Abonnés

Ecosse-France - Comment Fabien Galthié a fait évoluer son management pendant la semaine de préparation

  • Fabien Galthié (XV de France).
    Fabien Galthié (XV de France). Midi Olympique. - Patrick Derewiany.
Publié le
Partager :

S’il avait déclaré que ses troupes devaient "se resserrer" cette semaine, Fabien Galthié a joint les actes aux paroles en se rapprochant plus que jamais de ses joueurs. Comme un retour d’ascenseur...

Si les Bleus avaient déjà enchaîné deux défaites consécutives sous l’ère Galthié (en 2021, avec une défaite en clôture du Tournoi face à l’Écosse suivie d’une autre, quatre mois plus tard en Australie), jamais le XV de France n’avait préparé une rencontre dans un climat aussi tendu depuis le début de son mandat. D’abord parce que les dernières défaites des Bleus ont été des contre-performances majeures, concédées qui plus est sur le sol français. Mais aussi parce que le piètre contenu du dernier match, étroitement lié à un contexte politico-sportif ubuesque, avait achevé de brouiller la bonne image des Bleus auprès d’un grand public toujours plus enclin à brûler ce qu’il a adoré…

Voilà pourquoi, dans la tourmente, nombreux étaient ceux qui redoutaient le comportement qu’allait adopter Fabien Galthié, volontiers caricaturé dans la chronique comme "grand technicien mais piètre meneur d’hommes", et dès lors suspecté de faire vivre une semaine d’enfer à ses hommes. Ainsi, "Schadenfreude"* ou pas, nombreux étaient ceux qui attendaient de voir une nouvelle fois le sélectionneur se prendre les pieds dans le tapis…

A lire aussi : Écosse - France - "On va revenir très fort, vous allez voir" sourit Fabien Galthié, sélectionneur du XV de France

"Plus que jamais, l’équipe est à fond derrière lui"

Eh bien, savez-vous quoi ? C’est tout l’inverse de ce que l’on promettait aux joueurs tricolores qui s’est passé, Galthié s’avérant en raccord avec ses déclarations d’intention marseillaises, selon lesquelles "si ça se passe mal sur le terrain, les joueurs ne doivent pas penser qu’ils vont le payer par leur sélection". Au-delà de les conforter, Galthié s’est rapproché plus que jamais de ses joueurs dans le courant de la semaine, en particulier de son groupe de leaders avec lesquels il a personnellement pris le temps d’échanger tous les soirs, en se plaçant à l’écoute de leurs ressentis et de leurs suggestions. Un comportement particulièrement apprécié après la rencontre par le centre Gaël Fickou, symbole parfait de cette drôle de semaine. "Il a montré qu’il ne lâchait pas l’équipe, qu’il croyait en nous malgré la pression de la presse. On sent sa confiance et c’est important : à une époque, le staff aurait peut-être changé la moitié de l’équipe... Plus que jamais, il est à fond derrière nous et l’équipe est à fond derrière lui." Un retour d’ascenseur finalement logique, tant ces cadres avaient assuré après la Coupe du monde que Galthié restait l’homme de la situation. Reste qu’il faudrait être aveugle pour ne pas voir que quelque chose de fort s’est passé à Murrayfield, dans l’optique des prochaines semaines…

* joie éprouvée en observant le malheur d’autrui

Vous êtes hors-jeu !

Cet article est réservé aux abonnés.

Profitez de notre offre pour lire la suite.

Abonnement SANS ENGAGEMENT à partir de

0,99€ le premier mois

Je m'abonne
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (8)
jipreb Il y a 15 jours Le 13/02/2024 à 11:41

Pour la com il n'a pas remplacé R Ibanez.
Il a étoffé son vocabulaire, possession ,dépossession, intensité courue ou combattue ... mais cela n'apporte rien aux joueurs.
FG recherche des assistants terrain de grande expertise, à défaut, il souffrir pour bien terminer son mandat.

didi31 Il y a 16 jours Le 12/02/2024 à 19:23

Pardon, mais minable par sa faute et seulement par sa faute.

didi31 Il y a 16 jours Le 12/02/2024 à 19:19

C'est quand qu'il va avoir de vraies lunettes. C'est pour mieux voir ton équipe minable, mon enfant.