Smith - Nouvelle Zélande Afrique du Sud - 15 septembre 2012 - AFP
 
Article
commentaires
Four-Nations

La chance sourit à la Nouvelle-Zélande

La chance sourit à la Nouvelle-Zélande

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 15/09/2012 à 12:03 -
Par Rugbyrama - Le 15/09/2012 à 12:03
Indisciplinés et brouillons, les All Blacks ont bénéficié de la faillite des Boks au pied pour décrocher la victoire (21-11) et s'envoler vers le titre.

Et de quatre pour les Blacks ! Dans cette première édition des Four-Nations, force est de constater que les champions du monde en titre ne font pas de détails, eux qui survolent les débats, d’un point de vue comptable. Car, comme la semaine dernière face à l’Argentine, ils ont souffert sur leurs terres. Terriblement même puisqu’ils ont été malmenés une heure durant. Dès lors, comment expliquer que l’Afrique du Sud ne s’en sorte même pas avec le point de bonus défensif, récompense minimale qu’elle pouvait espérer au vu de sa prestation ? Par la terrible faillite de ses buteurs.

Dans une première mi-temps qu’ils auront littéralement dominée grâce à leur défense de fer et une présence impressionnante dans le jeu au sol, les coéquipiers de De Villiers ont laissé en route la bagatelle de quinze points au pied (9 pour Morné Steyn, 6 pour François Steyn) face à des Néo-Zélandais indisciplinés au possible. Trop, beaucoup trop pour pouvoir espérer quelque chose au niveau international. D’autant que Habana avait eu une énorme occasion d’essai d’entrée de jeu (4e). La force des Néo-Zélandais, même secoués, réside en revanche dans leur capacité à a fficher une réussite maximale dans ce qu’ils entreprennent. Avec un essai de Dagg (19e) sur leur seule véritable occasion de la première période, ils parvenaient même à virer en tête au repos (5-3).

Les Boks craquent sur la fin

Loin d’accuser le coup, leurs hôtes se montraient une fois de plus dangereux dès la reprise. Mais quand il suffit d’une occasion aux Blacks pour faire la différence, il en faut trois aux Sud-Africains pour parvenir à franchir l’en-but. Après une tentative avortée, Habana arrivait enfin en terre promise au prix d’un exploit individuel sur cinquante mètres (5-8, 48e).

Seulement, les vieux démons allaient resurgir du côté de son équipe avec cinq points supplémentaires laissés en route, au contraire d’un adversaire mis sur orbite par A. Smith (15-8). Cela en était trop pour les Boks, passablement énervés d’avoir laissé passer leur chance. Une agression de Greyling sur McCaw (64e), une indiscipline chronique et il n’en fallait pas plus pour les voir perdre le bonus défensif, peut-être injustement. La loi du sport est là, surtout quand le juge n’est autre que la Nouvelle-Zélande.