Abonnés

6 Nations 2023 - Italie - pays de Galles : malheur aux vaincus !

Par Raphaël Plancheron-Hérault
  • Le numéro huit italien, Lorenzo Cannone, avait été très bon face à l’Irlande. Il sera de nouveau un atout majeur dans la manche de la Squadra Azzurra face au pays de Galles samedi. Photo Icon Sport
    Le numéro huit italien, Lorenzo Cannone, avait été très bon face à l’Irlande. Il sera de nouveau un atout majeur dans la manche de la Squadra Azzurra face au pays de Galles samedi. Photo Icon Sport
Publié le
Partager :

Deux nations, trois journées disputées et aucune victoire décrochée. Au Stadio Olimpico de Rome, l’Italie et le pays de Galles s’affrontent dans un match décisif pour éviter la "Cuillère de Bois".

Parmi toutes les rencontres de la quatrième journée, toutes ont un fort intérêt pour le classement, même si l’Irlande semble avoir une main sur la victoire finale. Mais aucune n’a l’importance de ce duel de cancres de l’édition 2023 du Tournoi des 6 Nations. Entre les deux mauvais élèves de la compétition jusqu’à présent, c’est un match de la peur comme on n’en faisait plus ces dernières années, le gouffre entre l’Italie et les autres nations s’étant creusé. Mais à présent la donne a changé. L’Italie, menée par une jeunesse revigorante avec en chef de file Ange Capuozzo, forfait pour la rencontre, a fait d’énormes progrès récemment, avec en point de départ un succès l’an passé face au… pays de Galles. Une défaite qui avait plongé les Diables Rouges dans une crise de résultat sportive, dont ils ne sont toujours pas sortis, ajoutant à leur malheur un conflit entre les joueurs et la Fédération.

Les Italiens favoris ?

Et si les hommes de Kieran Crowley, en poste depuis 2021 et dont le travail à la tête de la Squadra Azzurra est remarquable depuis, commençaient un match dans la plus prestigieuse des compétitions européennes avec l’étiquette de favoris ? Chez eux, les Italiens sont capables de performance plus qu’honorable et peuvent déstabiliser un grand nombre de nations, comme ils l’ont démontré plus tôt dans la compétition face à la France ou dernièrement face à l’Irlande.

Il y a derrière cette partie une portée hautement symbolique : si l’Italie remporte ce match, elle a de grandes chances de ne pas finir à la sixième et dernière place du Tournoi. Ce serait une première depuis 2015, et le signe des progrès de cette jeune génération, pourtant privée de son représentant le plus important ce samedi : Ange Capuozzo. C’est sa relance, encore dans toutes les mémoires, qui est le point de départ de cette équipe qui croit plus fort en elle que jamais.

En face, elle va affronter un pays de Galles qui est sans doute dans l’une des plus grandes crises de son histoire. Des résultats sportifs à la dérive, avec un seul succès décroché sur leurs neuf derniers matchs disputés dans la compétition, des défaites à domicile face à la Géorgie cet automne et un Warren Gatland rappelé à la dernière minute pour essayer de réparer l’irréparable, le XV du Poireau semble perdu. Une génération dorée qui arrive en fin de cycle, avec notamment un Toby Faletau qui n’est plus que l’ombre de lui-même mais reste titulaire, faute de mieux.

Là est le gros problème de l’équipe galloise : elle n’arrive pas à se renouveler. Face à l’Angleterre lors de la troisième journée, l’âge moyen du pack était de 31 ans, soit trois de plus que n’importe quel autre huit de devant dans le 6 Nations. Au-delà d’un Christ Tshiunza qui apporte cette touche de fraîcheur bienvenue et un Louis Rees-Zammit bien seul dans la ligne des trois-quarts, l’ensemble des cadres a vu son âge d’or passer.

S’ajoute à cela un contexte pesant, sur fond de conflit entre la Fédération et les joueurs. La cause : une revalorisation salariale qui ne passe pas et des joueurs qui menacent de quitter le pays pour pouvoir toucher un salaire plus acceptable. Dans un choc pour éviter la "cuillère de bois", que le pays de Galles n’a plus "remporté" depuis 2003, un géant européen va peut-être continuer sa descente aux enfers, face à un pays qui n’attend que de prendre son envol.

Vous êtes hors-jeu !

Cet article est réservé aux abonnés.

Profitez de notre offre pour lire la suite.

Abonnement SANS ENGAGEMENT à partir de

0,99€ le premier mois

Je m'abonne
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
JIMYAUMI Il y a 11 mois Le 12/03/2023 à 12:43

Arbitrage scandaleux contre les Italiens, qui méritaient mieux, même s'ils ont commis quelques erreurs techniques.