Icon Sport

Top 14 - Gourdon : "On a un peu moins de confort"

Gourdon : "On a un peu moins de confort"

Le 12/04/2018 à 15:37Mis à jour Le 13/04/2018 à 10:01

Le troisième ligne international rochelais Kevin Gourdon revient sur la position de son équipe à trois journées de la fin, et avant la réception de Castres dimanche (12h30).

Rugbyrama : Kevin, cette fin de saison et la course à la qualification tranche avec celle de la saison dernière où vous aviez fini premiers. Ça change quoi au quotidien ?

Kevin Gourdon : On a un peu moins de confort. L’année dernière, on avait beaucoup d’avance et on s’était directement qualifié. Cette année, on a aussi joué la grande coupe d’Europe et on y a laissé énormément d’énergie. Ça nous change par rapport à l’an dernier mais on reste focalisé sur ce qu’il nous reste à faire car on n’est toujours pas qualifié.

Kevin Gourdon (La Rochelle) contre les Scarlets

Kevin Gourdon (La Rochelle) contre les ScarletsIcon Sport

Mentalement, est-ce que ça vous demande plus d’implication ?

K.G : Non, c’est pareil parce qu’on veut aller le plus loin possible. On doit garder la même détermination, peu importe où l’on est au classement. On a un petit peu plus le feu aux fesses et on n’a pas vraiment le droit à l’erreur.

Vous avez peur de ne pas être dans les six premiers ?

K.G : Peur ? Non, mais ce serait un immense gâchis au vu de la saison. On n’a pas caracolé en tête comme on avait pu le faire la saison dernière mais ce serait une énorme déception par rapport au parcours européen (quart de finaliste de la Champions Cup pour une première participation, ndlr).

Ce scénario indécis, est-ce quelque chose d’usant ?

K.G : C’est le championnat qui est ainsi. Toutes les équipes bataillent énormément pour être dans les six, et donc on galère avec elles, contrairement à l’an dernier où on avait fait tout ce qu’il fallait toute la saison pour se l’éviter. Chaque année, le Top 14 se resserre. On est dans une position qui ne nous est jamais arrivée. Tout ce qui nous arrive dans une saison, ça nous aide à grandir et à être meilleur, même si ça ne se traduit pas au classement.

Kelian Galletier (Montpellier Hérault Rugby) contre Kevin Gourdon (La Rochelle)

Kelian Galletier (Montpellier Hérault Rugby) contre Kevin Gourdon (La Rochelle)Icon Sport

Comment avez-vous accueilli la décision du staff qui vous a désigné capitaine à Montpellier dimanche dernier ?

K.G : Forcément, ça a changé quelque chose. Moi, j’aime bien être tranquille avant les matchs et pas parler à mes coéquipiers de ce qu’ils doivent faire ou pas. Ça m’a permis d’être plus concentré au coup de sifflet, ça m’a fait du bien malgré une défaite un peu lourde (40 à 24, ndlr). Je l’ai plutôt bien vécu. En tant que capitaine, je suis plus dans le dialogue et l’approche stratégique entre guillemets du match. J’ai été ravi de ce capitanat qui est aussi mon premier depuis que je suis à La Rochelle (il est arrivé en 2012, ndlr).

Contre Castres, à quel point allez-vous être particulièrement attentif ?

K.G : Castres est une équipe qui ralentit énormément le ballon. On a du mal dans ce secteur-là. Il va falloir être présent dans ce domaine d’affrontement et essayer de les contrer. Sur certains matchs, on est moins précis. On a vu sur le match contre Toulouse que même avec 20 points de retard, ils ont réussi à gagner (28 à 23, ndlr).

Contenus sponsorisés
0
0