Icon Sport

Top 14 - Test de caractère

Test de caractère
Par Rugbyrama

Le 05/09/2018 à 11:02Mis à jour Le 05/09/2018 à 11:05

TOP 14 - Relancés face à La Rochelle (36-14) après leur défaite inaugurale au GGL Stadium contres Castres, les Héraultais semblent avoir lancé leur saison. Une confirmation est attendue samedi lors de leur premier déplacement à Bordeaux, où ils avaient concédé leur plus large revers l’an passé (47-17).

"Déjà, l’équipe s’est enlevée un peu de pression." Le numéro huit Kélian Galletier le sait, Montpellier a décroché un précieux succès samedi dernier face aux Rochelais, après son départ raté contre les Castrais. Une libération qui chasse les premiers doutes et évite aux Cistes de préparer leurs deux premiers déplacements de la saison (à Bordeaux puis Lyon) avec la peur au ventre.

Kelian Galletier de Montpellier vs Kevin Gourdon de La Rochelle

Kelian Galletier de Montpellier vs Kevin Gourdon de La RochelleIcon Sport

Un triomphe, vital sur bien des plans, dont Vern Cotter ressort un enseignement prioritaire : "Sur les intentions et l’état d’esprit, j’ai trouvé l’équipe bien. Sur les dépenses énergétiques, les joueurs ont dépensé presque le double d’énergie par-rapport à la semaine précédente. Sur les attitudes, l’affrontement et l’agressivité, nous étions meilleurs et c’est important. Grâce à cela, nos montées défensives étaient plus rapides et nos accélérations plus nombreuses dans ce match. Il y avait donc plus de hargne et un collectif plus concerné, notamment sur la construction du jeu. Et maintenant on se déplace à Bordeaux, que je vois mieux structuré que les années passées. Leurs systèmes de jeu sont en place. On devra être aussi bons en défense face à La Rochelle, sans avoir dix minutes de flottement en deuxième période. Car à l’extérieur, cela coûte cher."

Le naufrage de l’an passé en tête

Indirectement, le manager fait référence à cette opposition du 23 septembre 2017, où Montpellier avait très vite explosé à Chaban-Delmas. Déjà menés 31-10 à la pause, les Cistes avaient reçu à l’arrivée leur plus grosse claque de la saison (47-17) et avaient même terminé la rencontre à quatorze (rouge de Mikautadze). "Cela ne doit surtout plus arriver ce week-end !", lance le troisième ligne. "On sait qu’on a pris une branlée l’année dernière à Bordeaux et c’est aussi cela qui fait la beauté du sport. On ne sait jamais à l’avance comment ça peut se passer", note le pilier Antoine Guillamon.

coach Vern Cotter - Montpellier

coach Vern Cotter - MontpellierIcon Sport

Une part d’incertitudes que le MHR veut limiter au maximum cette année en étant irréprochable sur le plan mental d’après Cotter : "L’an dernier, il y a des matchs à l’extérieur où nous avons lâché, comme à Bordeaux l’an passé face à une belle équipe qui joue très bien chez elle. Là, c’est la première opportunité de se déplacer avec un état d’esprit conquérant. Et cela se mesure plus à l’extérieur qu’ailleurs. L’objectif est donc de réaliser un bon match en s’accrochant et en essayant de ne rien donner à nos adversaires pour ramener quelques points. On part avec l’ambition de rivaliser, de faire une bonne entame et avec un challenge à relever : rester concentrés sur 80 minutes."

Cinq succès sur les sept derniers matchs à Bordeaux

Le défi ultime pour Montpellier, qui ne souhaite plus connaître de déroute à l’extérieur comme cela avait été le cas à Bordeaux, Brive, au Racing92 ou encore à Exeter la saison dernière. Une irrégularité en déplacement qu’ils doivent gommer dixit le pilier droit, de retour de blessure samedi : "C’est un gros test pour nous car on a vu l’an passé que les matchs à l’extérieur ne nous réussissaient pas forcément. On va savoir si nous sommes capables mentalement de réaliser les choses que le groupe est capable de faire à domicile."

" A nous d’être capables de visualiser ces situations pour bien les gérer"

Kélian Galletier poursuit : "Nous sommes capables de faire de bonnes performances, mais nous gardons de l’irrégularité dans l’enchaînement des rencontres et même durant un même match. Cela arrive et il faudra savoir à l’avenir mieux gérer les temps faibles et forts. Ce n’est pas une défaillance. Certes, on ne doit pas se permettre de lâcher, cela doit être encré dans notre mental. Mais si cette situation précise se reproduit, nous devons savoir quoi faire pour inverser la dynamique. Les dynamiques positives peuvent basculer sur une dynamique négative en deux actions. Et vis-versa. A nous d’être capables de visualiser ces situations pour bien les gérer."

Apprendre des erreurs passées, les comprendre, afin de ne plus les commettre. Le MHR veut grandir et son évolution passera obligatoirement par une meilleure gestion de ses oppositions à l’extérieur, ainsi qu’une plus grande constance dans ses performances. Premier test à Bordeaux samedi (14h45), où les Bleu et Blanc, corrigés l’année dernière, restent sur cinq succès en sept déplacements face à leurs meilleurs ennemis.

Par Julien LOUIS

Contenus sponsorisés
0
0