Chris Masoe - toulon toulouse - 2 mars 2013 - Icon Sport
 
Top 14

Top14, 20e journée, RCT-Stade toulousain (35-16): Toulon tient sa revanche

Toulon tient sa revanche

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 02/03/2013 à 22:54 -
Par Rugbyrama - Le 02/03/2013 à 22:54
Battus en finale l'an passé et au match aller, les Toulonnais ont récupéré leur fauteuil de leader en battant les Toulousains (35-16).
 

Si le match aller avait laissé les observateurs sur leur faim, cette nouvelle opposition entre Toulon et Toulouse a cette fois-ci tenu toutes ses promesses. De l’intensité, du combat, quelques frictions, aussi, notamment entre Bakkies Botha et Census Johnston, tous deux avertis en début de deuxième mi-temps. Et, finalement, le RCT a pris une double revanche lors de cette vingtième journée. Un peu par rapport au match aller, fin septembre, lors duquel les hommes de Laporte avaient concédé leur première défaite de la saison (32-9) avec une équipe remaniée. Beaucoup par rapport à la dernière finale du Top 14, remportée par Toulouse le 9 juin dernier (18-12). Comme au Stade de France, la rencontre de ce samedi à Mayol a débouché sur une opposition féroce. En première période, le RCT a dominé son sujet mais s’est laissé surprendre sur une pénalité de Lionel Beauxis renvoyé par le poteau et qui profita finalement à Timoci Matanavou (6-7, 14e). Sous l’impulsion d’un très bon Mathieu Bastareaud, Steffon Armitage parvenait ensuite à redonner un peu d’air à son équipe (16-7, 23e).

Toulouse craque dans le dernier quart d’heure

Le léger avantage des Varois à la pause (19-13) pouvait laisser présager une deuxième période accrochée. Ce fut le cas… pendant vingt-cinq minutes. Mais ça, c’était avant. Avant que Jonny Wilkinson ne passe deux drops (25-16, 71e) puis une pénalité (28-16, 75e). L’essai de Rudy Wulf après la sirène n’en sera qu’anecdotique puisque les Toulousains avaient déjà abandonné le bonus offensif. Grâce à cette victoire, les Varois récupèrent la première place, laissée quelques heures plus tôt à de brillants Clermontois, vainqueurs du Stade français (37-10). Alors, bien sur, les Toulousains avaient à leur tour laissé quelques cadres au repos (Dusautoir, Picamoles, Maestri) en plus des blessés (McAlister, Tolofua, Lamboley, Botha, Donguy, David). Bien sur, le Toulouse de ce début 2013 n’affiche pas vraiment la même maitrise que la machine championne de France au printemps 2012.

Le Stade toulousain traverse un hiver difficile et les Toulonnais ont su en profiter pour "égaliser" à un succès partout grâce à cette victoire à domicile. La belle, s’il y en a une, aura donc lieu lors des phases finales. On jurerait presque que les deux formations s’y sont données rendez-vous. Mais avant, il faudra que Toulouse bataille ferme pour décrocher une place lui permettant, soit de se qualifier directement pour les demi-finales (ce qui semble de plus en plus hypothétique), soit de recevoir lors des barrages. Derrière, Castres, le Racing, voire Montpellier, peuvent être dangereux. Après deux réceptions (Bordeaux-Bègles et Stade Français) lors desquelles ils devront faire le plein, les hommes de Guy Novès devront enchainer un triptyque monstrueux à l’extérieur (Racing-Métro, Montpellier et Clermont). D’ici là, l’hiver sera terminé. Mais rien ne dit que le printemps sera de retour dans le jeu toulousain.

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×