Metuisela Talebula avec son club de Bordeaux-Bègles- 3 janvier 2014 - Icon Sport
 
Top 14

Top 14 - Et maintenant, l'UBB veut goûter aux phases finales

Et maintenant, l'UBB veut goûter aux phases finales
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 21/07/2014 à 09:58 -
Par Pierre FALAR - Le 21/07/2014 à 09:58

L'Union Bordeaux-Bègles a connu une saison vraiment étonnante, mais a malheureusement fini au pied du Top 6. Cette saison, il n'est désormais plus question pour les hommes de Raphaël Ibanez de laisser passer leur chance de prendre part aux phases finales.

 

L'objectif de l'équipe : prendre part aux phases finales

Quand on y a (presque) goûté, on veut y revenir. Dans les clous d'une qualification historique encore à trois journées de la fin, les Girondins n'ont pas été cherché bien loin leurs objectifs pour leur 4e année de présence en élite. "On a vu à la fin de la saison dernière, quand on était tout près du Top 6, les grosses équipes monter de niveau d'un coup, être plus impressionnantes, alors que les autres équipes, comme nous, ont baissé un peu de rythme. On n'était pas au top et c'est ça le palier à franchir", analyse le capitaine Matthew Clarkin. "Peut-être qu'on attaque cette année avec d'autres ambitions mais c'est un peu tôt à dire. On ne s'est pas encore vu tous ensemble, les objectifs se fixent collectivement". Titillé, le Néo-Zélandais reconnait que "personnellement, comme tous les autres, on a envie de progresser. Chaque année, on a vu une nette progression depuis la montée. Si on progresse encore, ça veut dire une place qualificative".

La recrue phare : Sofiane Guitoune

Hormis Beauxis et sa vingtaine de sélections, difficile de passer à côté de Sofiane Guitoune. L'ancien usapiste, révélation de la phase aller la saison dernière (9 essais en 12 titularisations) et suivi par l'UBB depuis plusieurs saisons, a vu sa progression stoppée par une blessure au tendon d'Achille. Il a rejoint Bordeaux avec des fourmis dans les jambes et l'envie de retrouver le maillot bleu à un an de la Coupe du monde. Surtout, il n'a pas peur de la concurrence de la traction arrière en place avec Talebula, Connor et Domvo. "Notre style de jeu devrait lui convenir parfaitement", prévient l'entraîneur des arrières Vincent Etcheto.

Sofiane Guitoune training lors d'un entraînement à Marcoussis avec le XV de France - 24 septembre 2013
Sofiane Guitoune training lors d'un entraînement à Marcoussis avec le XV de France - 24 septembre 2013 - Icon Sport

Le(s) joueur(s) à suivre cette saison

Comme l'UBB a conservé l'intégralité de ses cadres, hormis Aliki Fakaté, obligé de mettre à sa carrière pour raisons médicales, qui partent donc avec une longueur d'avance sur les recrues, difficile de faire un focus. En revanche, quelques interrogations demeurent: le virevoltant ailier fidjien Metuisela Talebula fera-t-il aussi bien que l'an dernier avec 15 essais inscrits ? Les anciens Heini Adams, Matthew Clarkin et Jean-Baptiste Poux garderont-ils le même rendement ? Quid de Lionel Beauxis, en provenance de Toulouse, qui veut se relancer après plusieurs saisons galères et en qui le staff unioniste croit profondément ?

Le jeune joueur que vous allez découvrir : Romain Lonca

En quelques apparitions la saison dernière, il a prouvé que Bordeaux-Bègles ne s'était pas trompé en allant le chercher à Hendaye, en Fédérale 1. Lui, c'est Romain Lonca, trois-quart longiligne souvent comparé à l'ancien wallaby Stephen Larkham. Dans l'ombre de Pierre Bernard et Nicolas Sanchez, il a beaucoup appris la saison dernière et ce n'est pas l'arrivée de Beauxis qui va freiner les ardeurs de ce jeune basque avide de jeu et d'espaces, qui devrait débuter la saison comme doublure de Domvo à l'arrière.

Romain Lonca, grand espoir de l'UBB, à la fin d'un match à Jean Bouin contre le Stade français - 19 avril 2014
Romain Lonca, grand espoir de l'UBB, à la fin d'un match à Jean Bouin contre le Stade français - 19 avril 2014 - Icon Sport

La préparation estivale : un stage en mode commando

En trois saisons dans l'élite, le préparateur physique Ludovic Loustau s'est fait une drôle de réputation dans le milieu. "Je savais que ça allait piquer, confirmation, ça a piqué d'entrée", résume Guitoune quand on évoque la préparation estivale concoctée par l'ancien demi de mêlée. Pas de biathlon ou de raid sur les plages landaises cette année. Pris en main par le RAID, les Bordelais ont commencé leur stage de cohésion par une descente du Pont d'Aquitaine en rappel (48 m de haut), des exercices de clostrophobie pour jauger le niveau de stress. Après un peu de rugby, ils ont enchainé avec une escapade à la dune du Pilat (110 m de haut) pour s'ensabler le corps et la tête avant de finir par un parcours du combattant en mode commando (terre et mer) sur la base aérienne de Cazaux. "Nous sommes un peu en avance par rapport à la saison dernière, mais le démarrage du championnat (réceptions de Lyon et du Racing) nous impose d'être prêts dès la première journée", indique Loustau. Tout s'explique.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

Votre dose de sport quotidienne livrée tous les matins dans votre boîte mail

 
0 commentaire
Ajoutez le vôtre !
0 commentaire
Ajoutez le vôtre !
 
×