Abonnés

XV de France - Fabien Galthié, le (re)commencement

  • Fabien Galthié et son capitaine Antoine Dupont resteront les clés de voûte du projet français dans les années à venir. Photo Midi Olympique - Patrick Derewiany
    Fabien Galthié et son capitaine Antoine Dupont resteront les clés de voûte du projet français dans les années à venir. Photo Midi Olympique - Patrick Derewiany Midi Olympique. - Patrick Derewiany
Publié le
Partager :

S’il sait son totem d’immunité en partie rompu depuis la défaite des Bleus en quarts de finale, le sélectionneur a aussi conscience qu’un bon résultat dès le prochain Tournoi pourrait le maintenir en position de force, dans l’optique de la renégociation à venir de la Convention...

"Je suis sous contrat jusqu’au mois de juin 2028." C’est par ces mots que le sélectionneur des Bleus avait – une heure à peine après la défaite des siens en quart de finale – affiché sa détermination à demeurer à la tête du XV de France, lorsqu’on lui avait demandé si l’élimination pouvait remettre en cause son engagement. Une phrase qui n’était absolument pas, comme certains se sont amusés à l’analyser, une provocation. La meilleure preuve ? Elle est que la semaine suivant le traumatisme que l’on sait, Galthié avait déjà honoré plusieurs rendez-vous avec le président de la FFR Florian Grill et le responsable du haut niveau Jean-Marc Lhermet, actant sa volonté de rebondir. Et il le faudra, très vite… Car si le grand public ne lui tient évidemment pas rigueur d’un échec désormais associé pour l’éternité au nom de Ben O’Keeffe, Fabien Galthié sait bien qu’il ne dispose plus de son totem d’immunité vis-à-vis du milieu, notamment des clubs professionnels. Tout sauf anodin, puisque si l’actuelle convention qui lie la FFR et la LNR court jusqu’à 2027 (protégeant pour l’heure les dates de libération des joueurs et sa méthode des entraînements à 42), celle-ci devrait être très bientôt sujette à négociation, eu égard à la date supplémentaire impliquée en novembre par la création de la Nations Cup à partir de 2026…

Beaucoup de records, peu de titres…

Autrement dit ? Le Tournoi à venir aura, autant sportivement que politiquement, une grande importance. Car lorsqu’il s’agira de s’asseoir à la table des négociations, les représentants de la LNR n’auront évidemment cure du bilan de 79,5 % de victoires de Fabien Galthié en tant que sélectionneur, pas plus que du record de 14 victoires consécutives établi entre novembre 2021 et février 2023, ni de celui des 18 succès de rang à domicile qui s’est achevé face aux Springboks voilà trois semaines, sans parler de la multitude de records individuels qui ont volé en éclats… Bien au contraire, les clubs auront beau jeu de constater que cette écume masque une toute autre réalité en matière de résultats secs, puisque les Bleus n’ont gagné qu’un seul titre en quatre ans (grand chelem 2022) pour trois deuxième place dans le Tournoi, une place de finaliste perdant lors de la Coupe d’Automne 2020 et ce quart de finale de Coupe du monde perdu à Saint-Denis… Voilà pourquoi, lors de cette édition 2024 qui semble particulièrement favorable (avec trois réceptions dont celle de l’Angleterre et d’une Irlande confrontée à un changement de génération), une première place – pour ne pas dire un grand chelem – sera indispensable au boss des Bleus, s’il souhaite prendre part aux négociations en position de force, et continuer d’envisager l’avenir en toute sérénité.

20 ans après, refaire l’exploit de 2004

Le hic ? Il est que, devant l’histoire, les années post-Coupe du monde ne sont pas favorables aux Bleus. Abonnés aux deuxièmes places (1988,1992, 2000, 2020), les Bleus n’ont en effet remporté qu’un Tournoi à la sortie d’une Coupe du monde, en 2004. Une édition d’ailleurs tout à fait comparable à celle qui attend les Bleus vingt ans plus tard, puisqu’elle coïncidait avec le début du deuxième mandat de Bernard Laporte, lequel pouvait s’appuyer sur une ossature d’équipe construite lors du Mondial précédent. À une grosse exception près : l’absence de son demi de mêlée et capitaine… Fabien Galthié, qui venait de prendre sa retraite internationale ! Alors certes, en 2024, Dupont ne sera pas dans le même cas. Reste que ce dernier ne devrait logiquement pas être non plus du prochain Tournoi, en raison de sa participation à la préparation de l’équipe de France à 7 en vue des jeux Olympiques de Paris. À ce titre, voilà vingt ans, un trio de jeunots s’était imposé pour prendre la suite de Galthié, nommés Dimitri Yachvili, Jean-Baptiste Élissalde et Pierre Mignoni. On souhaite à ceux qui assureront l’intérim de Dupont, susceptible de permettre au XV de France de ne plus sombrer dans la dépendance dans laquelle on l’a confusément senti cet automne…

Vous êtes hors-jeu !

Cet article est réservé aux abonnés.

Profitez de notre offre pour lire la suite.

Abonnement SANS ENGAGEMENT à partir de

0,99€ le premier mois

Je m'abonne
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (8)
Chabalou Il y a 4 mois Le 31/10/2023 à 21:45

OK avec une punk. Pas pour faire du bashing stérile et inefficace
Mais lorsqu'il il y a échec il doit y avoir analyse et actions correctives
On ne peut pas repartir comme si rien ne c était passé
C une énorme déception pour les joueurs les supporters, les français...tout a été gâché
Même si j étais furieux que la vidéo ne soit pas faite, l arbitrage de 4 Nz...il y avait d autres raisons de gagner
On était censé avoir le meilleur entraîneur de la défense...

jo2608 Il y a 4 mois Le 30/10/2023 à 17:03

pour moi cette coupe est un échec
et il faut tout débriefer
je trouve qu'il y a eu bcp de blessures musculaires du a la fatigue ou surmenage
ntamack.wilmese marchand danty baille (et cela c'est vu dans le banc )
je pense que cela serait aussi une belle chose de faire son mea culpa pour pouvoir rebondir mais le staff le fera t'il
si cela avait été le foot une sortie en 1/4 aurait mi bcp de choses sur la table
mais nous sommes le rugby et le foot il on un petit palmarès..................
ils sont presque toujours présents depuis 98 mais ils ont su se remettre en question avec de très bas

PPC4090 Il y a 4 mois Le 30/10/2023 à 13:21

Pourquoi faites vous de la surenchère ? Le climat semble très bon autour et dans l'équipe de France et la LNR ne peut qu'en bénéficier au travers du nombre de licenciés. Je ne vois pas en quoi une polémique serait interessante si ce n'est pour faire du "papier" .Continuez donc à vous démarquer des "footeux" en donnant du fonds à vos articles . Par exemple pourquoi ne pas ouvrir une reflexion sur World Rugby en nous donnant des informations sur son organigramme détaillé et sur leurs board reviews

unepunk Il y a 4 mois Le 30/10/2023 à 19:45

il y a eu échec, retentissant même puisqu'il était inenvisageable de ne pas aller en finale selon la plupart des acteurs.
Donc lorsqu'il y a échec, on met les points sur les i et on ne se passe pas la brosse à reluire.

Vous êtes satisfait de ce que vous avez vu en quarts ? Pas moi. D'accord l'arbitrage, certes mais c'est trop facile car il y a surtout le reste : la nullité sous les chandelles, les actions d'essai mal négociées, les remplaçants pas efficaces, le coaching, la stratégie.