Icon Sport

Face à Brive, Oyonnax sait que c’est sa place en Top 14 qui se joue

Face à Brive, Oyonnax sait que c’est sa place en Top 14 qui se joue

Le 13/04/2018 à 08:58Mis à jour Le 13/04/2018 à 11:57

Voilà des semaines que ce match entre Oyonnax et Brive est ciblé par les deux clubs qui occupent les deux dernières places du Top 14. Un seul des deux s’offrira le droit de disputer un barrage pour rester dans l’élite, surement le gagnant du match de samedi...

On n’ira pas jusqu’à dire que dans le Haut-Bugey, on ne parle que de ça mais la réception de Brive pour l’USO ce week-end revêt d’une importance capitale. Le club a lancé l’opération "Tous au stade pour l’opération maintien" avec des places à partir de 5 euros et l’on devrait pouvoir approcher les 9 000 à 10 000 spectateurs samedi. La mobilisation est générale dans les tribunes, une revanche est attendue après la défaite concédée à Agen.

Plus encore que le score, "le comportement du match précédent a changé la semaine. Nous avons changé nos attitudes car la manière est restée en travers de la gorge", reconnait Adrien Buononato en colère contre le fait que son équipe ait manqué "une bonne opportunité de se mettre dans une très bonne position." Mais dès lundi en séance vidéo, tous ont pris leurs responsabilités, "on s’est dit les choses" lance le capitaine Valentin Ursache.

Valentin Ursache (Oyonnax)

Valentin Ursache (Oyonnax)Icon Sport

Oyonnax est toujours maitre de son destin

Même si Oyonnax reste sur deux défaites, ses quatre succès consécutifs lui ont permis de rester en vie et de jouer sa carte à fond dans cette fin de championnat. "Tout ce qui a été fait, c’était pour en arriver là. Il fallait se donner le droit d’être au coude à coude sur ces trois derniers matches", reconnait Buononato dont le groupe affrontera ensuite Lyon et Castres. Mais Brive est quasiment une finale, et ainsi "valider le travail que tu as fait sur l’année."

Adrien Buononato (Oyonnax)

Adrien Buononato (Oyonnax)Icon Sport

Gagner les trois prochains matches assurerait a minima une place de barragiste à l’équipe du Haut-Bugey qui retrouvera son stade Charles-Mathon. Elle l’avait quitté un soir de victoire face à Toulon, un match charnière estime l’entraineur. "Si on avait perdu, cela aurait été compliqué d’être dans la lutte pour le maintien dans le dernier bloc. On s’était mis une grosse pression", dit-il. Cela veut donc dire que sous pression à Mathon, Oyo promet d’être là.

C’est éreintant mais ce n’est pas une excuse

D’autant qu’à Armandie ils n’étaient pas trop là dans les fondamentaux… Le fait d’avoir concédé un essai sur la réception du coup d’envoi du match est une preuve. Le fait que la défense n’ait pas rivalisé comme elle a su le faire sur certains matches en est une autre. À cause de la fatigue ? "Il ne faut pas se trouver d’excuse car on a eu des jours de repos. Si on oublie les choses qu’il faut mettre sur le terrain, on est mort", lance le troisième ligne.

Adrien Buononato - Oyonnax

Adrien Buononato - OyonnaxIcon Sport

Comme tous les candidats au maintien à l’effectif moins fourni, celui-ci tire sur la corde raide et les quatre succès n’ont pas aidé, dans le sens où "dès que tu as trouvé la bonne formule, tu ne tournes plus trop. Il y a peut-être un peu de la fatigue mais quand tu as l’occasion de jouer pour sauver ta place en Top 14, ça vaut le coup d’aller puiser dans les réserves. Quel que soit l’issue de la saison, on terminera sur les rotules", poursuit Adrien Buononato.

L’USO a conscience de l’importance du duel face à Brive, et Ursache promet "du combat, des c******* (sic) mais pas de colère." Pas de frustration non plus de la part de ceux qui jouent moins du fait de la concurrence, pas d’inhibition, pas de stress, juste l’envie de bien faire.

Contenus sponsorisés