Abonnés

6 Nations 2024 - "On sent que le ressort est cassé", explique Imanol Harinordoquy après le match nul des Bleus face à l'Italie

Par Simon Valzer
  • Face à l'Italie, le XV de France a concédé un match nul.
    Face à l'Italie, le XV de France a concédé un match nul.
Publié le
Partager :

Imanol Harinordoquy, consultant Midi Olympique aux 82 sélections avec le XV de France, estime que la situation des Bleus est particulièrement inquiétante. Conduite du jeu, fautes de mains à la pelle, joueurs cadres qui ne sont pas à leur niveau… Le Basque n’élude aucun sujet et s’avoue préoccupé par le niveau affiché par ce XV de France.

Quel sentiment prédomine chez vous à l’issue de ce match nul face à l’Italie ?

À chaud, j’ai l’impression que l’on s’en sort très bien avec ce match nul ! Mais on avait quand même pris la rencontre par le bon bout : on a retrouvé de l’énergie, avec un paquet d’avant dominateur et un jeu plus simple mais direct. On a marqué assez rapidement donc je pensais que cela allait nous mettre en confiance. Seulement, on a ensuite dominé cette première mi-temps sans marquer. Ce qui est récurrent depuis le début du Tournoi, ce sont ces fautes de main assez incroyables, notamment en bout de ligne alors que ce ne sont pas les adversaires qui nous font tomber les ballons. À cause de ce manque de maîtrise, on tourne à 10-3 à la mi-temps, avec en prime ce carton rouge qui vient pénaliser l’équipe. À quatorze contre quinze, on a senti que le match se resserrait, avec des Italiens qui, sans être flamboyants, ont réussi à tenir le ballon à la 70e pendant cinq temps de jeu pour inscrire l’essai de l’égalisation. On s’en sort vraiment très bien.

Vous dites que les maladresses sont récurrentes depuis le début du Tournoi, mais on a le sentiment que c’était encore pire dimanche…

C’est assez incroyable de passer autant de temps dans le camp italien sans scorer. C’est un manque d’efficacité ahurissant. On n’a pas été plus pénalisés que nos adversaires mais ces scories, ces fautes de main nous ont fait sortir du match, et ont permis aux Transalpins de continuer à respirer.

Il y a aussi eu des maladresses au pied, ainsi que des mauvais choix dans la conduite du jeu…

C’est vrai. Des mauvais choix, des passes sautées qui ne se justifiaient pas… Ce n’est pas fluide. On ne sent pas d’automatismes, les joueurs se cherchent. J’ai aussi trouvé que l’on renversait beaucoup le jeu sans surnombre et sans vraiment savoir pourquoi… Des prises de décisions individuelles, venant de la charnière, que je n’ai pas vraiment comprises. On a voulu mettre la charrue avant les bœufs car, in fine, on a beaucoup joué au ballon sans jamais franchir la défense italienne. Pourtant, on a vu qu’on avançait sur des choses simples comme la mêlée ou les ballons portés. J’aurais aimé que l’on s’appuie davantage dessus. Cela n’aurait pas été génial sur le spectacle, mais on aurait pu se mettre à l’abri.

Qu’avez-vous pensé de la défense française ?

On a retrouvé des cellules de trois joueurs avec un plaqueur qui fait tomber et un joueur qui gratte à l’image de Danty ou de Cros en début de match. C’était de bon augure. Mais à quatorze contre quinze, c’est plus compliqué d’aller gratter car tu affaiblis encore ta ligne défensive. Globalement, je pense qu’on aurait pu agresser davantage les Italiens.

Qu’avez-vous pensé de cette deuxième mi-temps où les Bleus ont souvent joué dans la latéralité à défaut d’avancer ?

Le jeu direct pratiqué en première mi-temps a bien marché, mais on l’a complètement délaissé en deuxième mi-temps. A-t-on manqué d’énergie ? Je ne sais pas. Mais avec l’apport du banc, il aurait fallu revenir à ce jeu direct. Cela nous aurait évité de faire trop de passes en infériorité numérique face à quinze bonshommes qui défendent. On s’est mélangé les pinceaux.

