Icon Sport

Barrages Top 14 - Chris Ashton (Toulon) : "À l'arrière, je suis plus concerné par le jeu"

Ashton : "À l'arrière, je suis plus concerné par le jeu"

Le 17/05/2018 à 13:56

À la veille du barrage qui opposera le RCT à Lyon (vendredi à 21 heures), Chris Ashton est revenu en conférence de presse sur sa première saison toulonnaise, et sur l'excitation qui monte dans la ville, à l'approche de ce premier grand rendez-vous de la saison en Top14.

Rugbyrama : Chris, demain le RCT disputera un match à la vie à la mort contre le LOU. On imagine que vous avez rejoint Toulon pour vivre ce genre de moments. Quel est votre état d'esprit à la veille de la rencontre ?

Chris Ashton : J'ai la chance d'avoir pas mal d'expérience et d'avoir déjà vécu ce genre de matchs. Donc cette semaine j'ai simplement essayé de me préparer de la même manière que d'habitude. Je vais tenter, jusqu’au coup d'envoi, de conserver ma routine.

Êtes-vous pressé d'y être ?

C.A. : Bien évidemment. Ce qui se passe en ce moment à Toulon est fort. Je sens que les gens que je croise dans la ville sont excités. Chaque match crée une émulation dans toute la ville, et forcément c'est encore plus fort pour ce quart de finale à Mayol.

Ashton (Toulon) contre Lyon

Ashton (Toulon) contre LyonIcon Sport

Que faudra-t-il mettre en place pour battre Lyon ? Contre qui, pour l'anecdote, vous aviez inscrit un doublé à Mayol en décembre...

C.A. : Nous avions fait un grand match contre le LOU à domicile. Mais plus que mes deux essais, c'était davantage la défense qui nous avait permis de s'imposer. Et demain, si on veut gagner, il faudra mettre les mêmes ingrédients et être aussi rigoureux. Maintenant évidemment que j'aimerais également marquer...

Vous avez rallié Toulon en tant que pur ailier. Finalement, vous avez davantage joué à l'arrière cette saison. Qu'est-ce que ça change pour vous ?

C.A. : Je pense qu'en quinze j'ai plus d'opportunités de marquer. Je ne pensais pas que ce serait possible et finalement, j'évolue plus au centre du terrain, ainsi je suis plus concerné par le jeu. En revanche je ne change pas mon profil. Je pense jouer de la même manière que quand je suis aligné à l'aile. Ainsi, nous sommes trois ailiers sur la pelouse.

Est-ce que, malgré tout, ça vous a obligé à revoir vos repères, notamment en défense ?

C.A. : J'ai la chance de venir du club qui, je pense, à la meilleure couverture de terrain au monde : les Saracens. Ainsi j'ai pu, avant même de signer à Toulon, beaucoup travailler mon placement défensif. Puis je pense avoir suffisamment d'expérience. La seule différence, c'est que je cours davantage. Mais très honnêtement, ça me plaît. Je trouve sincèrement que mon rôle n'est pas très différent de celui d'ailier.

Chris Ashton avec le maillot des Saracens

Chris Ashton avec le maillot des SaracensIcon Sport

En revenant à l'équipe, Fabien Galthié a répété qu'il sentait que "les fauves étaient prêts à être lâchés", mais que l'équipe devait jouer en "meute". Est-ce que ça résume l'état d'esprit du groupe ?

C.A. : Ça fait de nombreuses années consécutives que Toulon dispute les phases finales. C'est une équipe avec beaucoup d'expérience, ce qui va énormément compter à partir de maintenant. Avant de signer, je savais que je voulais vivre ce genre de moment, et je sens que tout le monde est prêt. Quand on voit les joueurs qui composent cet effectif, je pense que l'équipe va faire un grand match.

L'ambiance est montée d'un cran à Mayol contre Castres (25e journée) et ce sera certainement encore plus fort contre Lyon. Comment s'y prépare-t-on ?

C.A. : J'essaye d'aborder la rencontre en me disant que je veux prendre le plus de plaisir possible. Une carrière, ça passe vite, et il faut savoir profiter de ces moments-là. Bien sûr, chaque match procure du plaisir, mais un quart de finale, à domicile de surplus, c'est forcément particulier. À titre personnel, je veux simplement avoir un impact sur le match et tenter d'apporter un plus à l'équipe... en marquant un essai si possible.

Vous êtes déjà le meilleur marqueur d'essais (23) sur une saison de Top 14. Vous attendiez-vous à être aussi efficace dès votre arrivée ?

C.A. : Absolument pas. Quand tu changes de club, tu repars de zéro. Ce n'est pas évident. Avant de penser à tes statistiques, tu essayes déjà de te faire à l'atmosphère. Ensuite tu essayes de gagner le respect des supporters, des joueurs et des coachs. Changer de club, c'est l'occasion de te prouver, de te challenger. Et c'est d'autant plus vrai dans un grand club comme Toulon. Je ne pensais donc pas inscrire tant d'essais. Mais c'est vraiment incroyable. En revanche, je ne suis pas seul sur la pelouse... Je sais que les joueurs présents au RCT m'aident énormément et me créent plus d'opportunités que si je jouais dans n'importe quel autre club. Maintenant, j'ai constamment envie de scorer. Marquer des essais, c'est mon job. Et si j'y parviens, j'aide l'équipe. Si en plus ça nous permet de gagner, c'est parfait.

Contenus sponsorisés
0
0