Icon Sport

Dan Carter (Racing 92) : "Ce match à Toulouse est probablement le plus important de notre saison"

Carter : "Ce match à Toulouse est probablement le plus important de notre saison"

Le 12/04/2017 à 17:38

TOP 14 - Très précis au pied contre Pau (34-32), Dan Carter semble monter crescendo dans cette fin de saison stressante pour le Racing 92. Les affaires, son année mouvementée, la fusion... la star neo-zélandaise s’est confiée comme rarement, tout en se projetant sur les échéances cruciales qui attendent les Ciel et Blanc.

Votre dernière prestation contre Pau laisse augurer une montée en puissance de votre part…

Dan CARTER : Cela fait trois matches maintenant que je suis revenu de blessure. J’ai été absent six semaines et cela prend forcément un peu de temps pour retrouver son rythme habituel. Ce n’est pas possible de revenir au top dès le premier match. J’ai de fortes exigences me concernant, je veux toujours être le meilleur joueur. Et il faut quelques matches pour retrouver le rythme et la confiance. J’ai travaillé très dur pour me maintenir en forme afin d’aider l’équipe du mieux que je peux.

Avez-vous digéré les affaires dans lesquelles votre nom a été cité cette saison ?

D.C : Oui, cela fait deux moins maintenant pour la dernière (Carter a été contrôlé au volant en état d’ébriété le 16 février dernier, ndlr). J’ai connu des choses désagréables cette année mais c’est loin derrière moi désormais. Le public et les médias ont donné des opinions sur moi et c’était assez dur d’y échapper. Ce qu’on lit dans les journaux n’est pas toujours exact non plus. Et puis j’ai souvent été critiqué tout au long de ma carrière, cela fait partie du sport professionnel. Je n’ai donc pas laissé tout ça trop me détruire. Je me suis focalisé sur ce que j’aime avant tout, jouer au rugby. C’est ma priorité numéro 1, cela l’a toujours été.

" Cela ne m’a jamais traversé l’esprit de repartir en Nouvelle-Zélande"

Avez-vous pensé à rentrer en Nouvelle-Zélande durant cette période ?

D.C : Non, je suis très content ici. Certaines rumeurs ont pu prétendre le contraire mais je suis plus qu’heureux ici. J’apprécie beaucoup mon expérience en France. Les gens sont adorables avec moi et ma famille. C’était un challenge de venir ici car la façon de vivre y est différente de celle en Nouvelle-Zélande. Mais j’aime les challenges et j’ai aussi un bon contrat avec le Racing, qui court jusqu’en 2018. Donc, non, cela ne m’a jamais traversé l’esprit de repartir en Nouvelle-Zélande.

Dan Carter (Racing 92) - avril 2017

Dan Carter (Racing 92) - avril 2017Icon Sport

Comment avez-vous réagi aux propos de votre président Jacky Lorenzetti, qui a pointé du doigt dans les colonnes du Parisien le fait que vous soyez "trop sollicité par les opérations de relations publiques" ?

D.C : Vous savez, il n’y a rien de nouveau par rapport à ce que je faisais en Nouvelle-Zélande. Quand vous êtes un All Black, vous devez répondre deux fois par semaine aux obligations avec les sponsors. Je le faisais pour ceux de l’équipe nationale, ceux des Crusaders et les miens. Des fois, avant des matches décisifs avec les All Blacks, il fallait remplir des obligations commerciales la veille de la rencontre. Ce n’est donc pas quelque chose que je découvre. Je le fais encore ici en France, c’est quelque chose qui me plait beaucoup aussi. Le tout est de trouver un équilibre et que cela ne me gêne pas dans mon rugby et je pense que ce n’est pas le cas pour ma part.

" On est toujours en course malgré tout ce qui nous est tombé dessus"

Quelle est votre position sur la fusion avortée entre le Racing et le Stade français ?

D.C : J’ai déjà vu cela en Nouvelle-Zélande entre les clubs de Nelson Bays et Malborough Rugby qui étaient rivaux mais qui ont fusionné il y a quelques années pour former la Tasman, qui est aujourd’hui une des meilleures provinces du pays. Cela donc déjà été fait chez moi. Mais les discussions autour de la fusion du Racing et du Stade français font aujourd’hui partie du passé et je crois que c’est le bon sens. Les deux clubs vont rester ce qu’ils sont et cela fait plaisir à beaucoup de personnes.

Dan Carter (Racing 92)

Dan Carter (Racing 92)Icon Sport

Comment jugez-vous la saison de votre club ?

D.C : Elle est très bizarre pour être honnête. Quand on l’a démarrée, on était encore sur notre nuage du titre de la saison dernière. Et si on nous avait dit à l’époque tout ce qui nous attendait, on n’aurait pas pu le croire. Il y a eu toutes ces histoires, destructrices pour l’image du club, mais une chose est toujours restée malgré tout : les liens qui unissent cette équipe. Il y a un très bon esprit dans le groupe et toutes ces histoires ont aussi révélé sa force de caractère. On est toujours en course pour une qualification en phases finales malgré tout ce qui nous est tombé dessus. On est revanchards, on a aussi envie de prouver à certains qu’ils ont eu tort. On veut se qualifier, on sait que cela demandera un effort massif de toute l’équipe mais on fait tout pour y parvenir.

" Ma saison, un peu les montagnes russes"

Et sur un plan personnel ?

D.C : Cela a été un peu les montagnes russes, il y a eu des hauts et des bas. J’étais satisfait au début de la saison, puis il y a eu les blessures et les péripéties. Il a fallu faire le dos rond mais la motivation et la passion du rugby étaient toujours là, ce qui est le plus important. Aujourd’hui, cela fait quelques matches que je reviens bien et j’espère pouvoir encore performer pour cette fin de saison.

Dan Carter (Racing 92) - octobre 2016

Dan Carter (Racing 92) - octobre 2016Icon Sport

Le rendez-vous de dimanche à Toulouse sera décisif pour le Racing…

D.C : C’est un énorme match, probablement le plus important de notre saison. Elle dépend du résultat. L’équipe est consciente de ça, elle sait qu’il faudra sortir une performance à Toulouse, où il n’est jamais facile de jouer. On doit gagner pour espérer encore pouvoir se qualifier.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés