Mermoz - Italie France - 3 février 2013 - Icon Sport
 
6 Nations

Italie-France (23-18) - Bulletin de notes: Szarzewski, Papé et Mermoz dans le dur

Italie-France: Le bulletin de notes

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 04/02/2013 à 09:01 -
Par Rugbyrama - Le 04/02/2013 à 09:01
Szarzewski, Papé et Mermoz en difficultés contre l'Italie, Picamoles ou Huget plutôt en vue... Découvrez le bulletin de notes des joueurs du XV de France.
 

15. Huget : 5,5 - Replacé à l’arrière, le polyvalent toulousain n’a pas à rougir de ses prestation sur la scène internationale. Il n’a pas ménagé ses efforts pour se proposer dans la ligne d’attaque, où quelques uns de ses interventions furent les bienvenues.

14. Fofana : 4,5 - Visiblement frustré d’observer le jeu depuis son aile, le Clermontois s’est lui aussi beaucoup proposé dans la ligne. A son crédit, une défense rigoureuse et une percée de trente mètres.

13. Fritz : 4,5 - Le Toulousain a tenu son rôle en défense, mais n’a pas pu s’illustrer en attaque, où il souffert de la comparaison avec le jeune et très prometteur centre de Trévise Benvenutti. A son crédit, tout de même, cette belle passe décisive dans un plaquage pour Benjamin Fall.

12. Mermoz : 3,5 - Un match difficile pour le centre du RCT, qui a souffert en défense. Malgré ses efforts, il a souvent concédé du terrain. En attaque, il n’a pas donné d’allant à la ligne tricolore. Un match à oublier.

11. Fall : 4,5 - Le Francilien s’est illustré en marquant un essai son retour en équipe de France. Placé à l’aile, il s’est efforcé de porter le danger grâce à sa vitesse sur chacune de ses interventions.

10. Michalak : 4,5 - Le Toulonnais a correctement animé le jeu à la main, et aura tenté, jusqu’à la dernière minute de trouver la faille dans la défense transalpine grâce à ses appuis. En revanche, il a livré une prestation mitigée dans le jeu au pied.

9. Machenaud : 5,5 - Le demi de mêlée du Racing a apporté sa vivacité et sa dimension physique : en témoin, cette longue percée qui aurait pu connaître meilleur si... Machenaud n’avait pas relâché le ballon en tombant au sol.

8. Picamoles : 5,5 - Très actif, le numéro 8 toulousain a régulièrement avancé aux impacts et était le plus fort des Français dans ce secteur. Seulement, à contre-courant, il a commis trois en-avants en seconde période et laissé Orquera passer les bras pour l’essai de Castrogiovanni.

7. Dusautoir : 5 - Le troisième ligne toulousain a connu plusieurs blessures ces derniers temps et cela se ressent encore. Malgré tout, il conserve de l’activité, que ce soit offensivement ou défensivement, mais il semble encore manquer de tranchant dans ces interventions par rapport à son plus haut niveau.

6.- Ouedraogo : 5,5 - Très mobile, le Montpelliérain a souvent été le plus prompt au soutien de ses attaquants dans la ligne de trois-quarts. Il est par exemple le premier à hauteur sur la percée du Clermontois Fofana. En touche, son influence s’est également vérifiée, puisqu’il est largement le joueur le plus recherché dans l’alignement français (à six reprises). Globalement, Ouedraogo s’est montré à son avantage.

5. Maestri : 4,5 - Le Toulousain s’est employé mais a manqué de vitesse dans beaucoup de ses interventions. A son crédit, une balle volée en touche en début de rencontre en début d’alignement, alors que les Italiens étaient dans les 22m tricolores. Malgré tout, on a déjà vu Maestri mieux maîtriser son sujet, notamment dans les regroupements.

4. Papé : 4 - Est-ce le poids du capitannat? Pascal Papé a en tout cas semblé ne jamais réellement rentrer dans son match. Régulièrement en difficulté dans le jeu au sol où habituellement il règne, chahuté au contact et même pris en défense par Orquera sur le premier essai italien, Papé n’a rien eu de son rayonnement de novembre. Jusqu’à sa blessure au genou et son remplacement, à la 57e minute.

3. Mas : 5 - Principalement concentré sur le secteur de la mêlée fermée, le Catalan y a plutôt fait bonne figure face à une première ligne italienne des plus sérieuses. Reste que comme les autres, il a souffert dans le jeu au sol. Il est aussi en partie en cause sur le premier essai, laissant avec Pascal Papé une porte dans laquelle Orquera s’est engoufré.

2. Szarzewski : 4 - Le talonneur francilien a clairement souffert de la comparaison avec son homologue italien Ghiraldini. Son équipe obligée de combattre dans les rucks, il n’a pu que sporadiquement se libérer du travail obscure pour sonner la charge. Pas toujours avec réussite, d’ailleurs. En touche, il a aussi connu des difficultés avec trois ballons perdus (un contre en début de match, un lancé trop long et un bras cassé).

1. Forestier : 5,5 - Auteur d’une performance très correcte en mêlée face à Castrogiovanni, le Castrais a même participé à donner un léger avantage dans le secteur aux français. Dans le jeu, il s’est montré plutôt actif et efficace sur ses interventions. Plutôt à son avantage.

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×