• Top 14 - Rodrigue Neti (Toulouse)
    Top 14 - Rodrigue Neti (Toulouse)

"Vous faites quoi ? Nous, on joue au rugby !" : quand Neti interpelle les activistes

Par Rugbyrama
Le | Mis à jour

TOP 14 – Des activistes ont fait stopper la rencontre entre le Stade toulousain et le Stade français ce samedi après-midi. Forcément, c'est un sujet qui a fait réagir les acteurs de la rencontre, davantage étonnés que révoltés par cette interruption.

Deux activistes se sont introduits sur la pelouse en plein milieu du match entre le Stade toulousain et le Stade français (16-16) ce samedi après-midi. Les deux jeunes hommes ont grimpé sur les poteaux du camp toulousain pour s'y attacher. Loin de cette action, les deux équipes, engagées de l'autre côté du terrain, ont mis du mal à comprendre ce qu'il se passait. Les cris du public, qui se faisaient plus pressants, ont alerté les acteurs de cette rencontre en ouverture de la 10e journée de Top 14. Alex Arraté évoquait ce moment en conférence de presse : "On essaie de rester concentré sur le match. Surtout qu'il venait de démarrer. Dix minutes venait de se jouer, on se refroidit un peu... Personnellement je ne comprends pas tout de suite ! Il n'est jamais évident d'interrompre un match comme ça."

Alexandre Roumat avait tendance à évoquer les répercussions sur la physionomie du match : "Déstabilisé ? Je ne sais pas. Après la reprise, on n'est pas très bons. Donc il n'y a pas eu de grand changement... Même si l'action suivante est brouillonne, ça nous a permis de régler quelques détails avec les interventions du staff et de quelques leaders."

On aurait pu y passer l'après-midi...

Son capitaine Rodrigue Neti s'est retrouvé au milieu de cet imbroglio, sous les poteaux : "J'étais en train de leur poser la question : "Vous faites quoi en fait ? Nous, on joue au rugby."" Il ajoutait : "Je n'ai toujours pas compris pour quelle raison ils étaient là ! Ça arrive, il faut s'adapter. Bien sûr, ça coupe le rythme."

Quant à Gonzalo Quesada, le directeur sportif du Stade français jouait de l'humour sur cet épisode pour le moins étonnant : "C'est pour ça qu'on fait nul ! C'est une introduction organisée par Ugo et son staff pour nous faire sortir de notre match. J'aimerais bien avoir leurs cartes d'identité car ce sont deux supporters toulousains." Puis, il y revenait avec plus de sérieux : "Franchement, c'est chiant (sic) pour tout le monde. Et on a eu peur car on ne voyait pas ce qu'ils faisaient. S'ils s'étaient attachés avec quelque chose de plus dur, on aurait pu y passer l'après-midi..."