, à l’image de leur arrière Mathieu Acebes, il y en a plein d’autres aussi. C’est une équipe, je pense, qui a été piquée depuis trois matchs, qui n’a pas encore réussi à décrocher de victoire. Elle vient ici sans pression, elle va être compliquée à manoeuvrer. Les Perpignanais vont vouloir jouer tous les ballons, se rassurer dans le jeu et engranger un maximum de confiance. Il va falloir l’aborder de la meilleure des manières. Ce sera un match où il va falloir poser les bases de la rencontre afin d’éviter que le scénario soit compliqué à la fin. Il va falloir imposer notre jeu, notre rythme dès le début de la rencontre, et gagner le duel de l’agressivité.

Pour vous, réussir l’entame de match, ce sera l’un des objectifs, après être passé à côté à Montpellier et Toulouse ?

Exactement. Pour l’instant, on est plus dans la réaction que dans la réussite à imposer notre jeu. Il va falloir qu’on se rassure dans l’agressivité. C’est ce qu’il y a de plus simple, ça ne demande pas de technique. Il faut élever le curseur mental et marquer cette équipe. Il faut qu’on arrive à élever notre niveau de jeu durant 80 minutes. La priorité, c’est ce match et engranger de la confiance.

D’ailleurs, vous avez des explications à ces premières périodes ratées à l’extérieur ?

C’est difficile à expliquer. Je ne sais pas à quoi c’est dû. On le sait tous qu’on a joué seulement sur une mi-temps, aussi bien à Montpellier que contre Toulouse. Je ne sais pas si c’est une question de physique, on finit mieux les matchs qu’on ne les commence. Je pense que c’est plus au plan mental, il faut rentrer plus vite dans la rencontre. C’est le point sur lequel il va falloir travailler ce week-end, être agressif et poser les bases.

Contenus sponsorisés
0
0