Abonnés

Investec Champions Cup. XV de France - Antoine Dupont, des critiques et une réponse de champion

Par Marc Duzan
  • Antoine Dupont a réalisé un grand match face à Cardiff.
    Antoine Dupont a réalisé un grand match face à Cardiff. Midi Olympique - Patrick Derewiany
Publié le
Partager :

Antoine Dupont, qui avait jusqu’ici toujours fait l’unanimité autour de sa personne, à la semaine dernière été confronté aux premières critiques de sa carrière. Le contexte est-il en train de changer, autour de sa personne ?

On a beau chercher, dans nos mémoires traîtresses ou les archives pourtant fort bien tenues de ce journal bientôt centenaire, on ne trouve nulle trace d’une seule critique émise à l’encontre d’Antoine Dupont, depuis que l’enfant des Hautes-Pyrénées a démarré sa carrière professionnelle il y a maintenant neuf ans. Pas une réserve, nulle égratignure et l’honneur, plutôt rare, d’incarner jusqu’ici une forme d’unanimité. Dès lors, la semaine écoulée tient-elle d’un quelconque basculement ? Toujours est-il que pour la première fois depuis 2015, le capitaine du XV de France fut la cible de critiques qui, sans être sauvages, furent inédites. Face aux micros, il y eut d’abord l’ancien président du RCT Mourad Boudjellal qui, au fil d’une chronique volontairement sarcastique et publiée chez nos confrères d’Eurosport, lâcha ceci : "Antoine Dupont, on le voit dans les magazines, on le voit partout ! Il a rencontré Zidane, il a rencontré Henry, il a rencontré tout le monde mais sur le terrain, il ne rencontre plus le ballon."

De façon concomitante, l’ancien sélectionneur des Bleus Marc Lièvremont affirmait, de façon plus tenue et au coup de sifflet final du dernier Paris-Toulouse (27-12), sur le plateau du Canal Rugby Club, que le golden boy du rugby français était aujourd’hui "entré dans une forme de norme." Ces prises de position étaient-elles vraiment fondées ? Ce n’est pas l’objet du débat qui nous occupe aujourd’hui et si, contrairement à "Marco", on avait trouvé le joueur plutôt à l’aise à son entrée en jeu lors du dernier Clasico, on constate néanmoins que dès qu’un imprudent touche à un cheveu du meilleur demi de mêlée de la planète, celui-ci s’expose alors à une colère froide sur les réseaux sociaux ou, en live, à une farouche rush défense d’Ugo Mola : "Il (Lièvremont, NDLR) est dans son rôle de consultant. Il n’a pas entraîné depuis longtemps…"

Le Mbappe du rugby

De toute évidence, le rugby français tolère mal qu’on s’en prenne à sa figure de proue quand il eut tant de mal à s’en trouver une, depuis les retraites successives de Jean-Pierre Rives, Serge Blanco, Sébastien Chabal ou Frédéric Michalak. Et qu’on le veuille ou non, les récents éclats de voix ayant entouré l’actualité du capitaine du XV de France nous confortent aujourd’hui dans l’idée que le môme de Castelnau-Magnoac est bel et bien le Kylian Mbappé de la balle ovale et qu’à ce titre, il jouit d’un régime à part, d’un traitement singulier que l’on trouve chez nous plutôt logique… Mais qui peut aussi fortement agacer les ayatollahs du "sport collectif par excellence" et leur descendance.

Au vrai, le statut actuel d’Antoine Dupont est à ce jour si particulier que lorsque le leader du Stade toulousain décida récemment de faire une croix sur le Tournoi des 6 Nations pour relever le défi olympique, le patron fédéral Florian Grill et le sélectionneur national Fabien Galthié l’accompagnèrent sans débattre et de toutes leurs forces, Galette assurant même à la presse que c’était à "Antoine de décider ce qu’il (voulait) faire" et crispant de fait une partie du rugby français. Ainsi, le contexte est-il en train de se tendre autour du demi de mêlée toulousain ? Allez savoir. Toujours est-il que ledit Dupont, une poignée de temps après avoir été chatouillé par Mourad Boudjellal et Marc Lièvremont, a répondu en champion et dégainé face aux Cardiff Blues (52-7) un match de classe, nous confortant dans l’idée qu’il n’est finalement jamais aussi à l’aise que lorsqu’il se trouve, en short et crampons, sur un hectare de gazon taillé…

Vous êtes hors-jeu !

Cet article est réservé aux abonnés.

Profitez de notre offre pour lire la suite.

Abonnement SANS ENGAGEMENT à partir de

0,99€ le premier mois

Je m'abonne
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (7)
Nigeou Il y a 2 mois Le 12/12/2023 à 14:36

Mourad a certainement en travers qu'il ai donné sa préférence au ST plutôt qu'au RCT.

ML le sélectionneur qui se prive du meilleur centre ( YJ) pour la CDM 2011, et qui vient donner des leçons.

biilyzekid Il y a 2 mois Le 12/12/2023 à 12:49

Les français n'aiment pas les champions.....français. Le mec ne se prends pour personne mais se fait critiquer par les sportifs de canapé. Tellement français! Le peuple de France est jaloux et aigris, il n'aime pas la réussite. Il n'aime que les perdants romantiques. du genre Poulidor. Il ne faut pas trop gagner ni être trop fort dans ce pays, sous peine de se faire anéantir par l'option des buveurs de bières. Bref, la France quoi.....

jmbegue Il y a 2 mois Le 12/12/2023 à 15:06

Je ne crois pas que ce soit le problème dans ce cas.
Il est surtout un empêcheur de gagner pour les supporters des adversaires du ST. Tant qu'il n'y a pas eu de problèmes avec l'EDF, ils se sont tus (à part les partisans de MLP). Dès qu'il n'a plus été "au-dessus" de la mêlée, la chasse au dahu a été ouverte...

Kiki29 Il y a 2 mois Le 12/12/2023 à 15:16

Ben vous en faites partie de .... la FRANCE , non ?? Parce que ça aussi c'est bien français de s'auto- flageller.... et après il ne faut pas s'étonner de notre déclin dans TOUS les domaines et du non respect des autres si on n'est pas capable de se respecter soi-même....

jmbegue Il y a 2 mois Le 12/12/2023 à 11:42

De la part des journalistes, spécialistes et autres accompagnateurs du rugby, il n'avait jusque là reçu peu de critiques. Par contre, de la part des supporters du rugby, il y a un moment que ça a commencé... Et ce moment, c'est depuis qu'il a appelé à faire opposition à Marine Le Pen lors des dernières élections présidentielles. Tous les "ras du front" lui montrent les dents (de loin) depuis qu'il a osé...