Abonnés

Top 14 - Le RC Toulon entre festivités, adieux et miracle

Par Mathias MERLO
  • Mathieu Bastareaud (Toulon).
    Mathieu Bastareaud (Toulon). Icon Sport
Publié le
Partager :

Vainqueurs de la Challenge Cup, les Varois retrouvent Mayol, pour les dernières de Bastareaud et Parisse, avec un maigre espoir d’accrocher une place en finale. Mais tant qu’il y a de l’espoir, il y a de la vie pour la bande à Mignoni et Azéma.

Changez les ères, les entraîneurs, les joueurs, l’essence du muguet demeure ! En une semaine, à la suite de l’impasse Jiff qui s’est transformée en gifle au Racing 92 (43-7), et le gain de la Challenge Cup face à Glasgow et ses internationaux écossais (19-43), Toulon est passé de la crise à l’ivresse. Face à une excessivité qu’il apprend à appréhender, Danny Priso, en net progrès sur ces dernières sorties, s’est confié sur cette dernière quinzaine en mode montagnes russes. "Toulon est un public très demandeur et exigeant. Je ne vais pas vous cacher que j’ai été un peu frustré parfois par le public. J’attendais que ce public soit plus présent à Mayol. J’ai eu le sentiment, sur certains matchs, où les supporters étaient légitimes d’être en colère, voire déçus. Maintenant, on est ensemble et on a une belle occasion de fêter ce titre. Le groupe s’est battu pour l’amener à cette ville. C’est un moment historique, Toulon ne l’avait jamais gagné. Et, on a encore une chance d’être en phase finale."

Du côté du RCT Campus, bondé pour le retour des champions, on a tenu les comptes au moment de retourner au pain quotidien. Toulon (8e, 57 points), avec un incroyable concours de circonstances, peut arracher, verbe à la mode sur la Rade, un ticket pour la phase finale : il faut une victoire bonifiée face à Bordeaux-Bègles (5e, 63 points), et un succès de Bayonne à Lyon, sans qu’aucun bonus ne soit distribué.

Les derniers tours de piste des "papys flingueurs"

On a connu des scénarios plus aisés. "Pour être franc, la saison a été inconstante, a concédé le pilier gauche international. Le titre est un soulagement, car on a évolué en demi-teinte en Top 14. Il nous permet d’accrocher la Champions Cup. Pour l’UBB, on jouera ce match à fond. On ne va pas se poser de questions, et on sait qu’on ne maîtrise pas tout. On aurait pu et surtout dû se mettre dans de meilleures conditions. Maintenant, on sait que la situation est délicate… C’est de notre faute. Mais, on fera les comptes à la fin."

"Pour finir cette saison, et bien la finir", dixit l’ex-Rochelais, il faut aussi gagner pour Mathieu Bastareaud (34 ans) et Sergio Parisse (39 ans). Les anciens vont fermer le livre de leur première vie. Deux légendes du rugby que Toulon compte honorer de la meilleure des manières. "Ce sont deux immenses mecs de notre sport ! Ils cumulent quelques titres à eux deux (rires), et je suis content d’avoir participé à l’un des leurs. C’est énorme qu’ils puissent finir sur un trophée. Comme ça, Basta a le plus beau palmarès de l’histoire du RCT. On est heureux qu’ils restent avec nous." Futur "team manager" et entraîneur de la touche, le Français et l’Italien resteront en Rade avec l’envie de transmettre. "Ils sauront nous guider vers, je l’espère, d’autres trophées", a prédit "Dany". Ça aussi, c’est l’esprit de Toulon.

Vous êtes hors-jeu !

Cet article est réservé aux abonnés.

Profitez de notre offre flash pour lire la suite.

Abonnement SANS ENGAGEMENT à partir de

0,99€ le premier mois

Je m'abonne
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?