Icon Sport

Top 14 - Jake White (Montpellier): "Je suis venu pour gagner"

White: "Je suis venu à Montpellier pour gagner"

Le 01/01/2015 à 10:15

Arrivé en tant que consultant pour une durée de six mois, l'entraineur sud-africain a pris les commandes de l'équipe du MHR ce mardi. Il se livre sur ses impressions, son message aux joueurs et ses ambitions.

Comment trouvez-vous le groupe que vous venez de prendre en main ?

Jake WHITE: J'ai regardé Montpellier évoluer toute la saison, comme je le fais pour beaucoup d'équipes du Top 14. Nous avons désormais commencé à travailler ensemble, il y a du talent dans ce groupe. En Afrique du sud, nous regardons souvent le championnat français. Il y a toujours des matchs à la télévision chez nous, et c'est souvent du Top 14 ou de la Premiership. Je connais personnellement bon nombre de joueurs, que ce soit Bryan Habana ou Bakkies Botha à Toulon, Sitaleki Timani ou Ben Mowen ici, donc j'ai observé le championnat avec intérêt, et le niveau général est très élevé.

Quel a été votre premier message aux joueurs ?

J.W: Mon premier message a été de leur dire qu'avec le changement, vient toujours de l'incertitude. C'est comme ça pour toutes les équipes. Et ensuite, je leur ai dit qu'il fallait qu'ils soient heureux, qu'ils prennent du plaisir dans ce qu'ils font. Et finalement, je leur ai expliqué qu'il fallait se concentrer sur les choses que nous pouvons contrôler. Travaillons dur, et préparons nous au mieux.

" Quelqu'un vient de me dire qu'il sentait une bonne ambiance, et ça me rend heureux car je réalise que les choses fonctionnent déjà"

Sur quels axes avez-vous mené les premières séances de terrain ?

J.W: L'important pour nous, maintenant, est de revenir aux bases du jeu. J'ai l'impression que beaucoup de joueurs sont en manque de confiance, ce qui est naturel quand on ne gagne pas de matchs. Il faut donc revenir aux fondamentaux, tout remettre dans le bon sens, et plus important encore, reprendre du plaisir. Quelqu'un vient de me dire qu'il sentait une bonne ambiance, et ça me rend heureux car je réalise que les choses fonctionnent déjà. Tout mettre en place et tout faire fonctionner n'a pas de sens sans le plaisir. Repartons du bas, et construisons petit à petit, semaine après semaine.

Certains joueurs jouaient auparavant avec un peu de peur au ventre. Le comprenez-vous ?

J.W: Comment peut-on avoir peur de jouer au rugby ? C'est de la folie. Je crois que ce que les joueurs disent vraiment, c'est qu'ils ont peur quand ils n'ont pas de direction claire à suivre. C'est le challenge pour tout entraineur. Les joueurs doivent pouvoir s'exprimer, prendre du plaisir. Il ne faut pas avoir peur de faire des erreurs, mais c'est à nous de les mettre dans la bonne direction. C'est ce que nous essayons de faire depuis deux jours.

Jake White en compagnie de Shaun Sowerby (Montpellier) - Décembre 2014
Jake White en compagnie de Shaun Sowerby (Montpellier) - Décembre 2014 - Icon Sport

Quel est votre objectif pour cette saison ?

J.W: Gagner! C'est pour cela que je suis ici, pour gagner. C'est pour cela que je me lève le matin, que je viens au travail, je veux gagner. Si moi-même je n'y crois pas, les joueurs n'y croiront pas non plus. L'année dernière, l'équipe a fini deuxième. Cette année, c'est la même équipe, peut-être même renforcée d'un ou deux joueurs. Gagner le Top 14 sera difficile vu notre classement, mais c'est possible, il reste assez de matchs. Une fois en phase finale, tout peut arriver.

" Nous voulons affronter Toulon samedi. Jouer à Montauban devant cinq personnes et un chien, ça ne m'intéresse pas"

Et pour samedi contre le RCT ?

J.W: Toulon est champion d'Europe, de France, ils ont de grands joueurs. C'est fantastique. Mais ce que j'ai dit au groupe, c'est que c'est pour ça que nous sommes ici. Nous voulons affronter Toulon samedi. Jouer à Montauban devant cinq personnes et un chien, ça ne m'intéresse pas. Depuis que je suis tout petit, c'est ce qui me pousse à avancer, c'est à ça que servent ces défis. C'est génial de pouvoir jouer contre une telle équipe, à domicile, devant notre public. Je respecte évidemment Toulon, ce qu'ils ont fait est immense, mais je ne demande qu'à rencontrer de tels challenges.

Mohed Altrad vous a-t-il fixé un objectif ?

J.W: Non. Il est passionné par son club, il y a injecté beaucoup d'argent, et je suis certain qu'il veut que son club réussisse. Et sans avoir fixé d'objectif précis, il sait qu'il a dans son club des gens qui veulent gagner, c'est tout ce qui importe. Je pourrais considérer ces six mois comme des vacances, me détendre dans le sud de la France. Mais je ne suis pas comme ça, Shaun Sowerby non plus. Les attentes du président sont donc les mêmes que les nôtres, ou que celles de Ben Mowen, Wynand Olivier ou Anthony Tuitavake. Ils ne sont pas en vacances. M. Altrad n'a pas besoin de me donner d'objectif, je veux gagner le plus de matchs possibles.

Envisagez-vous de rester plus de six mois ?

J.W: Ce sera au président de choisir ! Je me suis engagé pour six mois. Lors des six ou huit prochaines semaines, nous nous réunirons pour discuter de nos visions respectives pour le club, en ce qui concerne le recrutement, de nouveaux joueurs comme de nouveaux entraineurs. Et si nous sommes d'accord pour travailler ensemble plus longtemps, je resterai plus longtemps. Pour l'instant, il est trop tôt. Combien M. Altrad veut-il dépenser ? Souhaite-t-il voir son club au sommet ? Pense-t-il que je suis assez bon pour rester ? Quand il aura des retours de joueurs ou d'autres coachs à mon sujet, ce sera plus facile de discuter d'un contrat de deux, trois ou quatre ans. C'est une option.

Jake White, vainqueur de la Coupe du monde à la tête des Springboks en 2007
Jake White, vainqueur de la Coupe du monde à la tête des Springboks en 2007 - Icon Sport
0 commentaire
Vous lisez :