Y a-t-il du positif à retirer ?

Il y a du mieux sur la conquête. La mêlée a été très solide. En touche aussi, c’était bien. Je regrette d’ailleurs qu’on ne se soit pas davantage appuyé sur les ballons portés. On a oublié d’être efficace, par moments. Même si un plan de jeu ou une stratégie était en place, il fallait s’appuyer sur les choses simples qui marchent et qui font mal à l’adversaire. Sur le reste, il y a beaucoup de doute. On sent les joueurs un peu perdus. Même dans leurs propos d’après-matchs, les joueurs ne savent pas trop quoi dire.

Projetons-nous sur les deux derniers matchs. Jonathan Danty risque d’être suspendu, Matthieu Jalibert est blessé… Et maintenant, on fait quoi ?

On est parti sur un nouveau cycle. Il aurait été bien de ne pas attendre ce match nul qui ressemble plus à une défaite pour lancer des joueurs qui vont se poser moins de questions. Mathis Lebel a plutôt réalisé un bon match, par exemple. Il faut toujours un équilibre entre les jeunes joueurs et les expérimentés, mais le problème c’est que ces derniers n’apportent pas ce qu’ils devraient apporter dans ce genre de match. Pire, ils commettent même des erreurs… On sent que le ressort est cassé. C’est une période difficile mais cela fait partie de la vie des équipes. Il faut aussi replacer les choses dans leur contexte : le premier match contre l’Irlande nous a fait très mal. Derrière, on gagne en Ecosse mais cette victoire est l’arbre qui cache la forêt, et aujourd’hui tu t’en sors encore très bien. À mon sens, il faut tirer la sonnette d’alarme. Il reste deux matchs, mais il va falloir montrer autre chose. J’ai l’impression que le problème est davantage psychologique.

Pour briser cette spirale, vous lanceriez donc des jeunes joueurs ?

Le problème, c’est de savoir qui ! Des nouveaux ont déjà intégré l’équipe, comme Alexandre Roumat, Esteban Abadie, ou Posolo Tuilagi qui a fait une bonne première mi-temps, Nolann Le Garrec apporte du dynamisme à son entrée en jeu… Peut-être qu’il faut faire bouger les lignes. Ajouter de l’énergie et de l’insouciance sur le début de match et s’appuyer sur des joueurs plus expérimentés pour gérer les fins de matchs. Après, je ne suis pas sélectionneur, je ne vis pas les choses de l’intérieur. Ce qui est sûr c’est qu’en l’état, on ne sent pas que les choses peuvent vraiment changer. En revanche, on sent bien qu’il manque des joueurs importants : la densité d’Alldritt et Jelonch, l’apport d’un Antoine Dupont… Et si on perd en plus Danty et Jalibert… Ramos risque de passer en 10 mais qui pour jouer à l’arrière ? Aujourd’hui, on subit ces absences alors qu’avant c’était presque une force, qui permettait de donner leur chance à des joueurs qui saisissaient des opportunités.

Vous êtes hors-jeu !

Cet article est réservé aux abonnés.

Profitez de notre offre pour lire la suite.

Abonnement SANS ENGAGEMENT à partir de

0,99€ le premier mois

Je m'abonne
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (8)
Joubert Il y a 1 mois Le 26/02/2024 à 21:48

Oui le ressort s'est cassé sur le vol du 1/4 de la CDM, la réparation se fera sur le temps long, se remettre à l'endroit est un devoir pour laver l'affront fait aux français.

PurFan41 Il y a 1 mois Le 26/02/2024 à 15:04

Les irlandais aussi sont sortis en quart ???

Belharra Il y a 1 mois Le 26/02/2024 à 11:05

Psychologiquement nous n'y sommes pas....et on s'emmerde grave !!!