AFP

Top 14 - Jean-Baptiste Elissalde (Toulouse): "Toulon ? Ni envieux, ni jaloux, ni en extase..."

Elissalde: "Toulon ? Ni envieux, ni jaloux, ni en extase..."

Mis à jourLe 26/12/2015 à 10:43

Publiéle 23/12/2015 à 18:07

Mis à jourLe 26/12/2015 à 10:43

Publiéle 23/12/2015 à 18:07

Article de Julien Carrere

L’entraîneur des trois-quarts toulousains s’est confié sur la déception européenne puis sur le prochain match au sommet dimanche, au Stadium, face à Toulon.

Qu’avez-vous mis en œuvre pour essayer d’évacuer le plus rapidement possible la déception de votre élimination européenne?

Jean-Baptiste ELISSALDE: Il a fallu remettre les choses dans l’ordre, digérer la déception de ces deux derniers week-ends européens et très vite se plonger sur la réception de Toulon. Notre job (au staff, ndlr) c’est surtout de leur faire garder confiance en eux. On leur a montré des images positives en revenant bien sûr sur deux ou trois consignes mal respectées. L’objectif principal, c’est de les garder en éveil mais le contexte et l’adversaire suffit à la préparation du match.

Comment expliquez-vous les prestations européennes du Stade toulousain après un début de saison très encourageant en Top 14?

J-B E: Est-ce c’est explicable? Je ne sais pas. Ce qui est certain, c’est qu’on laisse beaucoup d’énergie quand on tient le ballon et que l’on a plus beaucoup d’oxygène quand on arrive dans les zones de marque. Il y a toujours quelque-chose qui déconne: la touche, le lancement, la conquête directe… On ne marque pas d’essais faciles alors que sur les 25 derniers essais de Toulon, il y en a plus d’une quinzaine sur des ballons portés. En championnat, ça se voit peut-être moins qu’en Coupe d’Europe.

Jean-Baptiste Elissalde (Toulouse)
Jean-Baptiste Elissalde (Toulouse) - Icon Sport

Est-ce que de n’avoir plus en tête que le Top 14 pourrait devenir un avantage pour la suite de la saison?

J-B E: On peut voir le verre à moitié plein mais c’est quand même une déception. C’est une compétition importante pour le club, nos supporters. Effectivement, au moins, les choses sont claires maintenant: nos deux derniers matchs de Coupe d’Europe serviront à travailler même si on voudra bien terminer.

En revanche, si on regarde le verre à moitié vide, on se dit qu’une troisième défaite de rang ferait tâche…

J-B E: On se doutait quand on a pris connaissance du calendrier que se serait un des virages de cette saison. Pas le seul car même si on perd, ce ne sera pas irréversible. On a l’expérience de la saison dernière avec cette série de défaites. Les joueurs avaient su réagir et se hisser à quelques points d’une finale. C’est aux joueurs de décider de leur avenir.

" Le Salary Cap à Toulon? Si tout est clair et qu’ils n’ont pas triché, alors bravo à eux…"

En tant qu’entraîneur des trois-quarts, comment avez-vous vécu les prestations décevantes de Flood et McAlister, notamment en Irlande?

J-B E: On espère que c’est un jour sans. Si cela se reproduit, ce sera compliqué. Quand l’un passe au travers… mais les deux. Je crois qu’il y a 14 plaquages ratés à eux deux et c’est impardonnable à ce niveau-là, surtout au milieu de terrain. Alors est-ce que c’est l’un qui n’a pas aidé l’autre? Est-ce que c’est de notre faute (au staff, ndlr)? Ils ont été confrontés à leurs performances. On a discuté ensemble. Maintenant, il leur faut réagir.

Quand on affronte le RCT est-ce que l’on est envieux, jaloux, suspicieux?

J-B E: Pas jaloux. Envieux? Non. En extase non plus…On est heureux de se confronter aux meilleurs et là, il n’y a pas photo. En qualité et en quantité. On a aussi connu ça à Toulouse dans le passé. Ils sont dominants. Menés 5-16 au Leinster, ils ont cette force mentale et ces certitudes pour s’en sortir. C’est vraiment dense.

Après la défaite de Clermont à domicile face à Toulon, Azema avait évoqué le fameux Salary Cap en pointant du doigt le RCT. Votre avis?

J-B E: Il y a des organes qui sont là pour régler ces dossiers. Si tout est clair et qu’ils n’ont pas triché, alors bravo à eux de réussir à faire signer des joueurs comme ça. Se serait très mal venu pour moi qui suis entraîneur adjoint d’une équipe opposée de porter un jugement.

Un dernier mot sur l’effectif...

J-B E: On a encore quelques incertitudes, notamment sur le mollet de Census (Johnston, ndlr), l’épaule de Gray et celle de Matanavou. Pato (Albacete, ndlr) devrait être apte. On dispose d’un effectif assez concret mais on va laisser passer les fêtes et on espère que la dinde nous apportera les réponses (sourire).

0 commentaire
Vous lisez :