Fabrice Metz, Brian Mujati, François Van der Merwe et Wenceslas Lauret s'entraîneent au Plessis Robinson - 16 juillet 2014 - Icon Sport
 
Top 14

Top 14, présentation des clubs - Le Racing doit honorer son standing

Le Racing doit honorer son standing

Par Anthony Tallieu
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 28/07/2014 à 12:16 -
Par Anthony Tallieu - Le 28/07/2014 à 12:16
Demi-finaliste du dernier championnat, le Racing-Metro entend poursuivre sa marche en avant et franchir un pallier supplémentaire. Renforcé par un recrutement intelligent et prometteur, le club francilien ne cache pas ses ambitions de retrouver le haut de l'affiche, aussi bien en Top 14 qu'en Coupe d'Europe.
 

L'objectif du club : asseoir sa place dans le top 6

Pénalisé par une première partie de saison très décevante, le Racing-Metro avait dû batailler ferme pour revenir dans la course aux phases finales. À la force du poignet et au prix de quelques coups à l'extérieur (Perpignan, Grenoble, Paris), les hommes du duo Travers-Labit terminaient la saison régulière à la cinquième place et obtenaient un accès pour les demi-finales après un barrage victorieux à Toulouse. Cette saison, si on imagine mal le staff francilien viser autre chose, à minima, qu'une nouvelle qualification pour les phases finales, celui-ci préfère attendre d'avoir son effectif au complet avant de définir des objectifs précis, comme l'explique le coentraîneur Laurent Travers : "Nous aurons une discussion avec l'ensemble du groupe pour savoir ce qu'il a envie de réaliser. C'est un échange qui doit avoir lieu entre nous, les joueurs et le président. Mais que ce soit en Top 14 ou en coupe d'Europe, le but est d'aller le plus loin possible dans ces deux compétitions". Éliminé en phase de poules de la dernière H Cup, le Racing devrait viser cette année au moins un quart de finale, dans un groupe abordable (Trévise, Northampton, Ospreys).

La recrue phare : Brice Dulin

De la tournée d'été australienne du XV de France, Brice Dulin est l'un des seuls Bleus à ne pas s'être effondré face à l'écrasante supériorité des Wallabies. Plébiscité meilleur arrière du dernier Top 14 par les internautes et la rédaction de rugbyrama.fr, le désormais ancien Castrais est à coup sûr un des plus beaux coups de l'intersaison tous clubs confondus. "Il est le meilleur arrière français, ça, c'est une évidence", confirme Antonie Claassen, l'autre Castrais venu s'installer en région parisienne. "Nous avons tous conscience de ses qualités, de ses points points forts qui sont ses relances et sa vision du jeu. C'est un super coup pour le Racing". Avec son statut d'international confirmé et le départ de Juan Martin Hernandez, la place de titulaire à l'arrière lui semble promise. On en oublierait presque que Brice Dulin a seulement 24 ans, et qu'il n'a pas fini de nous étonner.

Le joueur à suivre : Antonie Claassen

Arrivé cet été au Racing-Metro après deux belles saisons à Castres, deux finales de Top 14 et un Bouclier de Brennus (2012-2013) dans les bagages, Antonie Claassen dispute très certainement la saison la plus importante de sa carrière. Absent de la dernière tournée du XV de France en Australie – un mal pour un bien vu les performances des Bleus en juin – le troisième ligne international français a une place à regagner dans le groupe France. À la clé, un billet pour la Coupe du monde en Angleterre l'an prochain : "C'est toujours mon rêve", rappelle le sud-africain de naissance. "Une Coupe du monde, ça n'arrive que tous les quatre ans et ce n'est pas donné à tout le monde de la jouer. Pour moi, ce sera ma dernière chance". C'est donc le couteau entre les dents que l'ancien Briviste et Tarnais va attaquer cette saison sous les couleurs du Racing-Metro. Il devrait apporter son volume de jeu et sa générosité à une troisième ligne francilienne plus que jamais bien armée.

Antonie Claassen fait partie des nouvelles recrues du Racing - 16 juillet 2014
Antonie Claassen fait partie des nouvelles recrues du Racing - 16 juillet 2014 - Icon Sport

Le jeune joueur que vous allez (re)découvrir : Teddy Thomas

Grand espoir du rugby français, Teddy Thomas a quitté son Pays-Basque natal et son club de toujours, le Biarritz Olympique, pour faire le grand saut en région parisienne. À vingt ans, la révélation du dernier championnat compte bien poursuivre sa progression exponentielle dans le club francilien et franchir un cap : "Venir ici, avec les pointures qu’il y a…c’est vraiment extraordinaire de pouvoir évoluer aux côtés de joueurs comme Jamie Roberts, Mike Phillips ou Juan Imhoff. C’est réellement une chance qui m’est donnée. Je veux enchaîner le plus de matchs possible et essayer, dès cette année, de me faire une petite place parmi ces grandes stars." Auteur d'une très belle prestation lors de la venue du BO à Colombes en fin de saison dernière, Teddy Thomas avait achevé de convaincre le staff Ciel et Blanc de son potentiel.Venu pour remplacer Benjamin Fall, qu'il considère comme un modèle, l'ancien ailier biarrot a les cartes en main pour confirmer tout le bien qu'on pense de lui.

La préparation estivale : ras-le-bol des terrains non-conformes du Plessis-Robinson !

Les Racingmen ont repris le chemin de l'entraînement le 18 juin dernier pour les non-internationaux déjà au club, qui ont été rejoints par les recrues le 1er juillet. Les internationaux sur le pont lors du mois de juin n'ont, quant à eux, repris que le 21 juillet. Un décalage dans le niveau préparation physique que le préparateur Gilbert Gascou doit prendre en compte, lui qui est chargé d'étalonner les charges de travail pour remettre progressivement à flot tout son petit monde pour la reprise du championnat, le 15 août. Une difficulté à gérer qui n'est rien comparée à la grogne grandissante qui règne au sein du staff et des joueurs vis-à-vis des conditions d'entraînement du groupe professionnel. Les raisons de la colère : les terrains d'entraînement flambant neuf du site, construits par la société ISS Espaces verts (actuellement en procès avec le Racing-Metro). Le problème ? Ils ne sont pas conformes aux exigences du sport professionnel. Durs comme du béton lorsqu'il fait chaud et sec, véritables marécages lorsqu'il pleut...une médiocrité qui a conduit l'équipe une a délocaliser ses entraînements à Versailles depuis le mois de mars. "Cela pose des difficultés d'entraînement qui compliquent la préparation. Les joueurs doivent prendre leur véhicule et se retrouver sur le périph' pour s'entraîner sur un terrain correct. Cela fait un moment que ça dure et cela commence à bien faire", s'insurge Laurent Travers. Une situation à peine croyable pour un demi-finaliste de Top 14, et qui pourrait, à terme, lui porter un préjudice sportif.

Laurent Travers et Laurent Labit reprennent l'entraînement avec le Racing - 16 juillet 2014
Laurent Travers et Laurent Labit reprennent l'entraînement avec le Racing - 16 juillet 2014 - Icon Sport
 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×