AFP

Clermont-Toulon (9-35), l’antisèche: Et dire que Toulon n’alignait pas toutes ses forces à Clermont

L’antisèche: Et dire que Toulon n’alignait pas toutes ses forces à Clermont...

Le 28/11/2015 à 23:50Mis à jour Le 02/12/2015 à 09:48

TOP 14 - Toulon a frappé un grand coup en humiliant Clermont au Michelin (9-35). La marge des Varois sur la concurrence semble même être plus importante que par le passé, d'autant plus que le RCT avait plusieurs cadres absents. Notre antisèche.

Le jeu : Toulon a donné la leçon

Une leçon. Voilà comment résumer la performance réalisée ce samedi par Toulon face à Clermont. Dans tous les domaines du jeu, les Varois ont été largement supérieurs, bien aidés par le retour des Mondialistes. Surpuissant et efficace, Toulon a maîtrisé les débats durant 80 minutes, mettant en avant une supériorité même étonnante. Dans le combat, les Auvergnats n’ont su jamais répondre présent, comme dans le jeu au sol avec cette statistique hallucinante : 10 pénalités concédées. Preuve que l’ASM a constamment subi. Le bonus offensif pour le RCT n’est en rien usurpé. C’est une certitude, ce match va faire date...

La joie de Toulon après son succès à Clermont - 28 novembre 2015

La joie de Toulon après son succès à Clermont - 28 novembre 2015Icon Sport

Les joueurs : Les Mondialistes du RCT au top

Quand les Mondialistes sont présents, Toulon peut avoir le sourire. Sa troisième ligne Fernandez-Lobbe/Vermeulen/Gorgodze a été impériale, le dernier nommé ayant rendu une copie presque parfaite. Le deuxième ligne Manoa a montré toute sa mobilité en étant partout sur le terrain. Enfin, le RCT n’est pas le même quand évolue à l’ouverture Matt Giteau. Le Wallaby est clairement le cerveau de cette équipe.

A Clermont, difficile de sortir du positif. Lapandry s’est employé en défense mais a subi comme toute son équipe. Radosavljevic, propulsé à l’ouverture au dernier moment, a connu bien des difficultés. L’ailier Strettle nous a habitués à bien mieux. Match très décevant de Vulivuli au centre et de Bardy, bien trop de nerveux.

Matt Giteau (Toulon) face à Clermont - 28 novembre 2015

Matt Giteau (Toulon) face à Clermont - 28 novembre 2015Icon Sport

Ce qui aurait pu tout changer : les présences de James et Cudmore

Le fossé était bien trop grand entre les deux équipes. Mais Clermont n’a pas forcément été aidé par les évènements. Perdre son ouvreur avant le début du match n’aide en rien. Touché à une cuisse lors de la mise en place, Brock James a renoncé, laissant sa place à un Ludovic Radosavljevic qui a subi les évènements, au point d’être totalement transparent durant 80 minutes. L’Australien aurait pu apporter tout son calme, son expérience et son jeu au pied d’occupation qui aurait permis à l’ASM de s’extirper de la pression varoise. Dans le combat au sol, l’aide de Cudmore (malade le matin du match), aurait sans nul doute été un atout très précieux. Sans ces deux éléments clés, Clermont a souffert.

Le tweet pour calmer les esprits

La stat : 66

Il faut remonter plus de 66 mois en arrière pour retrouver trace d’un match au Michelin où Clermont ne marque pas d’essai. C’était le 7 mai 2010 face au Racing pour un succès 21-17.

La décla : Bastareaud (centre de Toulon)

" C’est une grosse performance qu’on a fait. A Clermont, c’est quasiment impossible de gagner. On a rattrapé notre défaite de la semaine dernière face aux London Wasps (en Champions Cup, ndlr)."

La question : Toulon a-t-il un adversaire à sa hauteur ?

Toulon a impressionné, c’est une vérité. Il a signé le succès qui lance clairement sa saison. S’imposer au Michelin, ce n’est pas chose aisée. Mais que dire alors de le réussir avec le bonus offensif ? Un résultat vraiment probant, avec en plus la manière. Le RCT, avec ses Mondialistes, a semblé évoluer une division au-dessus de cette formation clermontoise dépourvue de plusieurs éléments (Fofana, James, Cudmore, Lee ou Lopez).

Drew Mitchell (Toulon) face à Clermont - 28 novembre 2015

Drew Mitchell (Toulon) face à Clermont - 28 novembre 2015AFP

Ce qui étonne, c’est le niveau affiché. Et la transformation de l’équipe avec le retour des Mondialistes. Ce Toulon-là est plein de maîtrise, sûr de son fait, redoutable d’efficacité. Et surtout capable de battre n’importe qui. On se demandait si le RCT allait assurer sans encombre la succession de Botha, Hayman ou Williams. On a eu un élément de réponse ce samedi : l’armada varoise est toujours aussi performante. Elle pourrait même être meilleure car n’oublions pas que Nonu n’a pas encore joué et que des éléments comme Guirado, J. Smith, Habana, Tillous-Borde, O’Connell ou Halfpenny pointent à l’infirmerie. Toulon n’a bien sûr pas assommé le championnat. Mais il a envoyé un message très fort à la concurrence...

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés