Panoramic

FRANCE-GALLES (20-18) - Yoann Maestri : "Je ressens du dégoût d’avoir été arbitré de cette façon"

Maestri : "Je ressens du dégoût d’avoir été arbitré de cette façon"

Le 18/03/2017 à 23:53

TOURNOI DES 6 NATIONS - Soulagé de la victoire acquise contre le pays de Galles (20-18) à l’issue d’un scenario renversant, Yoann Maestri en a également très gros sur le cœur contre Wayne Barnes, l’arbitre anglais de la rencontre. Le deuxième ligne toulousain, capitaine durant cette folle fin de match, sort l’artillerie lourde !

Que se passe t-il dans votre tête au coup de sifflet final ?

Yoann MAESTRI : Je ressens beaucoup d’émotion d’avoir enfin renversé la vapeur. Honnêtement, un peu de dégoût aussi, d’avoir été arbitré de cette façon, jusqu’à la fin. On se dit qu’on aurait pu encore perdre un match comme ça, comme cela a été le cas contre l’Australie (23-25, ndlr) qu’on éventre en mêlée sur la fin. Si on avait été au pays de Galles, en Afrique du Sud ou en Australie, l’essai de pénalité serait venu très rapidement car la domination était claire. Il y a donc un sentiment de frustration et d’injustice par rapport à cela. Sur un plan personnel, je me rappelle qu’il y a environ dix ans, avec Rabah Slimani, nous avions été éliminés de la Coupe du monde des Juniors sur un essai après cent minutes de jeu, contre le pays de Galles de Leigh Halfpenny, Sam Warburton et toute la clique. On s’était, derrière, battus comme des chiens, Rabah avait été suspendu après la bagarre, Djibril Camara aussi… Bref, il n’y a pas de justice dans la vie mais c’est un bon retour de bâton.

Yoann Maestri (XV de France) - 11 mars 2017

Yoann Maestri (XV de France) - 11 mars 2017AFP

Avez-vous eu peur d’être finalement pénalisés dans ces dernières minutes ?

Y.M : Il y a eu beaucoup d’inquiétude, oui. Les Gallois communiquaient toutes les trente secondes avec l’arbitre, lui nous a fait comprendre que la domination n’est pas assez claire… Sur la dernière action, de l’essai, je ne sais même pas s’il y a avantage pour nous. C’est quand même incroyable ! Tu te dis que tu vas perdre un match, que certes, tu aurais pu perdre avant… Mais quand nous, nous avons des actions semblables à l’extérieur, que nous sommes à 5 mètres de notre ligne d’en-but, ces mêmes action arbitrées par de très bons arbitres, on les paye souvent cash. Si on avait perdu ce soir, on aurait dit que nous avions été arbitrés comme une très petite équipe et cela me fait beaucoup de peine.

" Les arbitres anglo-saxons nous prennent pour des gros tricheurs"

Que vous disait Wayne Barnes sur le terrain ?

Y.M : Il me répondait que la domination n’était pas assez franche. Les Gallois truquaient le truc, mettaient les genoux, se laissaient tourner d’un côté… Ils avaient raison ! Les arbitres anglo-saxons parlent constamment de fair-play. Ils nous prennent nous, Français, pour des gros tricheurs mais il ferait mieux de se concentrer sur ce flegme anglo-saxon qui manque un peu de franchise parfois.

L'arbitre anglais Wayne Barnes - 18 mars 2017

L'arbitre anglais Wayne Barnes - 18 mars 2017AFP

Y a-t-il eu du découragement à force de ne pas obtenir cet essai de pénalité ?

Y.M : On pensait vraiment l’avoir ! Cela fait partie du rugby, il n’y a pas que des essais de trois-quarts et des fulgurances. Au foot, tu gagnes la Ligue des Champions sur un coup-franc ou un penalty, tu es content. Je me souviens avoir dit à l’arbitre : "On va aller jusqu’où ?". Ils étaient à quatorze, ils reviennent à quinze… À un moment, il faut savoir prendre des décisions.

" Il y a toujours cette connivence entre les joueurs et les arbitres anglo-saxons qui peut être par moments dérangeante "

Que s’est-il passé avec George North, qui s’est plaint d’une morsure ?

Y.M : Il s’est fait mordre ! Peut-être par un copain à lui ou peut-être que lui-même s’est mordu ! Cela arrive... Quand je jouais à Carqueiranne ou à La Valette, nous aussi, on se mordait ! C’est vrai qu’il avait une belle morsure sur le bras et quand je l’ai vue, je me suis dit que le match était terminé. Eh bien, il gardera sa morsure et j’espère, si c’est un Français qui a fait ça, qu’il ne se fera pas attraper a posteriori.

George North et Wayne Barnes - 18 mars 2017

George North et Wayne Barnes - 18 mars 2017Icon Sport

Quel a été votre rôle de capitaine dans ces moments très tendus ?

Y.M : Il n’y a pas vraiment de rôle. Tu demandes à chaque fois la mêlée parce que si tu demandes autre chose, tu es juste con. Après, c’est difficile de calmer les choses. Sur le bord du terrain, c’était pratiquement la guerre nucléaire. Il fallait aussi un peu calmer l’arbitre, car les Gallois lui parlaient tout le temps et je lui ai fait remarquer que ce n’était pas possible. C’est sûr que s’il parlait français, nous aussi on pourrait lui parler tout le temps ! Il y a toujours cette connivence entre les Anglo-Saxons qui peut être par moments dérangeante. Et cela prend toute son ampleur dans ces moments-là.

0
0