Groupe XV de France - 15 mars 2014 - Icon Sport
 
6 Nations

Bilan XV de France 6 nations 2014 - Trente-quatre joueurs utilisés mais encore des postes à pourvoir

Trente-quatre joueurs utilisés mais encore des postes à pourvoir

Par Clément Mazella
Dernière mise à jour Le 17/03/2014 à 18:34 -
Par Clément Mazella - Le 17/03/2014 à 18:34
Saint-André a ratissé large pour ce Tournoi 2014 avec quarante-trois joueurs convoqués. A des postes, personne ne semble encore s'imposer. Décryptage.
 

L’heure est désormais au bilan. Philippe Saint-André a utilisé pas moins de trente-quatre joueurs pour ce Tournoi 2014. Un nombre conséquent comparé à une nation comme l’Angleterre où douze joueurs ont été titulaires lors des cinq rencontres. Côté bleu, Domingo, Mas, Papé, Dulin, Huget et Bastareaud sont les seuls dans ce cas de figure. Indéniablement, le staff des Bleus cherche encore la bonne formule. Mais il faut bien reconnaitre qu’il n’a pas été aidé par les nombreuses blessures et les forfaits dès mi-janvier de Dusautoir, le capitaine, et de Guitoune. A noter également que sept joueurs convoqués pour les préparations n’ont jamais passé le cap et figuré sur une feuille de matchs: Lamerat, Andreu, Bruni, Palis, Diarra, Buttin et Parra. Qui a marqué des points ? Qui en a perdu ? Décryptage.

1ere ligne: Une relève qui se fait désirer

Nicolas Mas et Thomas Domingo sont indéboulonnables dans l’esprit du staff tricolore. Les deux joueurs ont débuté les cinq rencontres et la relève a bien du mal à inverser la hiérarchie. Et ce même si Mas et Domingo ont souffert dans le domaine de la mêlée fermée. Slimani s’impose toutefois comme l’option numéro 1 derrière Mas et le Parisien pourrait bien se voir offrir d’ici peu une chance de débuter une rencontre. A gauche, Forestier n’a pas convaincu et Debaty n’arrive qu’à performer sur de faibles temps de jeu. Au talonnage, si Kayser n’avait pas été blessé, il n’y aurait pas eu débat. Szarzewski et le Clermontois sont au-dessus du lot et ils se seraient partagés le poste. Mach et Guirado représentent juste des solutions de secours.

Notre avis : A gauche, il est indispensable de trouver une alternative fiable à Domingo. Avec un peu plus d’expérience, Slimani a tout pour être le futur pilier droit des Bleus. Au talonnage, RAS.

Temps première ligne Tournoi 2014

2e ligne: Papé et Maestri font la paire

Capitaine des Bleus, Pascal Papé a été énormément sollicité, affichant le troisième temps de jeu d’un Français sur ce Tournoi (387 minutes). Guerrier, dur au mal, sa présence ne peut être remise en question. Cela reste moins sûr au sujet du capitanat. Avec Yoann Maestri, il forme la paire indiscutable aux yeux de Saint-André. Flanquart manque de puissance pour rivaliser sur la scène internationale. Sébastien Vahaamahina demeure quant à lui une solution mais le staff le voit plus en troisième ligne. Face à l’Ecosse, ce ne fut pas forcément une réussite.

Notre avis : Papé et Maestri sont des titulaires en puissance mais ils souffrent de la comparaison avec des éléments comme O’Connell, Whitelock, Retallick, Etzebeth, A.W Jones ou B Davies. Derrière, personne ne perce véritablement.

Temps deuxième ligne Tournoi 2014

3e ligne: Personne n’a fait oublier Dusautoir

Le coup a été dur pour l’encadrement des Bleus avec l’absence pour toute la compétition de Thierry Dusautoir, capitaine et leader par l’exemple. Si personne n’a fait oublier son absence, certains ont marqué des points, à commencer par Lapandry. Nyanga a encore prouvé qu’il était une valeur très sûre (210 minutes en trois matchs). Malheureux, Burban n’a pas pu saisir sa chance. Lauret voit le wagon s’échapper comme Le Roux, alors que son profil pourrait très bien convenir sur le flanc de la troisième ligne. Dommage qu’il ait autant de déchet. Preuve que le flou règne encore dans l’esprit de PSA, c’est qu’il a tenté le pari Vahaamahina, qui n’avait quasiment jamais joué à ce poste de sa carrière. Dans le couloir, Louis Picamoles est indispensable. Nul doute qu’il aura compris le message en étant écarté contre l’Ecosse. Damien Chouly ne fait pas beaucoup de bruit mais affiche une sobriété assez redoutable. Une valeur sûre et utile au sein du groupe.

Notre avis : Le Roux a toujours une carte à jouer vu son gabarit. Mais cinq éléments semblent vraiment se détacher: Nyanga, Lapandry, Dusautoir, Chouly et Picamoles. Reste à voir comment Ouedraogo va revenir après sa blessure.

Temps de jeu troisième ligne Tournoi 2014

Charnière: L’éternel chantier

Jules Plisson s’est vu donner beaucoup de crédit au poste d’ouvreur (quatre titularisations, 257 minutes). Intéressant dans un premier temps, le Parisien a baissé de pied avant de passer à côté en Ecosse. Il n’a pas su totalement saisir sa chance. Tales est alors revenu dans la danse. Le Castrais est bon en défense mais ne pèse pas sur les débats comme un Sexton, un Carter voire un Cooper. François Trinh-Duc, avec une seule entrée en jeu (13 min), ne semble pas faire partie des plans. Surprenant quand on connait sa puissance de feu en attaque. A la mêlée, Machenaud (223 min) a pris le dessus sur Doussain (177 min) à la régulière.

Notre avis : A dix-huit mois du Mondial, difficile encore de donner l’identité de la charnière titulaire chez les Bleus. Comme depuis des lustres… Parra et Trinh-Duc mériteraient bien d’être revus.

Temps charnière Tournoi 2014

Trois-quarts: Carton plein pour Huget et Dulin

La ligne d’attaque des Bleus n’a guère connu de révolution. Une preuve que le staff des Bleus est satisfait des joueurs qu’il a sous la main. Dulin et Huget ont été les deux seuls à disputer les cinq matchs en intégralité. Dans le jeu, ils ont montré beaucoup d’envie et tenté d’insuffler de la vitesse. Au centre, Mathieu Bastareaud a profité de l’absence de Fritz (blessé) pour s’imposer. Un très bon Tournoi pour le Toulonnais (titulaire lors des cinq matches) qui a cassé son image "d’impact player". Fofana est indiscutable alors que Fickou (19 ans), malgré un talent fou, doit encore mûrir. Sur l’aile gauche, Maxime Médard et Hugo Bonneval n’ont pas su s’imposer. Polyvalents, ils n’ont jamais été utilisés au poste d’arrière, où ils semblent bien plus à l’aise. Enfin, Maxime Mermoz (84 minutes) demeure en retrait dans la hiérarchie des centres.

Notre avis : De nombreuses places semblent bien prises, comme au centre ou à l’arrière. Reste peut-être l’aile gauche (Guitoune ? Clerc ?).

Temps trois-quarts Tournoi 2014
 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×