Icon Sport

Les Blacks au-dessus du lot

Les Blacks au-dessus du lot
Par Rugbyrama

Le 12/09/2010 à 17:41

La Nouvelle-Zélande a écrasé cette quinzième édition des Tri-Nations en terminant invaincue et surclassant ses adversaires. L’Australie, dominée en conquête, aura montré de belles choses sur le plan du jeu. L’Afrique du Sud, tenante du titre, a totalement sombré et termine dernière. Tour d’horizon.

NOUVELLE-ZELANDE

Le parcours  – Parfait. Tout simplement. Les Blacks entrent dans l’histoire de la compétition en devenant la première formation à terminer invaincue, signant un incroyable six sur six. Leur domination fut sans partage avec trois bonus offensifs décrochés. Dominateurs dans le jeu, surpuissants physiquement et efficaces en conquête, les Blacks frôle rendu une copie parfaite. A un an du Mondial, les protégés de Graham Henry règnent sur la planète rugby et se posent comme les favoris du prochain Mondial.

Reuters


La révélation : Tom Donnelly – A 28 ans, le deuxième ligne des Highlanders a remplacé avec succès les blessés Ali Williams et Jason Eaton. Présent dans les phases de combat, il s’est aussi avéré très précieux en touche où il a régné dans l’alignement grâce à sa taille (2,00m). Il devrait faire partie des 30 retenus par Graham Henry pour le Mondial.

La déception : Aaron Cruden – Doublure de Dan Carter, le demi d’ouverture des Hurricanes n’a pas eu grande opportunité de s’exprimer. Lors du dernier match contre l’Australie et pour première titularisation sous le maillot des Blacks, Cruden, 21 ans, n’a guère convaincu, n’arrivant jamais à faire la différence offensivement.

L’AUSTRALIE

Le parcours – Correct. Si l’entame fut prometteuse avec un succès contre les Boks, l’Australie connut une suite de compétition plus compliquée avec notamment deux revers consécutifs contre les Blacks. Défaillants en conquête un premier temps, les Wallabies ont su rectifier le tir dans ce secteur et ont aussi montré de belles dispositions dans l’animation offensive. Ils ont été très proches de faire chuter les Blacks mais ont craqué physiquement face à la puissance des Néo-Zélandais. L’effectif est assez jeune et ne demande qu’à mûrir.

Icon Sport


La révélation : Kurtley Beale – Pour ses premiers Tri-Nations, l’arrière Kurtley Beale s’est montré très rassurant défensivement et fit preuve de beaucoup de culot en tentant régulièrement de créer des brèches dans les défenses adverses. A 21 ans, le joueur des Waratahs dispose également d’un gros coup de pied comme en atteste sa pénalité victorieuse contre l’Afrique du Sud à 50m en coin.

La déception : Saia Fainga’a – Entrée en matière très compliquée pour le talonneur des Reds qui aura énormément subi au niveau de l’impact. Chahuté en mêlée, il fit aussi preuve d’une certaine carence dans ses lancers en touche. Le retour de Moore a stabilisé l’édifice australien et fut à l’origine de la bonne fin de tournoi des Aussies.

L’AFRIQUE DU SUD

Le parcours – Décevant. On attendait bien mieux des tenants du titre et champions du monde. Battus dans l’engagement, leur habituel point fort, les Boks ont subi tous les impacts et n’ont jamais paru se relever des trois défaites de suite en Nouvelle-Zélande et Australie. L’indiscipline et la nervosité ont coûté très cher, témoin les suspensions de Botha et Fourie et le nombre important de cartons jaunes reçus. Au final, une seule victoire à domicile contre l’Australie et des doutes plein la tête.

Icon Sport


La révélation : Derick Hougaard – Appelé à 27 ans après les forfaits des demis de mêlée Pienaar et Du Preez et les mauvaises prestations de Januarie, Derick Hougaard n’a pas déçu et s’est montré très percutant offensivement. Souvent ailier en club, ses jambes l’ont aidé à faire la différence mais sa passe ne fut pas tout le temps parfaite.

La déception : François Steyn – Après sa brouille avec son sélectionneur Peter de Villiers, François Steyn s’est vu offrir une nouvelle chance à un an du mondial, poussé par une campagne de presse en sa faveur. Le Racingman n’a pas su la saisir en se montrant fébrile et peu inspiré malgré un essai et une pénalité lors de la seule victoire contre l’Australie (44-31).

0
0