Icon Sport

À La Rochelle, la valeur du nombre

À La Rochelle, la valeur du nombre

Le 09/01/2018 à 13:42Mis à jour Le 09/01/2018 à 15:12

Bien placés en Champions Cup et en championnat, les Rochelais pourraient vivre une fin de saison avec des enjeux sur les deux tableaux. Il leur faudra un effectif mobilisé.

Votre journal 100% numérique

Abonnez-vous dès 7.90€/mois

Seconds du Top 14 après quinze journées, leader de la poule 1 de Champions Cup après les quatre premières, La Rochelle est plutôt bien partie pour atteindre les phases finales dans deux compétitions. À moins d’une mauvaise passe, ce qu’on ne souhaite pas aux Maritimes puisqu’il est encore possible d’émettre des voeux. Ce serait alors la répétition de la saison dernière. À ceci près et ce n’est pas rien : après la Challenge Cup, il s’agit de la Champions Cup. Demi-finalistes malheureux à domicile contre Gloucester en Challenge Cup, avant de connaître le même sort dans le championnat à Marseille contre Toulon, les Jaune et Noir de Patrice Collazo et Xavier Garbajosa avaient connu pour la première fois une saison qui s’étalait sur neuf mois et trente-cinq matchs. Un véritable parcours du combattant.

Patrice Collazo (La Rochelle)

Patrice Collazo (La Rochelle)Icon Sport

Pour tenir le rythme, on sait qu’il faut un effectif large et compétitif. C’est fondamental tant il n’y a plus de petite équipe. La rencontre à Oyonnax (38-38), samedi, avec une dernière séquence de sept minutes pour porter le temps de jeu à 87 minutes n’avait rien d’un match chez le dernier. Les Maritimes ont plié en défense sur la fin. Mains sur les genoux pour reprendre leur souffle, ils étaient éreintés.

Malgré tout, après cinq mois de compétition, et déjà plus de vingt matchs disputés en comptant les amicaux depuis Brive fin juillet, le plus gros reste à venir et c’est tout un groupe qui doit se sentir concerné. Dans les déclarations, c’est le cas, à l’image du talonneur Jean-Charles Orioli la semaine dernière : "C’est très important que tous les joueurs soient mobilisés tout au long de la saison pour arriver au printemps avec tout le monde en forme et capable de jouer les matchs". Car oui, c’est au printemps que les titres sont distribués. Le champion d’automne, lui, reçoit quoi ? Des éloges mais ça ne remplit pas les étagères de trophées. Les Rochelais en ont assez goûté la saison dernière pour le savoir. En cela, les retours sur les terrains de Jean-Charles Orioli, de Lekso Kaulashvili, de William Demotte ou de Mathieu Tanguy ainsi que des états de forme ascendants, comme ceux de Kevin Gourdon ou de Vincent Pelo, incitent à voir l’avenir avec optimisme. La fin reste à écrire. Et il y aura besoin du plus grand nombre pour qu’elle soit belle.

Kévin Gourdon (La Rochelle)

Kévin Gourdon (La Rochelle)Icon Sport

0
0