Icon Sport

Jouer, c’est gagner pour les Toulousains !

Jouer, c’est gagner pour les Toulousains !

Le 15/06/2019 à 22:42Mis à jour Le 15/06/2019 à 23:13

TOP 14 - Dans un final de très haut vol, où les deux équipes se sont rendues coup pour coup, le Stade toulousain a une nouvelle fois vaincu Clermont en finale (24-18) et remporté le 20e Bouclier de Brennus de son histoire. Un doublé de Yoann Huget a scellé le sort de cette rencontre extrêmement disputée.

C’était la finale rêvée entre les deux premiers de saison régulière et les deux meilleures attaques de notre championnat. Mais c’est surement grâce à sa défense que le Stade toulousain a construit son succès, se montrant solide d’un bout à l’autre de la rencontre. Les 18 points inscrits au pied par les buteurs de l’ASM n’ont pas suffi, et la bonne mêlée des Jaunards n’aura pas non plus permis d’inverser la tendance dans une finale que les joueurs d’Ugo Mola ont plutôt maitrisé, après n’avoir été menés que durant 11 minutes.

Après les pénalités de Greig Laidlaw (2e et 14e), les réactions furent immédiates grâce au pied de Thomas Ramos (9e et 18e). En difficulté dans ce registre lors de la demi-finale, l’ouvreur toulousain s’est repris au meilleur des moments et le léger doute entrevu lorsqu’il expédia un renvoi directement en touche (14e) n’aura pas eu d’incidence. Ce duel a donc d’abord fait la part belle aux buteurs, à défaut de voir les initiatives être récompensées, surement à cause d’une certaine tension observée au bout de seulement 20 secondes…

La lumière est venue de Yoann Huget

Clairement, c’est une philosophie qui triomphe. Car c’est par le jeu que Toulouse a su trouver la faille. Sa défense agressive a mis Clermont sur le reculoir, et finalement le fameux "jeu de mains, jeu de Toulousains" a pris tout son sens. Derrière une mêlée, Antoine Dupont oriente côté ouvert pour négocier un surnombre et permettre à Cheslin Kolbe d’accélérer avant de servir en bout de ligne Yoann Huget (29e), puis derrière une nouvelle phase au sol, c’est toute une ligne de trois-quarts qui s’illustre pour la conclusion du même homme (55’).

Toujours à distance mais jamais en mesure de renverser la situation, Clermont sort frustré, comme lorsque l’ASM réclama un essai de pénalité sur une faute de Kolbe après une percée Fritz Lee (33’). Mais les maladresses ont couté cher, la précipitation aussi malgré les bonnes intentions. La perte d’un Arthur Iturria à l’échauffement ou encore la sortie rapide sur commotion d’Alexandre Lapandry ont eu des conséquences. Si Lopez a réduit l’écart à 6 points sur pénalité dans le final (73’), ses coéquipiers n’ont ensuite pas trouvé la faille.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0