Icon Sport

TOP 14 - Qu'es-tu devenu... Laurent Arbo ?

Qu'es-tu devenu... Laurent Arbo, le recordman d'essais en Top 14 ?

Le 17/05/2017 à 09:23Mis à jour Le 17/05/2017 à 09:53

TOP 14 - Toujours détenteur du record d'essais dans l'élite (100), Laurent Arbo, ancien ailier devenu préparateur physique à l'issue de sa carrière, participant notamment à l'aventure des Bleus lors du Mondial 2011 en Nouvelle-Zélande, va, après un an de recul, revenir exercer son métier à l'Usap, son premier club.

Il a quitté la scène il y a dix ans exactement mais son ombre plane toujours sur le Top 14. Certes, il y a ceux qui l'ont oublié, il y a maintenant ceux qui ne l'ont jamais connu. Mais il reste un record qui fait de lui un homme qui compte dans le rugby français : Laurent Arbo, ex-ailier de l'Usap, Brive, Pau et Montpellier est, avec cent réalisations, le meilleur marqueur d'essais de l'histoire du championnat de France.

Cent essais inscrits en seize saisons au plus haut niveau de 1991 à 2007. C'est mieux que les deux grands du rugby français qui sont ses premiers poursuivants : Vincent Clerc (98 essais) et Aurélien Rougerie (95 essais). Un petit plaisir qu'Arbo savoure depuis dix ans. "Je reconnais ressentir une certaine fierté avec ce record. Je serais démago de dire l'inverse. Je n'étais pas le plus costaud mais j'ai réussi à passer à travers certains filets qui m'ont été tendus. On a essayé de m'attraper et j'ai pu m'en sortir. Mais je considère malgré tout qu'il est difficile de comparer. Vincent Clerc a eu une carrière internationale que je n'ai pas eue, des blessures dont il a fallu revenir. Arriver à durer aussi longtemps, je dis chapeau. Et je pense qu'il va revenir de nouveau : il a le mental pour ça".

Laurent Arbo avec Vincent Clerc - 2016

Laurent Arbo avec Vincent Clerc - 2016AFP

Alors si c'est l'ailier du RCT qui devait le détrôner, il l'accepterait avec bienveillance de se faire déposséder. A moins que ça ne soit par Aurélien Rougerie... Arbo qui a travaillé avec les deux hommes durant le Mondial 2011 en Nouvelle-Zélande en tant que préparateur physique des Bleus n'aura pas de regrets. "Je serais content que ça soit eux", promet-il.

Après Provale, préparateur physique...

Laurent Arbo, de toute façon ne vit pas dans le passé. Il y a bien longtemps qu'il a tourné la page de sa carrière de joueur, embrassant après une expérience au sein du syndicat de joueur Provale, une seconde carrière dans le rugby professionnel : celle de préparateur physique. Une évidence. "Sur le terrain, tout ce qui était tactique ou technique, ça m'ennuyait. J'étais un joueur d'instinct. Entraîneur, ce n'est pas fait pour moi. Je n'avais pas envie de réfléchir sur le jeu. En revanche, j'adorais me préparer pour une saison". Après un passage à Lannemezan - "la Fédérale 1 c'est formateur, il faut avoir des idées" - et une expérience convaincante avec les Bleus qu'il participe à emmener en finale de la Coupe du monde, il rejoint Agen puis Castres où il exerce trois saisons.

Laurent Arbo lors de la Coupe du monde 2011

Laurent Arbo lors de la Coupe du monde 2011Midi Olympique

Cette année, il s'était éloigné du rugby professionnel, ayant fort à faire avec sa société Iteps (institut toulousain d'expertise physique et santé) lancée avec deux associés après un long travail. Ouverte voilà un an à Muret, elle s'adresse aussi bien à des amateurs que des professionnels en quête de rééducation ou de préparation physique.

"Redonner de la joie à l'Usap"

Mais Arbo avait prévenu qu'il reviendrait vite au rugby pro : ce sera la saison prochaine à Perpignan, le club de ses débuts, qu'il avait quitté voilà vingt ans exactement. Pour ce Catalan revendiqué - "Je suis né à Béziers mais deux jours plus tard, j'étais revenu dans mon village, Prats-de-Mollo" - ce retour n'est pas qu'une question de sentiments. "Il ne s'agit pas de revenir pour revenir mais de m'inscrire dans un projet pour redonner de la joie à l'Usap et aider le club à retrouver son rang. L'objectif est clair et précis : la remontée en Top 14", insiste t-il.

Laurent Arbo - 2015

Laurent Arbo - 2015Icon Sport

Pour cela, il a présenté un projet ambitieux : accompagner l'Usap par une équipe de trois préparateurs physiques chacun spécialisé dans un domaine. En l'occurrence, Ange-François Costella en poste dans le staff médical de l'Olympique Lyonnais (nutrition, réathlétisation), Marc Millau (travail de courses) et donc lui-même, spécialisé dans la musculation et l'analyse des données GPS. "Nous partageons la même philosophie de travail. Le plus dur, c'était de trouver un club qui nous prenne ensemble. Mais une équipe de trois préparateurs en Pro D2, c'est difficile à faire admettre".

La chance de Laurent Arbo ? Son passé à l'Usap et la présence dans le staff de Patrick Arlettaz qui fut son coéquipier et entraîneur à Montpellier. Qui est surtout "comme son frère". Le projet a été validé, le staff étant prêt à sacrifier la possibilité de recruter deux joueurs pour mettre l'effectif dans les meilleurs conditions. Premier rendez-vous fixé le 19 juin à Aimé-Giral, là où 26 ans plus tôt, tout a commencé pour Arbo… Un bon point de départ pour aller loin.

Contenus sponsorisés
0
0