Icon Sport

Top 14 - Romain Lonca (UBB), la valeur travail

Lonca, la valeur travail

Le 16/05/2018 à 16:06

L'élégant trois-quart de l'UBB, Romain Lonca fait partie des derniers joueurs de Top 14 à avoir une activité professionnelle. Ostéopathe, l'Hendayais qui jouait en Fédérale 2 voilà 6 ans, a su à force de travail, se faire une place dans l'effectif de l'Union. Romain Lonca, un bosseur, un vrai.

Franc. Romain Lonca est franc, authentique. Et quand il vous parle, c'est droit dans les yeux, sans faux-semblant ni forfanterie. Drôle de bonhomme et drôle de destin pour ce joueur élancé qui était plutôt destiné à finir en héros du stade d’Ondarraitz à Hendaye. " J'ai commencé par le foot jusqu'à 13 ans, puis Hendaye, Le B.O en cadets et juniors avec Yann Lesgourgues et Paul Couet-Lannes, Saint-Jean de Luz, puis après j'ai fait 3 ans à Hendaye en 1ère. "

A vrai dire, Romain n'aurait pas pu avoir un autre destin. " la maison était à 100 m du stade. On y allait toujours à pied ". Son père avait porté le maillot béglais, dans les années 80. Premier signe du destin, le 2e est arrivé à un âge où il était " dans la dernière ligne droite des études d'ostéo ".

" Il y avait aussi mes parents qui souhaitaient que je finisse mes études."

L’œil affûté de Vincent Etcheto, alors entraîneur à l'UBB, repère les qualités du jeune ouvreur de 21 ans et le persuade de tenter le pari du Top 14. " Il y avait aussi mes parents qui souhaitaient que je finisse mes études. C'était une condition qu'il fallait respecter " explique Romain. Diplôme en poche, Romain s'est évertué au boulot. " On s'entraînait 2 fois à Hendaye avec un match le week-end. Et je suis passé à presque 2 entraînements par jour, comme c'était le cas dans la préparation. C'est un coup à prendre. Je ne dis pas que cela a été facile au début. Après, je n'ai pas joué beaucoup de matchs. J'ai été souvent remplaçant. " On est humble, chez les Lonca, car Romain a beaucoup bossé pour s'habituer, non pas au niveau condition physique mais plus sur " le rythme de matchs, la vitesse de jeu ".

Vincent Etcheto - bordeaux-Bègles - 1 mars 2014

Vincent Etcheto - bordeaux-Bègles - 1 mars 2014Icon Sport

Polyvalent et persévérant

Travailleur donc, mais aussi bon joueur, car petit à petit, sa belle passe, son sens de l'attaque, son courage en défense, sa finesse ont éclairé le jeu de l'Union. " La Lonque " comme le vestiaire bordelo-béglais le surnomme, a su se faire sa place, à force de persévérance et de longues séances d'entraînement avec 53 matchs de Top 14 en 5 saisons, malgré deux longues blessures.

Il endossa même avec fierté le maillot Barbarians en 2016. Romain, possède outre sa volonté de réussir, une force supplémentaire, sa polyvalence : " J'ai joué 10, arrière, et centre depuis quelque temps. Après, cela a toujours été un peu ma force de pouvoir jouer à tous les postes derrière. Et c'est ce qui me plaît aussi, pouvoir être aligné à différents postes. Car jouer, c'est important : être sur le terrain, courir, se faire des passes, déplacer le ballon, prendre du plaisir. Et j'en prends à n'importe quel poste derrière. "

Romain Lonca (Barbarians)

Romain Lonca (Barbarians)Icon Sport

Et du plaisir, il souhaite en prendre encore plus au sein d'un club qu'il apprécie fortement. Et ce n'est pas l'arrivée de Radrada, Tamanivalu, Seuteni et Brock James qui va lui faire perdre son goût du challenge. Bien au contraire. " Je suis persuadé qu'ils vont nous apporter beaucoup. C'est à nous de nous mettre au niveau et de coller à ces joueurs qui vont nous faire la différence sur le terrain et aux entraînements, il va falloir que l'on bosse sérieux et précis. Franchement, c'est très excitant de savoir que l'on va s'entraîner avec ces mecs. " Romain veut profiter de ces nouveaux arrivants pour progresser : " Ces gars-là ont connu le très haut-niveau et c'est toujours bon de s'inspirer des meilleurs ".

Ostéopathe avec du matériel dernier cri

Cette motivation pour aller vers l'excellence, le guide aussi dans sa vie professionnelle. Car Romain travaille aussi comme ostéopathe. Au Haillan, il a monté sa boite avec d'autres professionnels : Cela s'appelle " Hédonis ", un centre de sport santé à 360° qui allie ostéopathie, médecine chinoise et préparation sportive avec un coach. " On met en place une prise en charge globale de la personne. "

" Vu que je n'avais jamais pensé vivre du rugby "

On y trouve ainsi la dernière technologie avec un pôle physio, des bottes de récupération, un alter G. Toujours ce souci de la perfection et du travail bien fait qu'il exprime clairement : " Il faut tendre à être le plus précis possible sur tout les paramètres rugby et extra-rugby. " Romain fait partie de cette espèce en voie de disparition, celle qui partage son temps, entre crampons et bureau, salle de soins en l'occurrence. Lui sait que " cela s'est bien goupillé. Vu que je n'avais jamais pensé vivre du rugby avant 22 ans. Du coup, cela tombait bien que je fasse mes études avant. "

Rugbyman-ostéopathe, chic type en plus, voilà une belle carte de visite Aujourd'hui, c'est un homme qui aspire au meilleur après avoir connu 8 mois d'arrêt l'an dernier pour des ligaments de genoux out, une pubalgie en 2014, qui veut jouer en Top 14. Après cela, quand il sera temps de ranger les crampons, il pourra se consacrer entièrement à son travail d'ostéopathe, retrouver ses copains qui chantent à la chorale Gaztelu Zahar à Hendaye, profiter un peu " du pays basque, de la montagne, l'océan, un cadre de vie génial ".

Et se dire que " Je n'étais pas malheureux il y a 10 ans, je ne le serai pas dans 10 ans. " Une belle devise, non ?

Contenus sponsorisés
0
0