Rugbyrama

Coupe du monde - Ces 10 moments qui ne nous feront pas oublier ce Mondial 2015

Ces 10 moments qui ne nous feront pas oublier ce Mondial 2015

Mis à jourLe 02/11/2015 à 13:39

Publiéle 02/11/2015 à 12:35

Mis à jourLe 02/11/2015 à 13:39

Publiéle 02/11/2015 à 12:35

COUPE DU MONDE - La finale d'anthologie, l'exploit des Japonais, le show Maradona, Habana qui rejoint Lomu ou l'humiliation des Bleus en quart... Ces 10 moments que l'on n'oubliera pas.

  • La cérémonie somptueuse nous a mis des étoiles plein les yeux

Du spectacle, des surprises et des invités de prestige. Telle était la recette de cette cérémonie plutôt sobre mais efficace. Comme pour annoncer la couleur d'un Mondial qui s'est avéré exceptionnel sur bien des aspects. Lors de cette cérémonie d'ouverture, on a notamment vu quelques-uns des plus grands joueurs de l'histoire, chacun représentant son pays, sortir des entrailles de Twickenham. Le prélude de nombreux frissons.

  • L'incroyable succès du Japon face à l'Afrique du Sud

Cette rencontre restera comme l'une des plus marquantes du premier tour de cette Coupe du monde. L'Afrique du Sud, mastodonte du rugby mondial et double champion du monde, a connu l'humiliation. Le Japon, prochain organisateur du Mondial en 2019, lui a tenu tête et a même arraché la victoire en fin de match (32-34). Un finish exceptionnel, où la joie des joueurs comme des supporters japonais témoigne de l'immensité de l'exploit. Certainement le plus grand dans la discipline du ballon ovale.

Le Japon après sa victoire face à l'Afrique du Sud - 19 septembre 2015
Le Japon après sa victoire face à l'Afrique du Sud - 19 septembre 2015 - Icon Sport
  • Un Roumain a fait sa demande en mariage sur la pelouse de Wembley

Des larmes ont coulé ce dimanche 27 septembre. La Roumanie a été balayée par l'Irlande (44-10) mais ce n'est pas vraiment pour cette raison que l'on se souviendra de cette rencontre. Florin Surugiu, demi de mêlée roumain, a été plus prompt à sortir une bague de sa poche que les ballons des regroupements. L'histoire retiendra que la jeune femme a accepté la demande en mariage, réalisée s'il vous plait, dans un lieu mythique du sport anglais : Wembley.

  • Les Anglais ont quitté la compétition plus tôt que prévu

Un véritable séisme outre-Manche. Battue une semaine auparavant par le XV du Poireau, l'Angleterre subit un nouvel affront face à l'Australie. Une défaite (13-33) sans relief et surtout une humiliation pour tout un peuple, qui voit son équipe échouer dans SON Mondial, et pour la première fois dès les phases de poules. A l'inverse, tout semble réussir à l'Australie qui, avec cette rencontre, a frappé un grand coup. Surtout, un ouvreur s'est révélé aux yeux du grand public, Bernard Foley.

Chris Robshaw (Angleterre) - 3 octobre 2015
Chris Robshaw (Angleterre) - 3 octobre 2015 - AFP
  • Maradona a fait le show dans les vestiaires

Fierté nationale, l'illustre footballeur argentin s'est pris de passion pour les Pumas lors de ce Mondial. Il s'est nettement fait remarquer lors de la démonstration argentine face aux Tonga (45-16). Tout d'abord en tribune où Diego Maradona s'est lâché, et a surtout montré l'exemple pour mettre l'ambiance. Ensuite, dans le vestiaire des hommes de Daniel Hourcade, où les joueurs le regardaient plus avec des yeux d'enfants. On comprendra.

  • Habana est rentré dans les livres de records

C'était l'un de ses objectifs durant cette Coupe du monde : marquer un maximum d'essais pour rejoindre Jonah Lomu et son record de 15 essais dans cette compétition. En réalisant un triplé contre les Américains après avoir déjà marqué deux essais lors des rencontres précédentes de poules, l'ailier des Springboks, Bryan Habana a égalé le record du légendaire All Black.

  • La Nouvelle-Zélande a humilié la France en quart

L'équipe de France était définie comme une équipe pénible à jouer par de nombreux observateurs. Force est de constater, que lors de ce quart de finale, la Nouvelle-Zélande n'a pas vraiment été embêtée (62-13). Plus qu'une défaite éliminatoire, les Bleus ont connu un sentiment fort désagréable, celui de l'humiliation. Pour tous les supporters français également, tristes que l'aventure s'arrête si tôt, et surtout de cette manière.

Nicolas Mas (France), un genou à terre après le revers face à la Nouvelle-Zélande
Nicolas Mas (France), un genou à terre après le revers face à la Nouvelle-Zélande - AFP
  • Savea s'est pris pour Lomu
  • Une finale d'anthologie, les All Blacks au bout de l'Histoire

Avec les deux meilleures équipes actuelles du monde opposées en finale, on avait rêvé d'une rencontre hors-norme. Nous avons été servis avec la plus belle finale de l'histoire de la Coupe du monde. Avec cinq essais et 51 points inscrits au cours de la rencontre, il s'agit d'ailleurs de la finale la plus prolifique. Et au terme des 80 minutes, c'est la formation la plus régulière de ses quatre dernières saisons qui a été couronnée. Les Néo-Zélandais étaient tout simplement au-dessus des Australiens (34-17).

La joie de Dan Carter après la victoire de la Nouvelle-Zélande en finale de la Coupe du monde contre l'Australie - 31 octobre 2015
La joie de Dan Carter après la victoire de la Nouvelle-Zélande en finale de la Coupe du monde contre l'Australie - 31 octobre 2015 - AFP
  • Sonny Bill Williams offre sa médaille à un jeune fan

Charlie Lines, 7 ans, avait un rêve : approcher son idole Sonny Bill Williams. Samedi soir, il a pris son courage à deux mains et est rentré sur la pelouse de Twickenham pour aller au plus près du centre des All Blacks. Dans un premier temps, il a été plaqué au sol par la sécurité. Puis, il a été relévé et réconforté par Sonny Bill. Ce dernier lui a d'ailleurs offert sa médaille en or et des souvenir pour la vie. Il n'en croyait pas ses yeux.

0 commentaire
Vous lisez :