Abonnés

Transferts - Comment le Racing 92 va faire entrer Farrell et Kolisi dans sa masse salariale

  • Owen Farrell, ici avec l'équipe nationale anglaise.
    Owen Farrell, ici avec l'équipe nationale anglaise. Icon Sport - Abaca
Publié le
Partager :

Afin de faire entrer Owen Farrell dans sa prochaine masse salariale, le Racing 92 a dû remodeler le visage de son effectif. On parle ici de douze départs quasi certains…

Lundi soir, le Racing 92 a donc officialisé la signature d’Owen Farrell (32 ans, 112 sélections et 1237 points marqués avec le XV de la Rose) pour les deux prochaines saisons, confirmant ce que nous révélions sur notre site, Rugbyrama.fr, le 5 janvier dernier. Un transfert retentissant par le palmarès XXL du joueur et son aura outre-Manche, ainsi que sa personnalité clivante sur la planète rugby. Aussi, cette mutation n'est pas sans déclencher une vague de questionnements sur la rémunération du joueur et son intégration au futur salary cap du club de Hauts-de-Seine, qui compte déjà dans ses rang une autre star planétaire en la personne de Siya Kolisi, capitaine des double champions du monde Sud-africains. Alors, comment le Racing 92 a-t-il construit le financement de ce transfert. On vous explique tout.

Une indémnité de transfert qui n'entre pas au salary cap

Afin de s’attacher les services du demi d’ouverture des Saracens, les dirigeants franciliens ont dû verser une indemnité d’environ 500 000 euros afin de racheter au club londonien la dernière année de contrat du meneur de jeu anglais. À ce titre, cette somme ne rentrera pas dans le salary cap du club francilien pour une raison simple et qu’Emmanuel Eschalier, le directeur général de la Ligue Nationale de Rugby, nous expliquait récemment ainsi : " Si le joueur convoité a encore un an de contrat à honorer avec son employeur actuel et que l’indemnité de rachat de contrat représente deux années de salaire, rentre donc dans le salary cap du club rejoint une année de salaire. Si le joueur a encore un an de contrat et que le montant de l’indemnité équivaut à un an de salaire, aucune somme ne rentre alors dans le salary cap. À ce titre, l’idée n’était pas d’empêcher les rachats de contrat mais de les réguler, afin qu’ils ne prennent pas des formes disproportionnées et qui nous feraient automatiquement basculer dans une logique de marché des transferts ». Ainsi, le salaire d’Owen Farrell en Angleterre étant aujourd’hui estimé à 700 000, les 500 000 euros d’indemnités versés par le Racing ne sont pas basculés dans l’enveloppe salariale du club.

Douze départs pour trois seulement arrivées

Pour autant, la question que se posent certains rugbyphiles d’ici et d’ailleurs depuis l’officialisation de l’arrivée d’Owen Farrell en Top 14 est la suivante : comment le club francilien, qui dispose déjà du capitaine des champions du monde Siya Kolisi en son effectif, va-t-il s’y prendre pour rester dans les clous du salary cap, dont l’enveloppe est pour rappel restreinte à 10,7 millions d’euros ? Selon nos informations, l’entité ciel et blanche s’apprête à considérablement dégraisser un effectif pour le moins pléthorique et où les récents départs de Finn Russell ou Virimi Vakatawa (ils furent deux gros salaires du club) avaient d’ores et déjà permis de dégager un peu d'espace.

Du côté des Hauts-de-Seine, il est déjà attendu que Trevor Nyakane (34 ans), le pilier des champions du monde sud-africains, quitte la France pour rejoindre le Premiership ou l’Afrique du Sud. En première ligne, l’international français Cedate Gomes-Sa (30 ans, 10 sélections) devrait lui aussi changer d’employeur et, avant que le Lou n’engage le Néo-Zélandais Jermaine Ainsley, il y avait d’ailleurs eu quelques touches entre le club lyonnais et le Racingman.

Un autre international confirmé, en la personne de Juan Imhoff (35 ans, 42 sélections) dira vraisemblablement adieu à un club où il a débarqué voici douze ans : Imhoff devrait logiquement rebondir à l’étranger, en Premiership ou au Japon. Wenceslas Lauret, lui aussi calibré international français (27 sélections), mettra un terme à sa carrière quand ailleurs, Olivier Klemenczak, Francis Saili, Anthime Hemery, Veikoso Poloniati, Baptiste Chouzenoux et Christian Wade ne devraient plus être Racingmen la saison prochaine.

A lire aussi : Transferts - Owen Farrell au Racing 92, c'est l'arrivée d'un phénomène en Top 14

Des paris à certains postes

Enfin, les internationaux fidjiens Kitione Kamikamica et Peniami Narisia devraient également s’en aller. En conclusion, pour faire entrer ses trois recrues majeures (Demba Bamba, Romain Taofifenua et Owen Farrell) dans sa masse salariale, le Racing a donc dû réduire son effectif de façon considérable et, au poste de talonneur par exemple, faire confiance à des jeunes aux salaires plus modestes, comme ce sera le cas de l’espoir clermontois Benjamin Boudou. Mais se faisant, les Racingmen se mettront-ils l’an prochain en danger à certains postes ?

Vous êtes hors-jeu !

Cet article est réservé aux abonnés.

Profitez de notre offre pour lire la suite.

Abonnement SANS ENGAGEMENT à partir de

0,99€ le premier mois

Je m'abonne
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (23)
LaCambe Il y a 1 mois Le 23/01/2024 à 22:46

Je portais déjà pas ce club dans mon coeur mais avec la venue de Farrell c'est le pompon...

LoupVert Il y a 1 mois Le 23/01/2024 à 22:45

" Si le joueur convoité a encore un an de contrat à honorer avec son employeur actuel et que l'indemnité de rachat de contrat représente deux années de salaire, rentre donc dans le salary cap du club rejoint une année de salaire."...
C'est moi où cette phrase est incompréhensible ?

ouloulou Il y a 1 mois Le 24/01/2024 à 09:45

@LoupVert
J ai moi aussi ecarquillé les yeux quand j ai lu cette phrase . Tournure particuliere avec un manque de ponctuation en prime .
Apres plusieurs lecture ..il faut comprendre :
Une année de salaire rentrera dans le salary cap du club que rejoint le nouveau joueur.

Simon33 Il y a 1 mois Le 24/01/2024 à 09:47

Disons qu'il aurait suffi de dire que l'indemnité correspondant à la dernière année de contrat n'est pas prise en compte dans le salary cap.

MisterCrampons Il y a 1 mois Le 23/01/2024 à 17:29

Pour respecter le fameux Salary Cap en intégrant les mercenaires étrangers, l'occasion de virer quelques joueurs français sera parfaite. Que les milliardaires présidents de club qui s'imaginent aider notre sport arrêtent ce recrutement stupide ! Nous avons en France des jeunes prometteurs, qui trouvent difficilement leur place dans le système, en partie à cause de ces achats de mercenaires. Arrêtez de vouloir copier systématiquement le système des footeux ! Ou achetez un club de foot, vous y serez plus à l'aise !

Zephir Il y a 1 mois Le 23/01/2024 à 20:06

Et d'ailleurs le rugby Anglais l'a bien compris en limitant le nombre de joueurs par club et mettant en place un système de Draft comme la NBA. Ils font jouer leurs jeunes pépites ! Nous on continue de faire jouer de plus en plus de joueurs étrangers (en fin de carrière
) au détriment de jeunes joueurs prometteurs français...les anglais ont pris des décisions radicales qui seront tres probablement efficaces d'ici 4 ou 5 ans ! Nous, en France, c'est devenu plus que du business.