Abonnés

France - Italie : Le XV de France retrouve des couleurs dans les rucks

Par Guillaume Cyprien
  • Le XV de France a été présent dans les rucks face à l'Écosse.
    Le XV de France a été présent dans les rucks face à l'Écosse. PA Images / Icon Sport
Publié le
Partager :

Après avoir sombré contre l’Irlande, l’équipe de France avait affiché une meilleure implication dans les zones de combat. Une amélioration qui devra être poursuivie par la densification du paquet.

Entre la débâcle du Vélodrome et le succès de Murrayfield, les joueurs tricolores ont beaucoup corrigé leur implication dans les zones d’affrontements. C’est l’un des points de satisfaction du staff tricolore. Tout n’a pas été parfait, quelques ballons ont encore été perdus, ou ralentis par la pression écossaise, et la charnière n’a toujours pas joué dans une zone de confort toujours optimale mais, globalement, ce rendez-vous n’a pas été manqué. "On avait ciblé ce secteur, raconte Peato Mauvaka. L’Irlande nous avait trop ralenti nos actions et nous voulions améliorer absolument notre présence. Il avait été impossible pour notre charnière de distribuer convenablement avec autant de ballons lents. Cela s’est mieux passer contre l’Écosse." Au classement des meilleurs déblayeurs du Tournoi, après ce deuxième match, la France se classe d’ailleurs à la meilleure place de la compétition, un peu au-dessus de la moyenne, avec les présences de six des siens parmi les trente meilleurs joueurs de soutien. Dans ce registre, elle devra résoudre contre l’Italie la problématique des absences de ses deux meilleurs représentants.

L’activité de Boudehent, l’autorité de Tuilagi

Le Parisien Paul Gabrillagues trône sur ce classement des meilleurs déblayeurs avec quatorze déblayages à son actif. Puisque le staff a décidé son remplacement par Posolo Tuilagi, pour renforcer l’axe droit de la mêlée fermée et densifier son paquet d’avants, "un ami devra sortir de l’ombre à sa place". En défense, depuis le démarrage de la compétition, et bien qu’il soit sorti prématurément du match contre l’Écosse, c’est le capitaine Grégory Alldritt qui a le mieux gratté du Tournoi. Il avait réussi à saisir trois ballons dans les rucks sur les possessions adverses. Face à cette équipe d’Italie qui a décidé de bouger beaucoup le ballon sur ses possessions, et afin de libérer la charnière pour qu’elle puisse bénéficier de munitions propres, l’équipe de France devra donc augmenter son rendement comme elle en a l’intention, par une nouvelle organisation de ses exécutants. Ici le staff comptera sur l’activité débordante du Rochelais Paul Boudehent et la présence massive et autoritaire de Posolo Tuilagi. Son activité dans ce domaine est assez appréciable avec Perpignan, et la semaine dernière contre le Stade français, il a beaucoup participé à la fluidité des mouvements catalans. Ce dont l’équipe de France a un besoin vital, comme le synthétisait Patrick Arlettaz en début de semaine en évoquant les difficultés de sa charnière : "l’équipe a eu des hésitations, et quand ça va un peu moins vite, quand les libérations sont un peu moins fluides, quand on a un peu de doute sur les placements, ceux qui en pâtissent le plus, ce sont ceux qui sont censés faire jouer tout le monde autour d’eux, face à quinze mecs qui veulent qu’ils n’y parviennent pas. On ne peut pas dire aujourd’hui que la charnière de l’équipe de France est mauvaise dans ces conditions".

Vous êtes hors-jeu !

Cet article est réservé aux abonnés.

Profitez de notre offre pour lire la suite.

Abonnement SANS ENGAGEMENT à partir de

0,99€ le premier mois

Je m'abonne
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
CG4977 Il y a 1 mois Le 25/02/2024 à 12:33

On ne prend pas beaucoup de plaisir à voir jouer la France retombée dans la moyenne. Une leçon de rugby contre l'Irlande dont on a pas retenu grand chose en Ecosse avec un match volé.
Que réservent ils pour la suite? ça devrait le faire contre l'Italie, souhaitons le car sinon c'est avis de tempête.
On peut viser la seconde place mais c'est pas gagné. Décidemment la paire de demi toulousaine manque cruellement car à eux seuls et une solide défense, ils masquaient la faiblesse du jeu proposé par la France.
Alors allez les bleus quand même en croisant les doigts pour qu'ils nous proposent plus de jeu de qualité!