Icon Sport

Stade français-Toulouse (18-17) - Le Stade français miraculeusement sauvé des eaux...

Le Stade français miraculeusement sauvé des eaux...

Le 03/01/2016 à 23:55

TOP 14 - Dominé toute la partie, le Stade français a finalement arraché une précieuse victoire contre une formation toulousain très joueuse (18-17). Mais quelques décisions de l'arbitre Laurent Cardona vont faire parler...

Victoire incroyable du Stade français au bout du suspense. Dominés pratiquement toute la rencontre par des Toulousains très solides mais pas assez réalistes, les Parisiens s’en sortent grâce à un essai en toute fin de match de Paul Williams qui ne manquera pas de faire réagir. Le Stade toulousain, dans le sillage d’un excellent Bézy, revient de Paris avec un point de bonus défensif... qui ne le consolera pas forcément.

Fidèle à ses prestations récentes, le Stade Toulousain se montrait dès le début de la partie joueur et entreprenant, avec le premier essai de Palisson (4e) qui validait un gros travail de Médard. Le début d'une domination presque sans partage des Hauts-Garonnais durant une bonne partie de la rencontre. Le Stade français était à la peine en touche, mais surtout en mêlée où Van der Merwe fut de nombreuses fois sanctionné. Presque tous les ballons était toulousains et lorsque que les coéquipiers de Will Genia, auteur d'une prestation très moyenne, disposaient enfin du cuir, la défense de Toulouse se dressait comme un mur infranchissable où même Sergio Parisse bien que très volontaire se cassait les dents.

Sergio Parisse (Stade français) face à Toulouse - 3 janvier 2016

Sergio Parisse (Stade français) face à Toulouse - 3 janvier 2016Icon Sport

Au bord du gouffre

Toulouse dominait outrageusement ce premier acte. Au point de faire déjouer de grands talents comme Danty et Plisson coupables de quelques maladresses. Le retour aux vestiaires sur le score de 3-8 apparaissait comme très heureux pour les Parisiens. Mais dès le retour sur le terrain le combat était encore et toujours dicté par les ambitions toulousaines, converties par le pied de Bézy qui donnait un peu plus d'air aux siens (51e). Il faudra l'entrée en jeu de Dupuy pour dynamiser ce jeu parisien beaucoup plus direct qu'à l'accoutumée. Les ballons sortaient alors plus vite, le large devenait plus accessible. Après Palisson, c'est un autre joueur blessé de longue date qui inscrivait un essai en la personne de Bonneval (63e). Tout seul, l'arrière international se jouait au pied et à la course d'une couverture aléatoire de la défense toulousaine.

Kakovin et Maestri (Toulouse) face à Sempere (Stade français) - 3 janvier 2016

Kakovin et Maestri (Toulouse) face à Sempere (Stade français) - 3 janvier 2016AFP

Fin de match spectaculaire

En danger, les Toulousains continuaient leur œuvre offensive incarnée par Picamoles qui, d'une course déchainée de 50 mètres, transpercait la défense parisienne. Au bout de l'action Palisson finissait une nouvelle fois dans l'en-but (70e). Mais la course trop directe de Marchand empêchait Danty de pouvoir défendre sur l'ailier. Monsieur Cardona invalidait alors la réalisation. Un miracle, et pas le dernier pour les Parisiens qui se sont alors mis à croire à leur bonne étoile. Dix dernières minutes de folie ont suivi au bout desquelles Paul Williams a fini à dame. Cruelle désillusion pour le Stade toulousain qui échoue à un point (18-17), mais le destin était parisien, qui brouillon, s'est ressaisi et souffle un peu dans cette aventure qu'est le Top 14.

0
0