Rugbyrama

Noa Nakaitaci, Israel Folau, Sam Burgess... Les flops de la Coupe du monde

Nakaitaci, Folau, Burgess... Les flops de la Coupe du monde

Le 04/11/2015 à 14:12

COUPE DU MONDE - Ils sont des joueurs précieux, qui doivent faire la différence sur le terrain et apporter la lumière dans les moments compliqués. Tout le monde les attendait, ils devaient être les stars de cette Coupe du monde. Il n'en fut rien... Nos flops du Mondial.

  • Israel Folau (Australie)

Israel Folau, c'est du costaud. 26 ans, 38 sélections, 18 essais avec les Wallabies et un punch incroyable. Toujours à relancer au bon moment, à sentir les bons coups, et à les terminer. Toujours, sauf pendant la Coupe du monde. Sans inspiration, l'arrière australien n'a été que l'ombre de lui-même en Angleterre. Aucun essai inscrit durant la compétition, et pas la moindre action mémorable. Sûrement la plus grande déception de ce Mondial...

  • George Ford (Angleterre)
George Ford, l'ouvreur de l'Angleterre

George Ford, l'ouvreur de l'AngleterreIcon Sport

Titularisé pendant le Tournoi des 6 Nations, George Ford (22 ans, 17 sélections) devait être le nouveau grand ouvreur que l'Angleterre attendait tant. Le nouveau Jonny Wilkinson murmuraient même certains. Sauf qu'après 60 minutes contre les Fidji en match d'ouverture, il sort, remplacé par Owen Farrell et que par la suite, il ne sera à nouveau titularisé que pour le dernier match, sans enjeu, contre l'Uruguay. Relégué sur le banc contre le pays de Galles, il a dû se contenter de miettes de jeu pendant la compétition. Un drôle de retournement de situation qui a "dévasté" ce jeune joueur d'après ses proches...

  • Sam Burgess (Angleterre)
  • Stuart Hogg (Ecosse)

Il a joué tous les matches de son équipe, et n'a marqué que... 3 petits points ! Pour sa première Coupe du monde, l'arrière Stuart Hogg (24 ans) a été discret. Pas franchement mauvais, mais pas non plus performant, comme il a pu l'être lors de certains matches du Tournoi des 6 Nations. Avec ses 38 sélections, on attendait mieux de lui, qu'il s'impose comme un leader et qu'il fasse la différence sur le terrain. Loupé...

Stuart Hogg, l'arrière écossais

Stuart Hogg, l'arrière écossaisIcon Sport

  • Willie Le Roux (Afrique du Sud)

Cette Coupe du monde a été difficile pour les Springboks d'une manière générale, et pour Willie Le Roux en particulier, passé totalement à côté de son sujet. Absent du premier match contre le Japon, où Zane Kirchner avait été titularisé à l'arrière, il a joué l'intégralité des 6 autres matches de l'Afrique du Sud, sans grand succès. Seule satisfaction, sa solidité sous les ballons hauts. Pour le reste, du déchet en défense (seulement 64% de plaquages réussis) et une absence totale d'inventivité sur le plan offensif, sur lequel il n'a jamais été capable de faire la différence...

  • Victor Matfield (Afrique du Sud)
Victor Matfield (Afrique du Sud) - 30 octobre 2015

Victor Matfield (Afrique du Sud) - 30 octobre 2015AFP

  • Noa Nakaitaci (France)

1 franchissement en 4 matches... Tout est dit. A l'image de la quasi totalité des joueurs du XV de France, l'ailier Noa Nakaitaci (25 ans, 8 sélections) a raté sa Coupe du monde. Il devait être le joueur "capable de faire des différences" d'après Philippe Saint-André, à l'image de ce qu'il fait lorsqu'il joue à Clermont, c'est loin d'avoir été le cas...

0
0