Rugbyrama

Top 14 - Toulon et Montpellier, des cadors encore en rodage

Toulon et Montpellier, des cadors encore en rodage
Par Ivan Petros via AFP

Le 07/11/2015 à 10:17

Toulon a raté son début de saison et Montpellier a calé après un bon départ. Ces deux équipes s'affrontent dans un choc entre favoris du championnat pas encore au sommet, samedi lors de la 8e journée du Top 14.

Toulon a "mal géré"

Mourad Boudjellal a "mal géré la période de la Coupe du monde". "Je suis responsable", a tonné le bouillant président du RCT. Seulement 8e, à 11 points du leader Clermont, le triple champion d'Europe n'est pas encore au niveau. "Il y a trop de lacunes individuelles", peste Bernard Laporte, citant en exemple les "25 plaquages manqués" contre Grenoble.

" Certains ont manqué l'occasion de se montrer (Laporte)"

L'entraîneur de Toulon estime que son groupe "a alterné le bon et le moins bon" et pique les joueurs qui n'ont pas su pallier les 17 absences dans l'effectif liées aux départs pour la Coupe du monde. "Certains n'ont pas profité de l'absence des internationaux pour se faire une place et montrer qu'ils étaient au niveau. Rien n'est terminé, mais ils ont manqué une occasion de se montrer", prévient Laporte.

Pour le centre Maxime Mermoz, "le constat est négatif pour l'instant sur notre début de saison (...) On fait des erreurs bêtes. On travaille des choses à l'entraînement et on n'arrive pas à le reproduire en match". Les internationaux rentrent les uns après les autres, mais contre Montpellier, Laporte n'aura que sa recrue australienne Quade Cooper à l'ouverture, qui va devoir "intégrer l'équipe sans la connaître. Il ne connaît pas une combinaison, mais on est obligé de le faire jouer, on a personne d'autre".

Quade Cooper avec Mourad Boudjellal à son arrivée à Toulon - 3 novembre 2015

Quade Cooper avec Mourad Boudjellal à son arrivée à Toulon - 3 novembre 2015AFP

En troisième ligne l'Argentin Juan Martin Fernandez Lobbe reprend sa place, avant les retours la semaine prochaine de Bryan Habana, Duane Vermeulen, Matt Giteau, Drew Mitchell et James O'Connor. Malgré toutes ces incertitudes, l'entraîneur rappelle que "si on bat Montpellier, on sera troisième... C'est à la 26e journée qu'il faut être à ces places là".

Montpellier, un bel élan rompu

Montpellier a réussi le meilleur début de sa jeune histoire, mais a perdu son premier véritable test face au Stade toulousain à domicile (25-33). Avec cinq victoires lors des six premières journées, dont deux à Bordeaux et Grenoble, l'équipe désormais dirigée par l'entraîneur sud-africain Jake White a visiblement tourné la page d'une chaotique saison passée, marquée par l'éviction de Fabien Galthié. Mais, après avoir battu à l'Altrad stadium le leader Clermont, amputé de ses nombreux internationaux, Montpellier a concédé sa première défaite à la maison face à Toulouse et généré quelques doutes sur sa capacité à assumer ses hautes ambitions.

" J'espère que c'est un simple accident (Trinh-Duc)"

La marche était-elle trop haute pour une équipe qui amorce un nouveau cycle sous la férule de l'ancien patron des Springboks, champions du monde en 2007? "Notre calendrier en ce début de saison est difficile", plaide le demi d'ouverture François Trinh-Duc, évincé lui de la Coupe du monde. "Avec les matchs devant Clermont, Toulouse et Toulon, on savait qu'il serait dur de répéter les bonnes performances. J'espère que c'est un simple accident et que l'on va rebondir rapidement"", dit-il.

Les deux saisons précédentes, Montpellier a calé au coeur de l'automne après un début prometteur. Il s'est effrité au moment où son effectif devait digérer l'apport de recrues venues de l'hémisphère sud (Timani, Ebersohn, Ranger en 2013). Les vieux démons sont-ils en train de ressurgir à l'heure où les Mondialistes et d'autres renforts intègrent le groupe?

Nicolas Mas, Andrew Smith, Akapusi Qera (Montpellier) face à Clermont - le 24 octobre 2015

Nicolas Mas, Andrew Smith, Akapusi Qera (Montpellier) face à Clermont - le 24 octobre 2015Icon Sport

Face à Toulouse, Jake White avait laissé sur le banc Benoît Paillaugue, auteur d'un excellent début de saison, Robins Tchalé Watchou, Ben Mowen ou Wiaan Liebenberg, éléments essentiels à un pack souverain jusque-là, pour lancer le sud-africain Du Plessis, arrivé une semaine plus tôt, le pilier Van der Linde, remplacé avant la mi-temps, ou le demi de mêlée australien White, suppléé à la pause. Et la belle machine s'est grippée. Elle passera un nouveau test à Mayol ce samedi.

Contenus sponsorisés
0
0