Icon Sport

Flashback : Le jour où le SUA s'est suicidé…

Flashback : Le jour où le SUA s'est suicidé…

Le 06/12/2017 à 08:54

En janvier 2002, le SUA laisse filer un match décisif en Challenge européen afin de se consacrer au championnat. Problème, cette décision fut publiquement assumée et l'ERC ne l'a pas pardonné : Le club a été suspendu pendant une saison de Coupe d'Europe...

Votre journal 100% numérique

Abonnez-vous dès 7.90€/mois

Coup de froid sur le SUA. 20 décembre 2001, les Agenais ont rendez-vous à Armandie pour défier Bourgoin en championnat seulement ils se sont préparés pour rien : à quelques minutes du coup d'envoi, l'arbitre Didier Méné vient leur annoncer que le match doit être reporté pour cause de terrain gelé. Le pire scénario qui soit : avec déjà un match reporté contre Bordeaux-Bègles, le SUA encore traumatisé par une crise financière d'une ampleur inégalée sait que se profile un mois de janvier brûlant : Montauban le 4 ; Bourgoin le 8 ; Ebbw Vale en Challenge européen le 13 ; Perpignan le 20 et un probable quart de finale européen 26… Cinq matches en 22 jours sans compter un match en retard à disputer avec un effectif réduit, conséquence de la crise financière : Le SUA a le sentiment d'aller dans le mur.

Alors, l'état-major décide d'emprunter le chemin de l'impasse. A l'heure des choix, l'évidence s'impose : Priorité au championnat, il faut sacrifier le Challenge européen qui ne passionne pas les foules.

Seulement avant le dernier match de qualification, Agen est en ballotage très favorable : Leader de sa poule, le SUA sera éliminé seulement s'il s'incline par au moins huit essais d'écart contre les Gallois d'Ebbw Vale, une équipe que le SUA avait dominé en ouverture de la phase de poule (20-9 le 29 septembre 2001). Improbable. A moins de tout mettre en œuvre pour perdre...

Ce sera un chef d'oeuvre. Cinq jours après une victoire à Armandie contre le CSBJ en match en retard, Agen se déplace au pays de Galles avec une équipe remaniée. Il reste certes du beau monde - Lamaison, Benetton, Gelez, Bouic, Labrousse, Rué, Porcu – mais aucun d'entre eux n'est là pour se faire mal. Les consignes de la direction sont claires. Luc Lafforgue resté dans les tribunes ce jour-là raconte : "L'équipe était allée au pays de Galles avec l'intention de faire un match d'entraînement, rien d'autre. On a joué en conséquence. Nous n'étions pas rigoureux. On relançait tous les ballons, on jouait à chaque fois dans notre camp". Dans un sport de combat, cela ne pardonne pas : Ebbw-Vale se régale, passe neuf essai et élimine Agen (59-10). "Bonheur aux vaincus", titre Midi-Olympique. Bonheur de courte durée. A l'ERC, les déclaration avant match du président Jean-Pierre Guignard ne sont pas passées inaperçues… Le président de la SAOS du SU Agen avait joué franc-jeu : Pour ne pas mettre en péril les chances en championnat et ne pas mettre en danger la santé des joueurs, il avait annoncé le scénario de l'élimination en Coupe d'Europe.

Luc Lafforgue, en 2007

Luc Lafforgue, en 2007AFP

"En visionnant les images du match, on s'aperçoit qu'Agen a été d'une grande maladresse en transgressant l'esprit et les règles du jeu, en laissant filer le match et en encaissant neuf essais qui les éliminent volontairement de la compétition", blâmera Jean-Pierre Lux, président de l'ERC. Première salve avant une plainte pour mauvaise conduite. Le 21 janvier 2002, la commission de discipline frappe fort en première instance : Deux ans de bannissement et 20 000€ d'amende. Agen va en appel, son avocat Edouard Martial expose les failles dans la procédure mais le jugement est à peine plus clément : Trois ans, dont un ferme, de suspension de toutes compétitions européennes et 100 000€ d'amende avec sursis...

Le SUA doit baisser les bras. Jean-Pierre Lux piquera : "Les Agenais trouvent la sanction lourde, je peux vous dire que les Anglo-Saxons la trouvent bien légère…" Luc Lafforgue, lui, en grimace encore : "Notre président de l'époque avait dit haut et fort qu'Agen ne pouvait pas jouer sur deux tableaux. Ce fut son seul tort. Mais je n'ai pas compris la sévérité de la sanction : Beaucoup d'équipes sacrifiaient cette coupe d'Europe à l'époque. Ce qu'il s'était passé à Ebbw Vale était moins gros que certains autres matches. Je me souviens que la saison suivante, Biarritz avait passé treize essais à la dernière journée pour se qualifier..." Il souffle : "Il y avait un peu d'amertume dans notre camp".

Un sentiment d'injustice qui servira tout de même le SUA : Après avoir battu le CABBG le 26 janvier en match en retard, Agen termine la saison en boulot de canon et atteint la finale du championnat de France. "Nous étions vexés mais pas suffisamment pour gagner la finale, regrette Luc Lafforgue. C'est dommage, je crois qu'on aurait vraiment embêté la FFR. Vous imaginez un champion de France absent de la Coupe d'Europe ?"

0
0