Icon Sport

Fiducial attaque, Toulouse répond

Fiducial attaque, Toulouse répond

Le 28/02/2018 à 11:32Mis à jour Le 28/02/2018 à 18:43

Alors que Fiducial, principal actionnaire privé du Stade toulousain, a contesté en début de semaine la validité des comptes arrêtés au 30 juin du club, ce dernier a répond fermement ce mercredi soir, à l'issue d'un Conseil de surveillance. Le torchon brûle entre les deux parties.

Tensions Fiducial-direction du Stade toulousain : acte 2, voire 3… Si le club le plus titré de France, porté par un jeu séduisant et des résultats prometteurs, est de retour au premier plan sportif avec une troisième place au classement du Top 14, les remous continuent en coulisses. Cela fait de longs mois que le torchon brûle entre Fiducial, le principal actionnaire privé (qui détient 12 % du capital), et l’équipe du président Didier Lacroix, en poste depuis le 1er juillet dernier. Un nouvel épisode s’est écrit lundi, au lendemain de la victoire bonifiée contre Brive, lequel rapporte l’existence d’une consultation menée par la société Paper Audit & Conseil sur laquelle s'appuie Fiducial pour contester la validité des comptes arrêtés au 30 juin 2017. Ajoutant que les dirigeants de Fiducial "envisagerait d'engager des poursuites pénales contre le club", accusé d’avoir "maquillé" une partie de ses difficultés financières. Des dirigeants qui contestent également les conditions d'acquisition des droits commerciaux du Stade toulousain par Infront, pour un montant de 4,2 millions d'euros sur la base d’un contrat de dix ans, à la société A la Une, dont Lacroix était le numéro un avant de prendre la succession de René Bouscatel et qui détenait ces droits jusqu'en juin.

Didier Lacroix, président du Stade toulousain

Didier Lacroix, président du Stade toulousainGetty Images

Unité dans le club

Un Conseil de surveillance était programmé au club ce mardi après-midi. Et à l’issue de sa tenue, le Stade toulousain a répondu fermement à ces attaques par le biais d'un communiqué de presse publié en début de soirée sur son site Internet :

" Le rapport précité n’a pas été réalisé contradictoirement, et s’est fondé sur les seules informations fournies par la société Fiducial. Il n’a en conséquence aucune valeur probatoire. […] Ces opérations ont été étudiées en amont et validées tant par les instances de contrôle interne que par les autorités réglementaires, à savoir la Direction Nationale d’Aide et de Contrôle de Gestion de la Ligue Nationale de Rugby."

Selon nos informations, ce communiqué a été voté à l’unanimité des membres du Conseil de surveillance moins une abstention (celle du représentant de Fiducial), avec la validation des commissaires aux comptes. En clair, le club veut avancer soudé et uni dans le conflit qui s’annonce, puisqu’une action en justice est désormais prévisible.

Des poursuites judiciaires ?

Autant dire que l'opposition entre Christian Ladouche, Pdg de Fiducial, et Didier Lacroix, a franchi un cap en ce début de semaine, avec des positions qui semblent se durcir des deux côtés. À travers son communiqué, le club dénonce même une tentative de déstabilisation :

" Le droit de contestation d’un actionnaire n’est pas remis en cause. Cependant, les divergences doivent d’abord être débattues en interne, et en cas de désaccord grave sur le plan judiciaire, mais en aucun cas sur le terrain médiatique. La pollution médiatique actuelle cause un préjudice qui nuit à l’action des dirigeants du club, laquelle s’inscrit dans une dynamique sportive, commerciale et financière, initiée depuis le début de la saison. En conséquence, toute nouvelle action médiatique pourra être sanctionnée par les poursuites judiciaires qui s’imposent. Il ne faut pas confondre l’intérêt à agir et l’intérêt à nuire. L’histoire du club s’est toujours gagnée sur le terrain et non en-dehors. "

Ceci alors, justement, que Toulouse est en passe de retrouver son standing sportif et que la presse a été convoquée jeudi matin par Didier Lacroix pour faire un point sur la saison à venir et annoncer notamment le recrutement du double champion du monde all black Jerome Kaino.

Contenus sponsorisés
0
0